flux rss

Infos stages et cours de photographie. Actualité et conseils pour de plus belles photos.

Le blog cours-photographie.fr vous donne des conseils artistiques et techniques pour réaliser de plus belles photos et vivre votre passion. Ce blog est édité par la société MonCoursPhoto, qui vous propose des cours et stages de photographie sur Paris

Archives pour la catégorie ‘Apprendre la photo’

Un peu de fraîcheur dans ce monde de braises !

Si, vous aussi, vous souffrez de la canicule et cherchez désespérément comment vous rafraîchir, voici quelques lignes qui, nous l’espérons, vous donneront quelques idées pour tenir le choc !

Car c’est le moment où jamais d’allier votre passion à l’agréable et, appareil-photo en bandoulière, de partir en quête des sources d’eau autour de chez vous pour vous amuser à les photographier et, pourquoi pas, y tremper le petit doigt de pied (voire davantage).

Jeux deau Sandra Sinagra Un peu de fraîcheur dans ce monde de braises !© Sandra Sinagra

Où ça ?

Que vous habitiez en ville ou à la campagne, les sources d’eau sont nombreuses si vous regardez bien : fontaines, jets d’eau, brumisateurs, canaux, étangs, cascades, lacs, mer (si vous avez de la chance !) et les possibilités de photos presque infinies. Voici quelques idées et petits trucs à savoir pour préparer votre sortie :

Eau en mouvement : la figer ou la lisser ?

Lorsque l’on photographie l’eau en mouvement, la question se pose de savoir quelle vitesse utiliser. Selon l’impression que vous souhaitez donner à votre photo, plutôt calme et apaisée ou au contraire dynamique, vous pouvez « lisser » l’eau ou bien la figer.  Pour figer une vague ou un torrent, il faut en général assurer une vitesse de  1/1000ème de seconde. Entre 1/30ème et 1/250ème, vous risquez d’obtenir une photo ni vraiment floue ni vraiment nette, c’est-à-dire probablement ratée.

Mer Aixoise Un peu de fraîcheur dans ce monde de braises !

© Aixoise

Pour, au contraire, lisser le mouvement de l’eau, il vous faut adopter une vitesse lente (entre 5 et 10 secondes, voire plus, selon l’effet recherché et les conditions de luminosité), et qui dit vitesse lente, dit stabilité, donc trépied. Utilisez également le mode retardateur voire un déclencheur à distance dans la mesure du possible pour diminuer au maximum les vibrations lors du déclenchement. En ce qui concerne l’ouverture, on privilégiera une petite ouverture, entre f8 et f16 pour capter l’ensemble de la scène. Enfin, si vous photographiez une scène de jour, il vous faudra recourir à un filtre neutre (en plus d’une faible valeur d’ISO – 100, voire 50) qui permet de diminuer la quantité de lumière qui entre dans l’appareil. Si vous photographiez de nuit, gardez les mêmes valeurs d’ISO, mais pas besoin de filtre !

Le torrent Cornagoae1 Un peu de fraîcheur dans ce monde de braises ! © Cornagoae

Lumière et reflets sur l’eau

Pour photographier les reflets sur l’eau, qu’il s’agisse de paysages ou de gens qui passent, réfléchissez tout d’abord au sujet que vous voulez mettre en valeur : le reflet ou l’objet qui se reflète dans l’eau ? Si la réponse est : « les deux ! », choisissez une grande ouverture en optant pour une profondeur de champ de f11 au minimum pour obtenir une grande zone de netteté. Selon l’image que vous voulez obtenir, testez la mise au point sur l’objet ou sur son reflet.

Enfin, veillez à la composition : c’est le moment de jouer sur la symétrie, en optant pour un format carré par exemple. Vous pouvez également placer la séparation entre l’objet et son reflet sur une ligne de tiers ou ne faire apparaître qu’une partie de l’objet pour mettre en valeur son reflet.

Reflet Gerard Miolan Un peu de fraîcheur dans ce monde de braises !© Gérard Miolan

L’eau est un magnifique miroir changeant : les reflets évoluent au gré des saisons, du vent ou d’un bateau qui passe et trouble la surface, ou tout simplement de la scène qui se déroule à ses pieds. De quoi laisser libre cours à votre imagination ! Pensez aussi aux reflets dans les flaques après l’orage. Vous ne verrez plus le paysage de la même manière quand vous aurez commencé à y faire attention.

 reflets sur l eau du pont de la lune au parc dahu a taiwan gros plan sur le pont 1370211775 1024x681 Un peu de fraîcheur dans ce monde de braises !

L’eau et les hommes

En période de canicule, le moindre point d’eau attire les foules, c’est bien connu et c’est bien normal. Si vous êtes adepte des photos sur le vif, c’est un beau terrain de jeu qui s’offre à vous ! Repérez les points d’eau fréquentés et qui se prêtent aux situations intéressantes : fontaines prises d’assaut par les enfants, points de location de barques, quais où s’installent les pique-niqueurs, brumisateurs en plein air sur les plages, etc.

