flux rss

Infos stages et cours de photographie. Actualité et conseils pour de plus belles photos.

Le blog cours-photographie.fr vous donne des conseils artistiques et techniques pour réaliser de plus belles photos et vivre votre passion. Ce blog est édité par la société MonCoursPhoto, qui vous propose des cours et stages de photographie sur Paris

Archives pour la catégorie ‘Trucs et astuces’

10 questions à se poser avant de prendre une photo

On peut se poser 50 questions avant de prendre une photo… Pour simplifier, réduisons-les à 10, à la portée de tous et toutes, nous l’espérons ! En illustration, la vue du 1 étage de la Tour Eiffel un soir de printemps particulièrement agréable…

IMG 5425 10 questions à se poser avant de prendre une photo

1. Quel mode vais-je utiliser ? On exclut le mode automatique… alors, P (programme, idéal lors de la Découverte de son reflex), Av ou A (aperture ou Priorité ouverture), Tv ou S (time value ou speed, donc Priorité vitesse), ou M (Manuel !).

2. Quel format d’image vais-je utiliser ? JPEG pour les débutants, les pressés ou ceux qui n’utilisent pas de logiciel de post-production. RAW (« brut ») ou NEF (chez Nikon) si vous pensez avoir le temps de bien développer chaque photo et éventuellement de les accrocher au mur ou mettre sur votre blog… Ou les 2 en même temps, si vous n’êtes pas sûr !

3. Quelle sensibilité ISO vais-je utiliser ? La plus faible (autour de 100 ISO) sera celle qui vous fournira des photos de meilleures qualité, et sans bruit numérique. Cependant, si vous manquez de luminosité, n’avez pas de pied ou prenez un sujet mobile, il faudra pousser les ISO

4. Quelle balance des blancs vais-je utiliser ? Vous avez souvent un mode « auto » qui ne fonctionne pas trop mal, mais pour décider vous-mêmes de vos réglages, évaluer la température de couleur ambiante. Par exemple, en intérieur avec des lumières jaunes (nos bonnes vieilles ampoules à haute consommation), choisissez la balance des blancs « tungstène ». En extérieur nuageux, la balance des blancs « nuages », et ainsi de suite… Plus là-dessus dans notre stage photo sur la Lumière

5. Quelle mise au point vais-je utiliser ? Si vous êtes dans une situation compliquée (grille ou feuilles devant votre sujet…), choisissez la mise au point manuelle, nous y avons consacré un long article ! Si vous êtes en autofocus, vous avez encore le choix entre automatique, « single » pour les sujets qui ne bougent pas et pour pouvoir recadrer et « continued » pour les sujets en mouvement.

6. Ai-je besoin d’utiliser le flash ? A priori vous le voyez assez vite : votre sujet est totalement sombre et aucune lumière continue ne vient l’éclairer, ou encore il est à contre-jour… même en plein jour !

7. Ai-je besoin d’utiliser un trépied ? Oui pour les photos de nuit, ou même les photos de jour où vous souhaitez montrer un effet de douceur, ou simplement parce que vous manquez de lumière…

8. Dans quel sens cadrer ma photo ? Portrait ou paysage ? On a souvent trop tendance à rester en format paysage…

9. Ma photo est-elle bien composée ? Entre règle des tiers, cadrage, composition… Si votre oeil est satisfait, c’est que c’est peut-être bon ! Notamment, une sous-questions ici : les bords de ma photo comportent-ils des éléments perturbateurs ? Souvent, on s’occupe du centre de la photo… et à la visualisation, malheur ! Un bras coupé sur le côté, une poubelle mal placée, un tronc d’arbre derrière la tête de votre sujet … viennent gâcher votre photo. C’est quand même plus sympa de ne pas avoir à recadrer après ! Bref, attention aux détails qui tuent…

10. Ma photo montre-t-elle ce que je veux raconter ? Car vous avez peut-être élaboré un scénario dans votre tête, qui ne correspond pas au rendu… Il faut savoir raconter une histoire lisible par tous…

En conclusion, comme dirait Confucius : « Une image vaut mieux que mille mots ».

