flux rss

Infos stages et cours de photographie. Actualité et conseils pour de plus belles photos.

Le blog cours-photographie.fr vous donne des conseils artistiques et techniques pour réaliser de plus belles photos et vivre votre passion. Ce blog est édité par la société MonCoursPhoto, qui vous propose des cours et stages de photographie sur Paris

Posts Tagged ‘expo photo’

André Morain à la Maison Européenne de la Photographie

La Maison Européenne de la Photographie ouvre aujourd’hui ses portes à sa nouvelle série d’expositions. J’ai fait parti des chanceux qui étaient au vernissage hier soir et j’ai décidé de vous faire partager ma visite et mon ressenti. Ce cycle d’expositions nous entraîne dans l’univers de plus de six artistes différents, et j’en ai retenu un en particulier, mon préféré : André Morain.

Jack Lang André Morain à la Maison Européenne de la Photographie

Jack Lang devant une œuvre de Jaume Plensa, Paris, Jeu de Paume, 1997 © André Morain

L’intérêt que j’ai éprouvé pour son travail vient à la fois de l’esthétisme de ses photographies et de l’aspect historique de son travail. Pendant quarante ans (entre 1962 et 2012) André Morain a capturé les moments-clés du monde artistique à travers des photos pleines de spontanéité. Grâce à elles, on découvre les artistes-phares du 20ème siècle en train de contempler les œuvres de leurs collègues. Ceci m’a à la fois fait sourire et profondément ému.

Brassaï Robert Doisneau André Morain à la Maison Européenne de la Photographie

Brassaï et Robert Doisneau en 1981 au Centre Pompidou ©André Morain

Cette exposition nous fait complètement voyager dans le temps : on rencontre des artistes maintenant disparus (Man Ray, Salvador Dalí, Jacques Prévert…) et d’autres artistes que l’on voit vieillir (Nikki de Saint Phalle, Christian Boltanski, Annette Messager…).

Andy Annette Christian André Morain à la Maison Européenne de la Photographie

Photo 1: Andy Warhol

Photo 2: Annette Messager, Christian Boltanski, exposition “Richard Serra”, Paris, centre Pompidou, 1983-1984 © André Morain

En effet, André Morain a photographié une myriade d’artistes, de galeristes, d’écrivains, d’hommes politiques, de conservateurs, de collectionneurs… tous appartenant au milieu artistique en étant acteur ou promoteur. J’ai pu ressentir la fascination que tout le monde a pour ces artistes ainsi que le plaisir de pouvoir les observer dans un autre cadre : ils ne posent pas, ces photos sont prises sur le vif.

IMG 2098 André Morain à la Maison Européenne de la Photographie

Enfin, beaucoup de photos m’ont aussi fait rire et je vous invite à courir vite à cette exposition pour découvrir le talent d’André Morain et les visages ces générations d’artistes qui se sont succédés.

Infos pratiques:

Maison Européenne de la Photographie

5/7 rue de Fourcy – 75004 Paris

Du mercredi au dimanche, de 11h à 20h (sauf jours fériés)

Entrée 4,50€ à 8 €


Star Wars à la Maison Européenne de la Photographie

Qui a dit que l’on ne pouvait pas concilier la tendance geek et la photographie? Certainement pas Cédric Delsaux et la Maison Européenne de la Photographie. Et en tant que geek, je ne pouvais pas rater l’occasion de vous parler de cette exposition, troublante et captivante.

 Star Wars à la Maison Européenne de la Photographie

© Cédric Delsaux

Cedric Delsaux est un photographe français, de 38 ans, basé à Paris. Autodidacte, l’ensemble de ses projets photographiques repose sur une ambivalence caractéristique : entre banal et extraordinaire, beau et laid et enfin fiction et réalité. Ainsi, dans son projet « 1784« , le photographe se déchire entre le réel des émotions et l’imaginaire de la mise en scène.

Dans « Nous Resterons sur Terre« , de loin son projet le plus abouti et le plus enivrant, Cedric Delsaux explorait un monde post-industrielle à travers « ses lieux symptomatiques, à la fois beaux et laids » : champs de pétrole aux USA, serres de tomates en Hollande, casinos, zoos, chaînes de montage, etc. Le beau et le laid se confrontent.

 Star Wars à la Maison Européenne de la Photographie

© Cédric Delsaux

 Star Wars à la Maison Européenne de la Photographie

© Cédric Delsaux

Quant à son dernier projet « Dark Lens« , il oscille de façon perturbante entre une réalité désabusée et désenchantée et une fiction post-industrielle, sale et sombre. Cedric Delsaux a cherché à sublimer des zones de non-vie, des no man’s land, en y intégrant des personnages.

Mais pas n’importe lesquels puisqu’il s’agit de personnages empruntés de la saga Star Wars. Boba Fett, C3PO, les gardes impériales, ils sont quasiment tous là. Ils semblent être les derniers survivants d’une civilisation perdue : ils envahissent des lieux bien connus, de New York à Dubai en passant bien sûr par Paris.