Passez en mode vitesse et privilégiez une vitesse rapide si vos sujets sont en mouvement (enfants en train de jouer par exemple) et que vous souhaitez figer l’eau. N’hésitez pas à vous déplacer autour de votre sujet pour choisir le meilleur angle. Vous pouvez par exemple jouer avec le contre-jour en vous plaçant face au soleil pour obtenir de beaux effets de silhouettes.

indonesie eau enfant Agoes Antara Un peu de fraîcheur dans ce monde de braises !© Agoes Antara

Enfin, si vous placez un plan d’eau dans votre cadre, veillez à ce qu’il ne soit pas trop lumineux par rapport au reste. L’eau ayant un fort pouvoir de réflexion de la lumière, si vous faites le point sur un autre objet, elle pourra apparaître « cramée ». Pour contrer ce problème, essayez de vous déplacer pour tenter de limiter la luminosité du reflet.

À vous de jouer maintenant, et surtout, n’oubliez pas le chapeau et la bouteille d’eau !


Carré, mon beau carré

Longtemps oublié, le format carré tend à réapparaître autour de nous, et pour notre plus grand bonheur ! En photographie, comme en cinéma (comme le montre le film récent de Xavier Dolan, Mommy, tourné en majorité en format carré 1:1), il nous offre d’infinies possibilités créatives. Voici un petit tour d’horizon de ce que nous offre le carré :

Equipement : tout le monde ne possède pas les fameux Hasselblad ou Polaroïd, appareils mythiques du format carré. Cependant, rien n’est perdu si vous utilisez un appareil au format classique 24X36 (bridge, compact, réflex ou hybride) car le recadrage peut se faire en post-traitement avec un logiciel de retouche. L’important sera de « penser carré » dès la prise de vue en l’imaginant dans le viseur.

Pour vous aider avant de passer à l’action, n’hésitez pas à tester le recadrage sur des photos existantes. Cela vous permettra d’y voir plus clair dans les compositions carrées et vous aborderez la prise de vue avec un œil nouveau. Vous pourrez même donner une seconde vie à des photos que vous pensiez ratées car leur cadrage d’origine n’était pas adéquat.

Composition : avec le format carré, le choix entre portrait ou paysage ne se pose plus. Il n’y a pas de longueur ni de largeur et les repères habituels se perdent. Le sens de lecture est circulaire et le regard est ramené vers le centre. C’est un format qui se prête très bien aux sujets centrés.

format carré Yonathan Kellerman 1024x1024 Carré, mon beau carré© Yonathan Kellerman

Par ailleurs, le vide n’est pas gênant dans le format carré. Au contraire, au lieu d’être incomplète, la photo apparaît centrée sur le sujet.  N’hésitez pas à laisser de l’espace autour de votre sujet.

De même que pour le format rectangulaire la règle des tiers s’applique au carré et les lignes sont même plus fortes visuellement. Vous pouvez placer votre sujet sur toute la longueur de l’une d’entre elles, votre composition n’en sera que plus forte.

La règle des tiers n’est pour autant pas obligatoire dans le format carré puisque le point de force de l’image peut être centré. Vous avez également la possibilité d’utiliser la symétrie, les diagonales.

 format carré Diane Airbus2 Carré, mon beau carré© Diane Airbus

Formes géométriques et répétition : le format carré intègre très bien les formes géométriques, notamment circulaires : fleurs, arabesques, etc.

format carré Plisson 2 Carré, mon beau carré© Plisson

Il mettra également en valeur des formes identiques qui se répètent. N’hésitez pas à tester différents cadrages : image remplie entièrement ou partiellement, sujet posé sur une ligne de tiers, une diagonale ou une autre ligne de symétrie.

 format carré Miuda1 1024x980 Carré, mon beau carré© Miuda

Assumez vos choix ! Si vous décidez de faire une image centrée, elle doit être parfaitement centrée, sinon elle sera ratée. Idem pour la symétrie, elle doit être parfaite.

En revanche, vous pouvez décider de décentrer totalement votre sujet et même de le couper pour mettre en valeur un détail, comme le montre la photo suivante.

 format carré Xavier MCP 2 Carré, mon beau carré© Xavier – Mon Cours Photo

À vous de jouer désormais. Un seul mot d’ordre : essayez et essayez encore !


Lectures de portfolio, Paris 10ème

Vous souhaitez qu’un photographe professionnel analyse vos propres photos, votre book, votre style…

C’est possible ce samedi 2 novembre 2013 à Paris !

LecturesPortfoliosRP10FreeLens Lectures de portfolio, Paris 10ème

FreeLens, en partenariat avec l’UPP, organise une lecture de portfolio dans le cadre des Rencontres Photographiques du 10ème arrondissement de Paris.
Pour accéder au programme des rencontres :  Les Rencontres Photo du 10ème

La pré-inscription est obligatoire, puis RDV à la Maison des Photographes au 205 rue du Faubourg Saint Martin 75010 Paris.

Cet événement est ouvert aux professionnels comme aux amateurs ou aux étudiants. Photographes, commissaires d’expositions, galeristes, éditeurs … seront amenés à découvrir de nouveaux talents (vous! ) le samedi 2 novembre 2013.