Bonne fin de semaine à tous !

Alexandra


5 conseils pour éviter de faire des photos de touriste… en étant touriste

C’est bien là le grand drame ! Vous avez acheté une petite merveille d’appareil photo, voire même vous êtes un as du mode manuel et pourtant, les photos de votre dernier voyage à Rome sont sans saveur… Voici nos modestes conseils pour répondre à votre question : « Comment ne pas faire des photos de touriste… alors qu’on est soi-même touriste ? ».

Truc n°1 : épurez !

C’est-à-dire, ne montrez que l’essentiel, faites-nous croire que vous avez eu une permission spéciale pour shooter… et ne montrez pas les 200 touristes qui sont autour de vous, comme c’était le cas pour la photo ci-dessous, du Panthéon de Rome.

IMG 2263 5 conseils pour éviter de faire des photos de touriste... en étant touriste
Réglages : ISO 400, F/3,5, 1/60s, 24mm


Truc n°2 : amusez-vous !

Au lieu de fuir les « attrapes-touristes », jouez le touriste à fond, et ça pourra vous donner des souvenirs amusants… Le rire est si important, et le ridicule ne tue pas ! Exemple ci-dessous…

IMG 2252 5 conseils pour éviter de faire des photos de touriste... en étant touriste

Truc n°3 : du détail, du détail !

Le touriste ou voyageur émerveillé a souvent le réflexe (pas l’appareil cette fois) de réaliser une photo qui englobe un maximum de sujets, qui reflète ce que voit son oeil humain, mais qui a souvent le défaut d’être confuse, mal composée, et qui à trop avoir de sujets n’en a aucun… Dans de nombreux cas, pensez aux photos de détails, qui peuvent être plus puissantes que les photos d’ensemble ! Toujours sur le thème Romain, voici l’exemple du four à pizza, dans le détail !

IMG 2196 5 conseils pour éviter de faire des photos de touriste... en étant touriste

Truc n°4 : composez vos images… en prenant votre temps

Certes, vous êtes pressé, Roberto vous attend pour déguster un chianti, mais quand même ! Prenez le temps de composer vos photos. Il y a la règle des tiers, ou bien la symétrie, ou encore le cadre dans le cadre… Cherchez à faire une photo différente ! Ci-dessous, l’exemple de l’autoportrait dans le miroir, toujours à Rome.

cadre rome2 5 conseils pour éviter de faire des photos de touriste... en étant touriste

Truc n°5 : recherchez l’insolite

L’insolite, comme en parle Willy Ronis dans son livre « Ce jour-là« , soit il s’impose à nous et tout de suite on « arme » et on shoote, soit on l’attend patiemment… C’était le premier cas pour cette fontaine de la Piazza Navona où les yeux du personnage louchent en direction du pigeon au-dessus de sa tête !

IMG 0413 5 conseils pour éviter de faire des photos de touriste... en étant touriste

Bref, vous l’aurez compris, profitez de vos prochaines vacances ou ponts pour vous entraîner à ramener des photos différentes, et pour plus de conseils, suivez les cours du Photo-voyageur :

- L’art de la composition pour choisir les bons plans (au sens propre cette fois!), apprendre à vous déplacer…

- Paysages urbains pour savoir comment optimiser le rendu d’un paysage, d’un bâtiment…

- Photoreportage pour savoir témoigner du quotidien, du typique, raconter une histoire…

- Paris by night pour enfin réussir vos photos de nuit et vous amusez avec d’autres passionnés lors d’un cours « éclairant et convivial », dixit 20 Minutes

Alexandra


La sensibilité ISO… et dans quels cas la pousser

La sensibilité ISO (sigle pour la norme de l’International Standard Organisation, anciennement ASA pour American Standard Association) représente la sensibilité de la surface sensible (le film ou le capteur) par rapport à la lumière. C’est un système de ratio de vitesse, ou de sensibilité à la lumière du film, ou du capteur. Ainsi, un doublement d’un nombre ISO (de 200 à 400 par exemple) implique un doublement de la rapidité du film, ou du capteur. Cela implique que, plus la valeur de la sensibilité est élevée, plus la pellicule (ou le capteur) est sensible à la lumière, et donc plus la quantité de lumière nécessaire à une exposition correcte est faible.