« Dans ce travail autour de La guerre des étoiles, j’ai cherché à donner de l’importance à des lieux considérés comme des non-lieux par le regard collectif. Le réel n’existe plus. Il n’y a plus que la perception que nous en avons. »

Adoubé et préfacé par le maitre, Georges Lucas, un livre avec tous les clichés est disponible aux éditions Xavier Barral au prix de 39,90€.

L’exposition Dark Lens se tient à la Maison Européenne de la Photographie, du 5 septembre au 4 novembre 2012, de 11h à 20h, pour le prix de 7€.

 Star Wars à la Maison Européenne de la Photographie

© Cédric Delsaux

 Star Wars à la Maison Européenne de la Photographie

© Cédric Delsaux


Exposition de Lauren Roulet : les doudous prennent la pose

Enfant, on ne s’en séparait pas. Cette petite peluche, cet ourson doux consolait nos chagrins et nous accompagnait dans nos rêves. Lauren Roulet, photographe professeur à mon Cours Photo à Lyon présente une exposition simplement intitulée : les Doudous. Elle révèle la relation intime d’adulte, cet attachement profond à ce morceau de tissu d’autant plus remarquable à notre époque de sur-consommation d’objets jetables.

doudous Exposition de Lauren Roulet : les doudous prennent la pose

Les doudous par Lauren Roulet

« Je suis intéressée par les objets qui durent, ceux auxquels on tient et dont on ne peut pas ou on ne veut pas se séparer. » Adulte, nos doudous sont enfouis dans un carton ou au fin fond d’un placard. La photographe les remet en lumière pour capter un moment d’intime tendresse.

Lauren Roulet a une vision personnelle de ses photographies et de ses sujets. Elle même, lors d’un départ aux Etats-Unis à l’âge de 20 ans, a mis dans sa valise ses doudous, « ses pépettes » comme elle les appelle. C’est d’ailleurs à New York qu’elle a commencé à mettre en image ces objets cultes en photographiant les personnes qui, devenues adultes, leur accordent encore une grande importance. » Après tout, ils nous ont consolés dans nos grandes peines d’enfants.

doudoud Exposition de Lauren Roulet : les doudous prennent la pose

Les Doudous par Lauren Roulet

Sa démarche est particulière. Elle photographie en deux temps. En premier, le doudou avec son propriétaire à son domicile, dans son espace privé. Ensuite, elle photographie seule la peluche, « pour montrer l’usure et le temps qui passe, lui rendre hommage. »

Lauren Roulet expose à l’Office du Tourisme de Bourgoin Jallieu (1 Place Carnot), du 17 au 29 Septembre 2012.

Elle est photographe professeur pour Mon Cours Photo à Lyon. Pour suivre un de nos cours : Mon Cours Photo à Lyon

Sachez également que ce projet est toujours en cours. Lauren recherche des personnes de tout âge et de toute culture. Elle aimerait « explorer le sujet au-delà des frontières ». Pour plus d’informations, rendez-vous sur son site internet : laurenroulet.com


Exposition « Des Légumes et des Hommes » à Versailles

La photographe Joëlle Dollé a mené, ces derniers mois, un projet photographique peu banal : faire des portraits d’hommes et de légumes. Ce projet, intitulé « Des Légumes et des Hommes« , a fait passer devant ses objectifs, des célébrités et des inconnus, jeunes et moins jeunes.

Après le Jardin des Tuileries, l’exposition « Des légumes et des Hommes » va tourner dans la région parisienne. L’occasion pour vous de voir ces oeuvres atypiques et rafraichissantes :

  • Du 24 Juin au 9 Septembre 2012, au Potager du Roi à Versailles
  • Du 1er Octobre au 31 Décembre 2012, au Chai de Bercy, à Paris
  • Du 26 Octobre au 4 Novembre 2012, à la Foire de Paris, Porte de Versailles à Paris
 Exposition Des Légumes et des Hommes à Versailles

© Joëlle Dollé - deslegumesetdeshommes.fr

Cette exposition est le travail de deux passionnés, Joëlle Dollé et Christophe Opec, l’une par la photographie et l’autre par la terre et la saveur des légumes. Joëlle s’est spécialisée dans les portraits, elle a travaillé pour la presse et dans des agences de communication. Elle a notamment sorti un livre pour les enfants, « Histoire de voir« , avec des photographies d’animaux. Elle a également réalisé des portraits de personnes handicapées pour AIDES et le Toit des citoyens de l’Arche de la Défense.

Par ses portraits, elle nous interpelle sur le rapport aux autres et à soi-même ainsi que, dans cette exposition « Des légumes et des Hommes », sur notre lien fondamental avec la nature. « J’ai eu l’envie d’apporter un nouveau regard sur ces légumes qui font partie de notre quotidien« . Dans ses photographies, elle tente de faire passer l’harmonie entre l’humanité et le légume, sans artifice, avec comme seule mise en scène, le sourire des sujets, la lumière et un fond uni.