Chaque photographe (vous!) rencontrera 3 lecteurs différents de son choix (dont Chloé et Cécile, à confirmer, de Mon Cours Photo) lors de séances individuelles de 25 minutes.
Vous pourrez recevoir de précieux conseils et nouer de nouveaux contacts.
A l’issue de cette journée, chaque lecteur désignera un coup de cœur qui sera diffusé surL’Oeil de la Photographie.com

Peuvent participer les photographes amateurs ayant un dossier d’images sur un thème cohérent comptant entre 15 et 40 images par dossier environ.

LECTURE de PORTFOLIO :  

SAMEDI 02 NOVEMBRE 2013 – MAISON DES PHOTOGRAPHES
Horaires : de 10h à 13h et de 14h à 17h.

PRE-INSCRIPTION OBLIGATOIRE à:   associationfreelens@gmail.com 
Les pré-inscriptions sont ouvertes jusqu’au 31 octobre (dans la limite des places disponibles / une priorité sera accordée à nos adhérents à jour de leur cotisation).

NOMBRE DE PLACE LIMITÉ : merci de ne vous inscrire que si vous êtes certain de pouvoir participer.

Nous vous communiquerons dans les prochains jours la liste des lecteurs.

FreeLens est une association reconnue d’utilité publique , pour adhérer : ADHÉREZ à FREELENS

 


Jouer avec la lumière – Partie 2 : le low key

Voici la suite tant attendue de notre série d’articles « Jouer avec la lumière ». Après nous être penchés sur l’effet high key, nous abordons le low key.

Qu’est-ce qu’une photographie low key ?

L’effet low key est réalisé en sous-exposant volontairement un cliché. Alors que l’effet high key tend à diminuer les contrastes, l’effet low key les intensifie. Comme le high key, le low key peut aussi constituer un bon moyen pour récupérer des photos mal exposées en accentuant la sous-exposition.

L’effet low key exploite les zones sombres en les incorporant à la composition de l’image. Un bon sujet pour réaliser ce genre d’effet doit posséder une dominante sombre. Cette méthode confère un aspect dramatique et une ambiance mystérieuse à la photographie. On l’emploie souvent dans un contexte de luxe, de nature morte, ou de portrait.

Attention, une photo « low-key » contient essentiellement des tons moyens, du noir, et des basses lumières. Il ne s’agit pas uniquement d’une image sous-exposée, et elle ne doit pas être bouchée (entièrement noire et sans détails).

Leica Jouer avec la lumière   Partie 2 : le low key

Quel équipement utiliser ?

En extérieur :

Vous avez besoin de votre appareil photo et d’un environnement favorable (nuit, zones sombres…).

En intérieur/studio :

Réaliser une photographie low key en intérieur est plus simple. En effet vous pouvez contrôler la quantité de lumière disponible en obstruant les fenêtres. Vous devez utiliser quelques lampes ou un flash pour révéler les détails que vous souhaitez mettre en avant.

Quels réglages effectuer ?

En théorie :

Afin d’éviter tout bruit numérique vous devez privilégier une sensibilité ISO faible (idéalement 100 ISO).

Sélectionnez le mode manuel ou mode « M ». Jouez sur le temps de pose afin de choisir quels éléments de l’image resteront visibles. Le diaphragme doit être suffisamment fermé (f/11 ou plus) pour laisser passer moins de lumière, et donc sous-exposer l’image.

Il faut que les éléments autour de votre sujet (l’arrière-plan notamment) soient plus sombres que lui.

Cokul Jouer avec la lumière   Partie 2 : le low key© Cokul

En pratique :

Il faut que vous ayez un écart d’environ 2 à 3 IL (indice de lumination) entre les zones lumineuses et l’arrière-plan. Un indice de lumination est un moyen de mesurer la lumière, lorsque vous avez un écart de 1 IL entre deux sujets identiques, cela signifie que l’un d’eux est 2 fois moins éclairé. Ceci correspond aux situations que l’on rencontre lors des photos de concerts.

Pour réaliser une photo low key, vous devez exploiter cette situation en effectuant la mesure de la lumière sur une partie lumineuse de votre sujet, en utilisant la mesure spot. Ainsi votre sujet, ou une partie de votre sujet, va être correctement exposé tandis que les autres parties seront sombres.

Sebastian Fiedler Jouer avec la lumière   Partie 2 : le low key© Sebastian Fiedler

Comment améliorer vos photos ?

Pensez à bien éclairer les éléments que vous voulez voir apparaître sur votre image. Faites attention, le résultat ne correspond pas à ce que l’œil humain perçoit.

Comme pour le high key, travailler en RAW permet d’affiner très précisément le rendu final de l’image en assurant vous-même son développement. Une fois la prise de vue effectuée, vous pouvez modifier les contrastes et diminuer la luminosité grâce à un logiciel adapté (Gimp, Lightroom, Photoshop).

arbyreed Jouer avec la lumière   Partie 2 : le low key

© Arby Reed

Vous pouvez partager vos meilleures photos sur notre page Facebook ou en les postant dans les commentaires.

Boris


Jouer avec la lumière – Partie 1 : le high key

Étymologiquement, le photographe « écrit avec la lumière », et il peut être amené à vouloir donner une certaine ambiance à ses images en jouant avec la lumière et l’exposition. Aujourd’hui nous allons apprendre à exploiter la lumière pour créer un effet bien particulier : « l’effet high key ».