capoeira1 La sensibilité ISO... et dans quels cas la pousser

Réglages de la photo ci-dessus, avec un Canon 450D : ISO 800, ouverture F/4, vitesse 1/125, focale 21mm

L’avantage, avec les appareils photo numériques, est que l’on peut changer la sensibilité en un simple réglage, alors qu’en argentique, il fallait finir sa pellicule avant de pouvoir changer la sensibilité !

L’inconvénient, avec ces appareils photo numériques, c’est que plus on monte en ISO, plus on obtient un grain, qui n’est pas aussi joli que le grain argentique : on l’appelle le bruit numérique, et il fait apparaître des touches (tâches ?) de couleur, là où on attend du noir, du blanc, ou autre.

Résultat, la photo ci-dessus, si on la regarde de près (loupe sur la tête, ci-dessous), a du bruit… pas possible d’en faire un poster !

capoeira2 La sensibilité ISO... et dans quels cas la pousser

Cependant, dans certains cas, on n’a pas le choix (à moins d’avoir un super appareil photo avec un super capteur qui ne fait du bruit qu’à partir de 3600 ISO…), et on va pousser la sensibilité ISO, c’est-à-dire l’augmenter, car il n’y a pas assez de lumière et/ou car on ne peut pas baisser la vitesse et utiliser un trépied (comme c’est le cas en Photo de nuit).

Cas 1 : la photo de sport en salle
Comme pour l’image de capoeira ci-dessus, il fallait garder une vitesse assez élevée (et encore, on a un flou de mouvement dans les jambes, mais cela donne du dynamisme à la photo). Malgré une assez grande ouverture du diaphragme, ce n’est pas suffisant… donc on augmente la sensibilité ISO, pour avoir suffisamment de lumière !

Cas 2 : la photo d’enfants en intérieur
A moins que vous habitiez dans un loft avec verrière, votre salon n’est sans doute pas hyper lumineux et vous voulez immortalisez les souvenirs de vos bambins qui courent partout… Vous voyez le parallèle avec le sport en salle ? Donc, on monte les ISO.

Cas 3 : les photos de mariage, dans l’Eglise / le Temple / la Synagogue, etc.
Vous ne voulez pas utiliser votre flash car il ne fait pas si sombre que cela, en plus les mariés sont à plus de 3 mètres donc votre petit flash ne les atteindra pas… Vous montez les ISO.

Cas 4 : les photos de concert, de spectacle
Pas question d’utiliser le flash et gâcher l’ambiance du concert… même chose, on pousse les ISO !

Cas 5 : les photos où le flash est interdit
Eh oui, pour les sujets immobiles, on peut utiliser un trépied, mais en visitant certains lieux touristiques, monuments, musées… le flash est interdit. Alors, on augmente les ISO !

Et maintenant, y’ a plus qu’à ! Pour tous les autres points autour de la lumière, rendez-vous à nos cours Lumière, sensibilité et mode manuel !

Alexandra


5 conseils pour vos photographies de fleurs

Le printemps s’est bien implanté en France depuis 1 mois, et pas besoin d’aller au bout du monde pour admirer et photographier les fleurs ! Dans les parcs, jardins, et même sur les ronds points, les fleurs colorées sont partout !

C’est pourquoi nous vous proposons ce week-end des petits conseils pour photographier les fleurs.