Paul Goyette Jouer avec la lumière   Partie 1 : le high key© Paul Goyette

Qu’est-ce qu’une photographie high key ?

Le high key est un effet photographique qui utilise la lumière afin de surexposer volontairement un cliché. On obtient alors un rendu qui dégage une tonalité claire et douce. L’effet high key peut aussi constituer un bon moyen pour récupérer des photos mal exposées en accentuant la surexposition.

Un bon sujet de photographie high key ne doit pas contenir de zone sombre trop importante, seulement quelques détails qui vont suggérer un peu de relief. Ce type de photographie donne une impression de pureté, de légèreté, et de joie. On l’emploie le plus souvent pour les photos de modèles ou de fleurs.

Attention, une photo high key contient principalement des tons moyens clairs et des hautes lumières. Il ne s’agit pas uniquement d’une image surexposée, elle ne doit pas être brûlée (entièrement blanche et sans détails).

high key fleur moogs Jouer avec la lumière   Partie 1 : le high key

© Moogs

Quel équipement utiliser ?

En extérieur :

Vous avez besoin de votre appareil photo, et parfois d’un trépied.

En intérieur/studio :

Si vous voulez réaliser des photos high key en intérieur, il vous faut également plusieurs sources de lumière, le mieux étant d’avoir quelques flashs, voire du matériel de studio. Je vous invite donc à lire l’article suivant : « Créer un studio portable » qui vous explique comment se constituer un studio portable à petit prix.

Erwin Blumenfeld Jouer avec la lumière   Partie 1 : le high key© Erwin Blumenfeld

Quels réglages effectuer ?

En théorie :

Afin d’éviter tout bruit numérique vous devez privilégier une sensibilité ISO faible (entre 100 et 400 ISO).

Sélectionnez le mode manuel ou mode « M », et choisissez l’ouverture adéquate en fonction de la profondeur de champ ou zone de netteté que vous souhaitez obtenir. Notons tout de même qu’une grande ouverture (de f/1,4 à f/5,6) renforcera l’effet high key en  isolant encore davantage votre sujet.

Vous devrez choisir une vitesse d’obturation suffisamment lente pour surexposer volontairement l’image. En-dessous d’un certain seuil (1/30 sec en général), un trépied constitue donc un accessoire indispensable pour stabiliser l’appareil photo en cas de temps de pose long.

Erwin Blumenfeld Jouer avec la lumière   Partie 1 : le high key

©Erwin Blumenfeld

En pratique :

Il faut que vous ayez un écart d’environ 2 à 3 IL (indice de lumination) entre votre sujet et l’arrière-plan. Un indice de lumination est un moyen de mesurer la lumière. Pour rappel, lorsque vous avez un écart de 1 IL entre deux sujets identiques, cela signifie que l’un d’eux est 2 fois plus éclairé que l’autre. Typiquement, lorsque vous photographiez un sujet en contre-jour, il y a entre lui et la lumière extérieure un écart de plusieurs IL.

Pour réaliser une photo high key vous devez exploiter cette situation en effectuant la mesure de la lumière sur une partie sombre de votre sujet grâce à la mesure spot. Ainsi votre sujet, ou une partie de votre sujet, va être correctement exposé. En situation d’intérieur l’idée générale est similaire : on cherche à surexposer l’arrière-plan à l’aide de différentes sources lumineuses (flashs, lumières, réflecteurs…).

Highkey oiseau Jouer avec la lumière   Partie 1 : le high key

Comment améliorer vos photos ?

Travailler en RAW apporte de gros avantages, cela vous permet d’affiner très précisément le rendu final de l’image en assurant vous-même son développement. Une fois la prise de vue effectuée, vous pouvez modifier les contrastes et la luminosité grâce à un logiciel adapté (Gimp, Lightroom, Photoshop…), et obtenir ce que vous souhaitez.

Pour accentuer l’effet high key vous pouvez aussi convertir vos photos en noir et blanc.

DanRhett Jouer avec la lumière   Partie 1 : le high key© Dan Rhett

N’hésitez pas à partager cet article sur les différents réseaux sociaux.

A très bientôt pour une seconde partie sur l’effet low key ! ;)

Boris


Apprendre à photographier les oiseaux en 3 étapes

Les oiseaux représentent un challenge important pour les photographes. Ils se posent rarement où vous voulez, volent vite, et ne se laissent pas facilement approcher. Je vous parle bien sûr d’oiseaux sauvages, pas des pigeons parisiens :-) . Pourtant, en suivant quelques conseils de base, il devient beaucoup plus aisé de réussir à capturer quelques clichés de ces créatures formidables.

birdreflection Apprendre à photographier les oiseaux en 3 étapes

1) L’équipement

Photographier les oiseaux ne nécessite pas d’équipements particulièrement onéreux. Cependant, posséder du matériel adapté à votre pratique photographique vous permettra de réaliser vos photos plus facilement. Si vous hésitez sur le choix d’un reflex lisez notre article.