IMG 3369 5 conseils pour vos photographies de fleurs

1. Mettez en valeur la fleur… en diminuant la zone de netteté

Si c’est la fleur qui vous intéresse, à quoi bon montrer le détail en arrière-plan ? Comme pour le portrait, il est conseillé de privilégier une faible profondeur de champ, en choisissant une grande ouverture du diaphragme (petit chiffre sur l’appareil, par exemple entre F/1,4 et F/5,6).
Et bien sûr, faites le point sur la fleur ! Si elle n’est pas au centre de votre image, comme c’est le cas ci-dessus pour montrer le rappel des fleurs cousines en arrière plan, alors deux solutions sont à privilégier :
- faites la mise au point manuelle… vous avez le temps, la fleur est là devant vous !
- utilisez le collimateur de votre appareil photo en plaçant le voyant devant votre sujet (à gauche sur l’exemple ci-dessus, plutôt qu’au milieu).

2. Préférez un temps couvert plutôt qu’ensoleillé

En effet, le soleil au zénith va créer des ombres sur les fleurs et rendre difficile le choix d’une bonne exposition. Au contraire, un ciel nuageux mais lumineux agit comme un gigantesque réflecteur qui va diffuser la lumière de manière plus douce sur toute la fleur.
S’il n’y a pas un nuage à l’horizon, essayez de projeter vous-même votre ombre sur la fleur, pour avoir un éclairage uniforme et non contrasté entre ombre et lumière directe.

IMG 3219 5 conseils pour vos photographies de fleurs

3. Utilisez une vitesse d’obturation élevée

Pour la photo ci-dessus, il y avait beaucoup de vent, donc même en faisant la mise au point manuelle, la fleur bougeait… La seule solution dans ce cas est d’augmenter la vitesse d’obturation, en veillant à ne pas augmenter les ISO pour ne pas perdre en qualité d’image…
Les réglages de la photo ci-dessus : ISO 100,  1/250 seconde, F/5.

4. Vérifiez que l’arrière-plan est uniforme

Il serait dommage de prendre la photo d’une superbe fleur, et de se rendre compte en visualisant la photo qu’un élément parasite se cachait en arrière plan… Même s’il est flouté, on devinera l’élément perturbateur…

IMG 3372 5 conseils pour vos photographies de fleurs

Sur la photo ci-dessus, pas de bol, on voit un pot en arrière-plan, qui nous titille l’oeil et gâche quelque peu l’image…

5. Pensez à la position de votre appareil photo

Encore une fois, la fleur ne va pas s’en aller, vous avez le temps de choisir le bon angle… Si c’est de profil, baissez-vous et mettez-vous à la hauteur de la fleur, comme Alice au Pays des Merveilles ! Si c’est du dessus, contorsionnez-vous sans marcher sur les plantes, et photographiez à loisir la belle géométrie proposée par Mère nature !

Pour l’illustration, un cactus, bien de profil !

IMG 3351 5 conseils pour vos photographies de fleurs

Nota Bene : ces conseils sont aussi valables pour les photographies d’oeufs de Pâques… toute l’équipe de Mon Cours Photo vous souhaite une joyeuse Pâques ! Et avec quelques jours de retard pour Pessa’h !

Alexandra


5 exemples d’utilisation de la mise au point manuelle

Vous avez un appareil photo reflex numérique, ou un bridge… Savez-vous que vous pouvez faire la mise au point manuelle ? Un bouton situé sur votre objectif et/ou sur votre boîtier, selon les modèles, vous permet de choisir entre AF (autofocus) et MF (manual focus). Par défaut, il est réglé sur autofocus… pourtant, dans certains cas, il vaut mieux l’utiliser avec la mise au point manuelle ! Votre appareil photo peut d’ailleurs vous le signaler, lorsqu’il fait « zzz zzz », c’est qu’il ne trouve pas la mise au point …

IMG 7768 5 exemples dutilisation de la mise au point manuelle

1) Pour la macro-photographie

Pour la macro-photographie, il est nécessaire de faire la mise au point manuelle car votre appareil est souvent si près du sujet qu’il ne trouve pas lui même où la faire. Or vous avez besoin d’être extrêmement précis pour une photo macro, et une mise au point sur le mauvais « point » aboutirait à une photo… ratée. Avec la mise au point manuelle, vous contrôlez et choisissez le point de netteté.

2) Dans une situation de basses lumières

Ici encore, votre appareil photo a sans doute du mal à faire la mise au point dans les environnements sombres avec très peu de lumière. Et vous allez entendre le fameux « zzz zzz » et votre bague de mise au point va faire des allers-retours sans savoir où faire le point. Alors passez à la mise au point manuelle…

3) Pour les portraits en plan rapproché

Nous l’avons dit dans d’autres articles, la mise au point pour un portrait doit être faite sur les yeux ! Ce n’est pas toujours évident, il faut jouer avec le collimateur… ou bien shooter avec une mise au point manuelle.

4) Shooter à travers des vitres ou des grilles

Avez-vous déjà connu cette situation : vous êtes au zoo, vous voulez prendre en photo ce superbe lion derrière sa grille… mais vous prenez en photo la grille ! Toute nette, et le lion, derrière, se retrouve tout flou. Alors c’est le moment de se mettre sur la mise au point manuelle. Même idée lorsque vous voulez prendre une photo à travers une vitre, l’autofocus va sans doute s’arrêter à cette vitre et même révéler qu’elle n’était pas bien propre… On passe à la mise au point manuelle.

5) La photo de sport

Vous avez peut-être essayer de prendre en photo un coureur cycliste du tour de France, et n’avez pas « eu le temps » de le prendre au bon moment, car votre appareil photo a eu du mal à faire la mise au point ? Vous pouvez essayer le mode d’autofocus en continu, proposé sur la plupart des reflex, ou encore, passer en mise au point manuelle, pour prendre la photo au bon moment : celui que vous décidez.

Pour aller plus loin :

-Découvrez les fonctionnalités de votre reflex, si vous venez de l’acquérir, en 4h : Découverte de son reflex

- Comprenez les différents types de flou, et sachez les maîtrisez, si vous êtes débutant, en 4h : Profondeur de champ et priorité ouverture

Alexandra


Les 5 commandements du Photo-Voyageur

Que vous ayez voyagé loin ou juste à Paris, vous avez tous déjà vu les bus de 40 touristes, groupés, qui font des dizaines de photos à la volée. C’est d’ailleurs chez eux qu’ils verront mieux le monument ou les ruines, tant ils sont pressés en tant que groupe (dans tous les sens du terme !). Du coup leurs photos sont toutes similaires… à l’exception du photographe qui prend le temps de se déplacer et se fait siffler car il est en retard pour le prochain stop. Vous l’aurez compris, je ne suis pas fan de ce genre de tours, surtout si les voyageurs n’ont pas le temps, de photographier, et de s’imprégner de la culture qu’ils explorent. Si quand même c’est votre façon de voyager pour plein de raisons, voici des idées pour être un peu plus créatifs !

Copie de P1010188 Les 5 commandements du Photo Voyageur

Réglages : ISO 100, F/5,6 et 1/400ème pour cette photo de péruviennes

1) Déplacez-vous

Pour ne pas prendre les mêmes photos que tout le monde, il faut changer d’angle, explorer le site… Cherchez un point plus haut par exemple, peut-être suffit-il de monter quelques marches !

2) Cherchez de nouveaux angles

Pour ajouter de la créativité et de l’intérêt à vos photos, cherchez de nouveaux angles… Mettez-vous au sol pour prendre un sujet en contre-plongée, ou sur une veranda (s’il y en a !) pour une photo à effet « vu du ciel ». De même n’oubliez pas le détail, qui va renforcer la diversité de vos images.

3) Emmenez vos différents objectifs

Pendant les voyages, certaines situations vous poussent à shooter au grand angle (18mm) pour les paysages ou à restituer la vision humaine (35-50mm selon les boîtiers) pour les photos de rues, et pour d’autres vous aurez besoin d’un téléobjectif (70-200mm) pour vous rapprocher d’un sujet ou pour garder du détail. Bref, même si c’est lourd, dommage de laisser à la maison votre équipement !