  • L’objectif :

La plupart des oiseaux sont plutôt craintifs, les objectifs bénéficiant d’une grande longueur focale sont donc à privilégier. Si vous souhaitez réaliser des plans rapprochés il vous faudra posséder un téléobjectif, avec une focale atteignant au moins les 200mm. En effet, cela vous permettra de rester à bonne distance du sujet pour ne pas l’effrayer. Dans l’idéal je vous conseille de prendre un objectif avec une focale de 400mm et ouvrant à f/5,6. Notez tout de même que plus la longueur focale est importante, plus le prix de l’objectif augmente, d’autant plus si vous recherchez une grande ouverture.

Outre le fait que vous pouvez rester discret en prenant vos photographies, une longueur focale élevée ajoute un flou d’arrière-plan élégant à vos photos.

  • Le boîtier :

Tous les boîtiers reflex constituent de bons partenaires pour photographier les oiseaux. Cependant si vous voulez les photographier en plein vol vous devez privilégier :

  • Un mode rafale performant.
  • Un système d’autofocus particulièrement réactif.

Vautour Tambako the Jaguar Apprendre à photographier les oiseaux en 3 étapes

© Tambako the Jaguar

2) Les réglages

  • Comment obtenir une image nette ?

Puisqu’on utilise une grande longueur focale il est impératif de bien régler son temps d’exposition afin que la photo soit nette (astuce ci-dessous). Lorsqu’on utilise un zoom important le moindre mouvement du photographe se trouve amplifié. Les mouvements deviennent alors perceptibles, y compris ceux dûs à la respiration. On comprend donc que le flou de bougé constitue notre principal problème.

Il existe une astuce pour contrer le flou de bouger : si votre reflex contient un capteur plein format (24×36 full-frame), la règle est de ne pas exposer plus longtemps que la valeur de la focale. Par exemple si vous utilisez une focale de 200 mm vous devez avoir un temps de pose de 1/200 seconde ou moins (1/400s, 1/1000s…).

Si votre capteur est plus petit (APS-C) il faut adapter votre temps de pose en conséquence. Pour un capteur 1,6 fois plus petit, on considère que la focale est multipliée par 1,6. Par exemple une focale de 200 mm utilisée avec un capteur APS-C, correspond à une focale de 320 mm (200×1,6) en full frame. Afin d’obtenir une image nette le temps de pose doit donc être de 1/320 seconde ou moins (1/400s, 1/1000s…).

Et si vous n’avez pas tout compris aux termes employés je vous invite à lire l’article consacré aux capteurs de vos appareils photos icon wink Apprendre à photographier les oiseaux en 3 étapes

  • Quels modes privilégier ?

Il existe trois modes très utilisés pour la photographie d’oiseaux :

- Le mode priorité vitesse (Tv ou S) : pour figer le mouvement.

- Le mode priorité ouverture (Av ou A) : pour produire un flou d’arrière-plan.

- Le mode manuel (M) : lorsqu’on sait exactement les réglages que l’on souhaite utiliser.

Pensez à utiliser la mesure spot pour faire votre mesure de la lumière sur votre sujet, elle vous permet de détacher votre sujet du reste de l’image en l’exposant le plus fidèlement possible.Aigle Apprendre à photographier les oiseaux en 3 étapes

3) Les techniques d’approche :

En photographie animalière le défi est de se rapprocher suffisamment de son sujet e utilisant une technique de chasse : l’affût. Voici quelques conseils pour vous y aider :

  • Préparez le terrain : si vous disposez de temps, vous pouvez préparer l’endroit où vous désirez que les oiseaux se posent en installant de la nourriture (les graines de tournesol fonctionnent souvent très bien).
  • Cachez-vous : les oiseaux les plus téméraires n’oseront pas venir si vous êtes visible.
  • Déplacez-vous doucement : ne faîtes pas de gestes brusques et prenez votre temps, pour ne pas effrayer votre « proie ».Oiseau Apprendre à photographier les oiseaux en 3 étapes

© Tambako the Jaguar

Quelques conseils supplémentaires :

Les règles habituelles de composition qui s’appliquent à la photographie doivent être prisent en compte. Évitez de vous rapprocher pour photographier les nids, cela risque d’attirer les prédateurs.

Si vous aimez la photographie animalière, consultez cet autre article sur ce même sujet.

A bientôt pour d’autres astuces photos,

Boris


Comment photographier des silhouettes

Vous êtes nombreux à nous demander comment réaliser des photos sortant de l’ordinaire, j’ai donc décidé de partager avec vous mes connaissances sur les photos en contre-jour. On cherche le plus souvent à éviter les situations de contre-jour, notamment pour les portraits… mais les contre-jours peuvent donner une grande force à vos images, en faisant apparaître des silhouettes.

Photo pont Comment photographier des silhouettes

© Thomas Hawk

1) Pourquoi photographier des silhouettes ?

L’intérêt de photographier une silhouette est de restituer une image mystérieuse faisant appel à l’imagination. Il faut cadrer de manière à ce que l’image soit épurée de ses détails pour en conserver uniquement l’essentiel. Il en résulte une image à la fois forte et simplement compréhensible, ce qui tend à séduire notre œil.

Couple horloge Comment photographier des silhouettes

© Yves Lorson

On peut souligner un autre avantage de cette technique : les ombres chinoises des sujets photographiés ne sont pas clairement identifiables. Il s’agit d’un atout pour la photographie de rue qui se heurte régulièrement au problème du droit à l’image et à la notion de vie privée.

2) Quelles sont les conditions de lumière nécessaires ?

Pour obtenir une photographie de silhouette il est nécessaire de placer son sujet en contre-jour. On oublie donc les règles classiques de photographie  en sous-exposant volontairement le sujet. Profitez donc des couchers de soleil et des fenêtres qui sont d’habitude des obstacles à vos portraits. Notez qu’il faut aussi désactiver le flash car on ne souhaite pas réaliser de fill-in .

Silhouette photographe Comment photographier des silhouettes

© Thomas Hawk

Les photos de silhouettes constituent un exercice intéressant pour comprendre la différence entre l’œil humain et les capteurs qui équipent nos appareils photo. En effet, notre œil perçoit plus de détails que le capteur de notre appareil photo dans les hautes et basses lumières. Grâce à l’adaptabilité de notre pupille il est très rare d’observer des silhouettes totalement noires.

3) Quels réglages effectuer ?

La difficulté majeure réside dans la sous-exposition du sujet. Il n’y a pas de réglages types (iso, ouverture, temps de pose…) pour photographier une silhouette. Le plus important est d’avoir un écart d’IL important entre votre silhouette et le reste de l’image (minimum 3-4 IL). Un IL correspond à un écart d’exposition entre les 2 parties de l’image.

Souvent la mesure évaluative est suffisante, mais pour assurer l’effet silhouette vous pouvez faire votre mesure de la lumière en mode spot sur les zones éclairées de votre image.

Il peut arriver que les conditions de lumière deviennent compliquées et rendent parfois la mise au point laborieuse. Si votre autofocus patine, n’hésitez pas à passer en mode manuel pour réaliser vous-même votre mise au point sur votre sujet.

Si vous ne comprenez pas les termes utilisés voici les articles les explicitant :

Autofocus: http://www.cours-photographie.fr/astuces/ai-servo-af-s-af-c-mise-au-point/

Mesure de la lumière: http://www.cours-photographie.fr/astuces/modes-de-mesure-lumiere/

4) Comment rendre mes photos uniques ?

Etant donné que votre sujet ne contiendra pas de détails à cause de sa sous-exposition il faudra se concentrer sur deux éléments pour réussir votre image :

-          L’arrière-plan, qui sera correctement exposé. Il devra donc être particulièrement agréable : beaux paysages, couchers de soleil…

-          Le sujet, qui apparaitra à la manière d’une ombre chinoise. Il devra donc bien se détacher de l’arrière-plan et être facilement identifiable.

Silhouette pecheur Comment photographier des silhouettes

© Sahrizvi

5) Quelques astuces supplémentaires :

Pour faciliter vos prises de vue, pensez à vous servir de la lumière rasante caractéristique des golden-hours. Les surfaces mouillées comme le sable ou le bitume peuvent également vous aider car elles réfléchissent la lumière contribuant ainsi à accentuer la sous-exposition du sujet.

Lumiere diffuse Comment photographier des silhouettes

© FreeWine

Sur le plan esthétique vous pouvez varier les clichés en laissant filtrer un peu de lumière. Ainsi le flare n’est pas toujours votre ennemi !

Si malgré ces conseils vous rencontrez toujours des difficultés pour vos photos de silhouette n’hésitez pas à poster un commentaire ou à assister à l’un de nos cours photo icon smile Comment photographier des silhouettes .


5 conseils pour photographier les seniors

En tant que jeune adulte je pense qu’il est important de valoriser le savoir des générations précédentes et d’apprendre d’elles. Dans la société comme dans l’art ce sont ces générations qui nous ont enseigné nos règles de vies et nous ont conseillé dans nos choix. Il est donc important en tant que photographe de garder une trace de ces personnes.

Cependant, photographier les seniors peut être délicat car cet exercice nécessite que le photographe dépeigne au mieux la personnalité et l’expérience de ses modèles. Voici 5 conseils photo pour vous aider à retracer la vie de nos aînés.

1) S’adapter à leurs exigences

Tout d’abord, vous devez tenir compte des contraintes de vos modèles, ils ne possèdent plus la même énergie et ne peuvent donc pas se déplacer à l’autre bout de la ville afin de poser pour vos photos. Je vous suggère donc de déterminer avec eux l’endroit le plus apte pour votre rencontre. Bien sûr leur maison ou une maison de retraite ne sont pas forcément les lieux les plus photogéniques mais il faut avant tout penser à leur confort.

Photo 1 5 conseils pour photographier les seniors

© Luc Choquer

Aussi, vous ne devez pas oublier les conseils de base propres au portrait. Prévenez vos modèles pour qu’ils puissent se préparer et ce, même si ce sont des proches. En effet, même une personne âgée préfèrera apparaitre sous son meilleur jour, il est donc important de les informer de votre reportage photo et dans quel but vous vous lancez dans cette expérience.

2) Définir le contexte

Une fois les préparatifs effectués, vous pouvez commencer à définir l’ambiance générale à dégager. Un portrait trouve de la pertinence s’il nous apprend plus sur la personne qu’une simple image de photomaton, c’est pourquoi il faut choisir le contexte avec soin.