4) Respectez les autochtones

Ce sont souvent les portraits des habitants des contrées que vous visitez qui seront vos meilleures photos, plus intenses que des paysages mille fois vus. Cependant, n’oubliez pas de demander la permission quand vous photographiez des étrangers, c’est le respect ! J’ai moi-même été photographiée en plein Paris par des chinois alors que j’étais en roller il y a quelque temps, il m’ont demandé la permission !!!

5) Photographiez aussi vos compagnons de voyage !

Car c’est quand même plus sympa d’avoir vos proches sur les photos, en plus des paysages. Non seulement ils donnent une échelle au paysage, et en plus ils peuvent être justement intéressants pour montrer la différence culturelle entre eux et le pays visité.

Pour aller plus loin :

Sachez cadrer et sortir du cadre avec l’Art de la Composition.
Ramenez des photos dignes des plus grands reportages avec le Photoreportage.
Trouvez de nouvelles façons de photographier paysages et architecture avec Paysages Urbains.

Alexandra


5 questions à se poser avant de prendre une photo

Comme l’a dit John Stuart Mill, « La photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard »…

Aujourd’hui, soyons prévoyants, et posons-nous les bonnes questions (autour d’un bon jus de fruit frais pour conjurer les virus de l’hiver) avant de prendre une photographie :

P1010140 5 questions à se poser avant de prendre une photo

1) Dans quel sens prendre la photo ?

On a souvent l’habitude de tenir son appareil photo d’une manière, soit horizontale (format « paysage »), soit verticale (format « portrait »). Demandez-vous si vous ne devriez pas changer de sens !

2) Est-ce que mon cadre est droit ?

Certes, les logiciels de retouche nous permettent de redresser les photos, mais ce serait quand même plus sympa de les faire bien droites dès le début, pour éviter d’avoir le mal de mer ou de terre… Pour cela, prenez des repères, ou dans le cas des habitués aux viseurs reflex, activez l’écran LCD avec quadrillage pour vérifier que vous ne tanguez pas ! Cela vous aidera aussi pour la composition de l’image.

3) Qu’est-ce que je veux raconter ?

Eh oui, car photographier signifie « écrire avec la lumière », donc quelle histoire voulez-vous écrire ? C’est tout l’art du photoreportage, mais c’est aussi pour capturer l’émotion d’un moment en famille…

4) Quel est l’arrière-plan ?

Souvent quand on photographie un sujet, on oublie de vérifier l’arrière-plan, et on découvre ensuite avec regret qu’une plante mal placée donne des oreilles de lapin à notre grand-mère ou qu’un personnage pas très inspirant passait sur le côté de la photo… Bref, il faut surveiller son arrière-plan aussi (en général on surveille bien le premier plan) car des éléments risquent de gâcher la photo.

5) Suis-je assez près du sujet ?

Aujourd’hui la plupart des appareils photo numériques sont dotés de zooms très puissants, et les bons reflex ont aussi des focales aux dimensions honorables… Alors utilisons ces appareils pour nous rapprocher du sujet ! La photo sera plus dynamique, le portrait plus intense, le souvenir plus fort, que si vous laissez le personnage en tout petit…

Est-ce que je me suis posée ces questions pour la photo ci-dessus ? Oui ! Surtout la 3ème icon wink 5 questions à se poser avant de prendre une photo

Heureusement, inconsciemment, intuitivement ou empiriquement, nous savons que ce sont de bonnes questions à se poser !

Alexandra


Une Coccinelle devant un magasin de photographie

La couleur est souvent l’un des éléments le plus marquant d’une photographie, car elle est chargée de symbole. Ainsi une couleur vive attire le regard, alors qu’une couleur pâle va nous apaiser…

Petit aparté, c’est pour cela que vos bébés sont tout excités devant leurs jouets aux couleurs vives, alors que les parents préfèreraient des objets un peu plus passe-partout éparpillés dans le salon… Et c’est surtout parce qu’âgés de quelques mois, ils ne voient que les couleurs primaires, donc vives !