Photo 2 5 conseils pour photographier les seniors

© Luc Choquer

Peut-être que votre modèle a un lieu préféré, a toujours vécu dans la même maison, possède un objet qu’il affectionne particulièrement… autant de détails permettant de donner une profondeur à votre portrait.

3) Saisir leur expression

Plus encore que le contexte, ce qui importe lors de la séance photo est de saisir l’expression de votre modèle. Inutile de lui demander de montrer une expression spécifique, c’est à vous de choisir grâce à votre intuition quel moment définit au mieux la personnalité de votre sujet.

Photo 3 5 conseils pour photographier les seniors

© Andrey Dorokhov

Les personnes âgées tendent à moins poser ou à se forcer à sourire que les plus jeunes, par conséquent obtenir une photo naturelle est souvent plus aisé.

4) Choisir les bons réglages

Soyons clair, il n’existe pas de bons ou de mauvais réglages, seulement des choix. Les conseils pour réussir un portrait restent d’actualité : utilisez un objectif avec une longueur focale entre 50 et 85 mm pour éviter de déformer les visages, préparez la composition, guidez le modèle…

Photo 4 5 conseils pour photographier les seniors

© Hamed Masoumi

J’ajoute que l’utilisation du noir et blanc donne un aspect documentaire et intemporel à vos photos qui peuvent tout à fait correspondre à ce type de portraits.

5) Raconter leur histoire

Quand vous souhaitez réaliser un portrait il est important de détendre votre modèle et de comprendre son état d’esprit, je vous conseille donc de poser des questions. C’est particulièrement vrai pour les seniors car ils ont de nombreuses expériences liées à des voyages, des rencontres, leur profession… Ces questions vont permettre de préciser davantage votre portrait en incorporant des objets qui racontent une histoire. Peut-être que cette personne a remporté des trophées, écrit des livres, accompli toutes sortes de projets. Montrez-le !

Photo 5 5 conseils pour photographier les seniors

© Luc Choquer

Pour vous inspirer n’hésitez pas à consulter les photos de Luc Choquer présentées en 2010 à la Maison Européenne de la Photographie pour l’exposition : « Les vieux, histoire muette du 3eme âge ».

Si mes conseils vous ont aidés n’hésitez pas à partager cet article.

Boris


Comment réussir vos photos sous la pluie

Avec le mois de mars les giboulées arrivent et l’on est tenté de rester à l’abri. C’est bien dommage car le mauvais temps apporte des possibilités inédites de prises de vue. Suivez mes conseils et vous n’aurez plus d’excuses pour louper une bonne averse.

1) Préparez- vous avant de sortir

La pluie ça mouille c’est une évidence et aussi un problème. La première chose à faire en tant que photographe de l’extrême c’est de protéger votre matériel. Pour ça plusieurs solutions s’offrent à vous.

-Il existe des housses de protection qui permettent de protéger le matériel contre la pluie. Procurez-vous également un filtre protecteur ou un filtre UV pour préserver la lentille de votre objectif. On utilise ce type de filtre car il ne modifie pas les couleurs des photos. Vous pouvez aussi vous confectionner une protection maison à l’aide de sacs plastiques.

Housse Comment réussir vos photos sous la pluie

-Certains boîtiers et objectifs sont tropicalisés. Cela signifie qu’ils bénéficient de protections prévues pour qu’ils résistent à l’humidité, à la chaleur, à l’oxydation et aux moisissures. Ces appareils sont donc tout indiqués pour faire des photos même en cas d’intempéries.

-En plus de tout cela prévoyez une sacoche étanche pour ranger votre appareil photo quand vous ne l’utilisez pas. L’appareil doit être facile d’accès, donc privilégiez une sacoche en bandoulière plutôt qu’un sac à dos.

Pensez également à vous protéger ;-).

2) Observez votre environnement

Certains passant se cachent, d’autres se mettent à courir donc il y a toujours quelque chose à saisir comme dans cette célèbre photo prise devant la Gare de l’Est.  Les comportements changent sous la pluie et il faut en profiter. Il est  les passants qui courent.

Henri Cartier Bresson Comment réussir vos photos sous la pluie

©Henri Cartier-Bresson

Aussi les gens s’habillent différemment et le jeu de couleurs des parapluies permet d’avoir des photographies originales.

Ville et parapluies Comment réussir vos photos sous la pluie

©Mon Cours Photo

3) Profitez d’ambiances spéciales

Une fine pluie brumeuse donne une ambiance onirique à vos photos. L’aspect flou dû à la pluie ou au brouillard rend une impression de douceur dans le paysage. Ce type de photo est très poétique.

Paysage Onirique Comment réussir vos photos sous la pluie

©Mon Cours Photo

4) Combinez nuit et mauvais temps

La photo de nuit sous la pluie vous offre de nouvelles perspectives vous pouvez obtenir de très beaux bokeh, ces flous artistiques qui apparaissent grâce à une combinaison petites lumières/faible profondeur de champs. C’est l’effet réalisé dans la photo ci-dessous de l’hôtel de ville à Paris.

Ville de nuit Comment réussir vos photos sous la pluie

©Mon Cours Photo

De manière générale les lumières de la ville sont réfléchies par l’eau. La ville devient alors encore plus lumineuse et dégage une ambiance inhabituelle.

5) Photographiez aussi après la pluie !

Quand je parle de photographier après la pluie je pense notamment aux reflets dans les flaques d’eau. Déplacez-vous et cherchez un angle de vue inaccoutumé comme dans la photo ci-dessous par exemple.

Reflet Comment réussir vos photos sous la pluie

©Mon Cours Photo

Vous pouvez aussi trouver des reflets sur le sol mouillé. De ce fait, la composition de votre image peut laisser une grande part de sol qui montrera le reflet de votre sujet alors que sans pluie nous n’aurions pas cette symétrie.

Reflet 2 Comment réussir vos photos sous la pluie

©Mon Cours Photo

Voilà de bonnes raisons de sortir par temps pluvieux. icon smile Comment réussir vos photos sous la pluie

Vous pourriez même croiser un arc-en-ciel, pour savoir comment les photographier c’est ici. Si vous avez d’autres idées ou des questions n’hésitez pas à commenter je tacherais de les incorporer à l’article.

Boris


Découvrez le format carré en 5 étapes

Je vous invite aujourd’hui à découvrir ce format qui tend à se raréfier alors qu’il possède un charme et des atouts évidents… le format carré. Découvrez le format carré en 5 étapes.

1) Remontez le temps avec un format vintage

Les appareils photos numériques actuels permettent pour la grande majorité de shooter en format rectangulaire. Le plus populaire est le 24×36 popularisé grâce au succès du Leica dans les années 30. Il existe cependant d’autres formats de pellicules comme le 6×6 qui correspond à un format d’image carré, mais les capteurs de nos appareils numériques sont rarement de ce format.

Il s’agit d’un format de photographie vintage pour deux raisons principales. C’est avant tout le format de base du Rolleiflex, appareil emblématique des années 50-70.

Harrison Découvrez le format carré en 5 étapes

George Harrison avec un Rolleiflex, entre autres

Et c’est aussi le format des Polaroïds, qui nous font replonger dans les années 1970 et dans une certaine nostalgie de nos photos de vacances, soirées entre amis, etc.

2) Explorez de nouvelles compositions

Le format carré n’a pas comme unique vertu son aspect vintage, il permet aussi des photos originales grâce à son profil atypique. Cette originalité s’exprime dans la composition où la règle des tiers est toujours recommandée mais où l’on peut aussi se permettre des compositions où le sujet sera centré.

Mike brodie Découvrez le format carré en 5 étapes

©Mike Brodie

Ceci s’explique par la lecture de l’image qui se fait différemment que dans un format rectangulaire. L’image n’a, a priori, pas de sens de lecture et le regard s’y promène de manière circulaire. Comme le point de force de l’image est souvent au centre, on n’est pas obligé de respecter la règle des tiers et on peut utiliser la symétrie et les diagonales pour composer son image.

2012 06 02. RABOT Géraldine . Have a break Découvrez le format carré en 5 étapes

©Géraldine RABOT. Have a break, concours smartphone 2012 (4ème place)

3) Mettez en valeur certains sujets

Certains sujets se prêtent très bien à la photographie au format carré. C’est le cas des portraits et des gros plans, ou encore des objets, des détails, des natures mortes… Il est préférable de ne pas trop charger d’éléments vos photos en format carré. C’est un format qui demande à respirer, pour mieux mettre en valeur son unique sujet.

Aussi je vous déconseille de photographier des paysages au format carré, car l’œil s’y perdrait et n’aurait pas de repère. Il n’est pas aisé non plus de photographier la foule … sauf si l’on s’appelle Helmut Newton et que c’est une petit foule organisée qui remplit bien l’image, comme ci-dessous !

Helmut newton Découvrez le format carré en 5 étapes

©Helmut Newton

4) Equipez-vous quel que soit votre budget

Si vous voulez tester le format carré, voici une petite liste d’appareils numériques permettant d’exprimer votre créativité.

Il existe des compacts :

-Chez Canon on trouve le Powershot N, qui coûte environ 300 euros.

-Le Panasonic Lumix LX5, qui coûte environ 350 euros.

-Le GRDIII et le GX100 de la marque Ricoh, qui coûtent environ 600 euros.

Si vous souhaitez vous tourner vers des reflex :

- Reflex Nikon D800, qui coûte environ 2400 euros.

- Reflex Pentax 645D, qui coûte environ 7000 euros.

Des applications pour smartphones permettent aussi de photographier en format carré : Instagram ou encore Hipstamatic pour les plus connues.

instagram Découvrez le format carré en 5 étapes

©BryanBodonnell

5) Développez vos photos dans les meilleurs labos

Le développement n’est pas toujours simple car il faut trouver des labos qui développent les photos numériques en format carré. Il est important de choisir un labo qui peut faire ce type de développement car sinon vous risquez de vous retrouver avec des photos rectangulaires dont on aura tronqué une partie, ou encore des photos avec bords blancs qu’il faudra découper vous-même.  Je vous conseille donc le labo Négatif+ qui propose des formats carrés à partir de 15x15cm et des tarifs dégressifs en fonction de la quantité.

Et vous, êtes-vous revenu ou venu au format carré ?