P1010054 Une Coccinelle devant un magasin de photographie

Voilà donc une photo, qui nous vient de Mexico, Mexiiiiico, où la voiture (que j’aimerais bien avoir à Paris !) ne se distingue pas vraiment, alors que la couleur est si forte… Car le mur, lui-même dans les teintes rouges, va la noyer. Aussi, on voit qu’il vient de pleuvoir… et on se dirait presque que le rouge est une couleur froide, en écho à un autre article ….

Je n’ai malheureusement pas de contre-exemple dans mes fichiers, mais c’est pour le panneau « annonciateur » que je m’amuse à publier cette photo !

Alejandra – Fotografia icon wink Une Coccinelle devant un magasin de photographie


Alfama de Lisbonne et astuces en photo de nuit

Le plus vieux quartier de Lisbonne, l’Alfama (qui signifie « source thermale » en arabe) a été épargné par le terrible tremblement de terre de 1755. C’est un dédale de ruelles et d’escaliers qui offre des points de vue superbes sur le Tage ou le reste du quartier.

Alors quand on monte et on descend toute la journée, en touriste, forcément, on n’a pas toujours son trépied de 3 kg avec soi… et je n’avais plus mes pieds non plus, après tant de kilomètres !

IMG 9663 Alfama de Lisbonne et astuces en photo de nuit

Donc pour cette photo j’ai utilisé une balustrade, et maintenu mon appareil bien appuyé avant, pendant et après le déclenchement, car cette balustrade n’était pas aussi plane qu’on aurait pu le souhaiter… Voilà un exemple où j’ai choisi une sensibilité ISO forte, 1600 pour éviter de choisir un temps de pose trop lent : ici 1/8ème de secondes. L’ouverture du diaphragme est de f/6,3, ce qui donne une faible profondeur de champ et une bonne notion de la perspective icon wink Alfama de Lisbonne et astuces en photo de nuit

Quelques astuces pour vos photos de nuit :

  • Il est souvent tentant d’éclaircir ses photos de nuit avec un temps de pose plus long pour y voir plus clair… mais ce sera moins réaliste. Essayez de retransmettre la réalité, ou le ciel trop clair fera un peu « mouche » et le manque de contraste rendra votre photo un peu fade…
  • Ne vous fiez pas trop à l’écran LCD de votre appareil photo numérique ! C’est super d’y voir clair dans le noir, mais il a tendance à clarifier vos photos… Et vous ne vous en rendrez compte qu’une fois sur ordinateur.
  • Conclusion ? Les photographes professionnels conseillent de diminuer vos réglages d’1/2 voire d’un diaphragme, pour sous-exposer légèrement votre photo… qui n’en sera que plus réaliste ! Au pire, vous l’éclaircirez plus tard en phase de retouche

Alexandra


Rizière entre chien et loup

Quel est le meilleur moment pour photographier en extérieur ? Sans doute la période « entre chien et loup », c’est-à-dire à l’aube, ou au crépuscule, lorsque la lumière est douce, chaude, orangée, et rend souvent les éléments de la photo plus agréables…

Juste un exemple pour vous convaincre : prenez un portrait en plein soleil à son zénith, vous obtiendrez des ombres fortes sur le visage, le nez et les arcades sourcilières « tombant » sur les joues, la bouche… Tirez le même portrait au même endroit avec le modèle face au soleil couchant : il aura une belle couleur douce, on verra le détail de ses traits sans ombre gênante, et pour les pâles un teint d’abricot sera des plus flatteurs !

Ca marche aussi avec les paysages : celui-ci est légèrement rosé à la fin de la journée.

IMG 7637 Rizière entre chien et loup

Mon reflex avait pour réglages ISO 200, F/11 et 1/80ème, ce qui me permet de garder une certaine profondeur de champ.

Un autre jour, pas très loin, le même genre de photo, mais pas entre chien et loup, donne un ciel plus lumineux, et plus tranchant avec la rizière :

IMG 7636 Rizière entre chien et loup

Et mes réglages sont quasi-identiques : ISO 200, F/9, 1/80ème. L’avantage de cette photo sur la première est la présence des poules qui viennent dynamiser l’image et lui donner une échelle.

Alexandra