 Exposition Des Légumes et des Hommes à Versailles

© Joëlle Dollé - deslegumesetdeshommes.fr

 Exposition Des Légumes et des Hommes à Versailles

© Joëlle Dollé - deslegumesetdeshommes.fr

De son côté, Christophe Opec s’occupe du livre qui est paru en Juillet 2012, aux Editions du Chêne. Son but : rendre hommage à la nature et aux légumes qui nous entourent et faire aussi redécouvrir des légumes du passé. « J’ai voulu rendre hommage à tous les jardiniers qui développent et conservent des variétés locales depuis que l’homme s’est sédentarisé« .

Je terminerai cet article par une citation de Christophe Opec : « Humains, conscients de cet héritage, notre responsabilité est de le sauvegarder et de le faire fructifier. »

 Exposition Des Légumes et des Hommes à Versailles

© Joëlle Dollé - deslegumesetdeshommes.fr

 Exposition Des Légumes et des Hommes à Versailles

© Joëlle Dollé - deslegumesetdeshommes.fr

Si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite à aller sur le site officiel du projet « Des légumes et des Hommes » : deslegumesetdeshommes.fr


Yutaka Takanashi à la Fondation Henri Cartier-Bresson

Une nouvelle exposition fraichement débarquée du Japon est arrivée mercredi dernier à la Fondation Henri Cartier-Bresson : il s’agit de la rétrospective du photographe japonais Yutaka Takanashi qui expose pour la première fois à Paris l’ensemble de ses travaux.

TAKANASHI 03829 tokyoites Yutaka Takanashi à la Fondation Henri Cartier Bresson

© Yutaka Takanashi

Né en 1935 à Tokyo, Takanashi a d’abord travaillé dans la publicité, puis est devenu professeur en université. Il a commencé à se faire connaître en tant que membre fondateur du mouvement « Provoke » en 1965, pour lequel il publia quelques revues, et à travers lequel il réagissait profondément face à l’establishment photographique.

Yutaka Takanashi12 Yutaka Takanashi à la Fondation Henri Cartier Bresson

© Yutaka Takanashi

On comprend mieux sa réaction en parcourant les photos des années 70 : Takanashi s’émancipe des règles de composition, d’exposition… ses horizons ne sont pas horizontaux, on peut chercher en vain une application de la règle des tiers… Le photographe affirme : « J’ai toujours été irrité par l’aspect tautologique de la photographie« . On voit dans l’exposition des dizaines de photos de gares, de quartiers, de bars… qui sont de vraies photos sur le vif, avec un côté « provoke » qui s’affranchit des règles de la photographie classique. Ses clichés en noir et blanc sont rassemblés dans un premier livre, « Toshi-e » (vers la ville).

TAKANASHI 03812 Yutaka Takanashi à la Fondation Henri Cartier Bresson

© Yutaka Takanashi

L’exposition est chronologique (si vous allez de bas en haut dans la fondation HCB !) et vous découvrirez ensuite ses photos en couleur des années 1975-1977 qui ont été publiées dans « Machi » (la ville) : on découvre une ville de l’intérieur avec ses ambiances feutrées, ses boiseries, ses plantes, ses arrières boutiques…

yutaka takanashi tokyo e Yutaka Takanashi à la Fondation Henri Cartier Bresson© Yutaka Takanashi

Puis on finit dans les années 1980 avec « Golden Gai Street », à savoir l’ambiance des bars de Tokyo, entre couleurs vives mais pas encore pop, des guitares sèches, des de whisky qui côtoient les posters de Mickey Mouse, ou encore de gros téléphones oranges qui doivent peser dans les 5 kg ! Ses photos nous font véritablement voyager.

Horloge Yutaka Takanashi à la Fondation Henri Cartier Bresson© Yutaka Takanashi

C’est toujours un grand bonheur de voir lors d’une seule exposition la rétrospective de sa carrière photographique, que Yutaka Takanashi nous décrit lui-même :
« A mesure que j’avançais je réalisais que deux photographes coexistaient en moi; l’un le chasseur d’images qui essayait de capter l’invisible; l’autre le glaneur qui tentait de saisir uniquement le visible. »

Infos pratiques :

Exposition du 10 mai au 29 juillet 2012
Fondation Henri Cartier-Bresson
2, impasse Lebouis – 75014 Paris (métro Gaîté L13)

Horaires :

Du mardi au dimanche de 13h à 18h30
Le samedi de 11h à 18h45
Le mercredi nocturne jusqu’à 20h30

Et en plus, profitez-en pour revoir quelques unes des plus belles photo de Henri Cartier-Bresson !


La MEP : nouvelles expos de printemps !

Jusqu’au 17 juin, venez découvrir les 3 nouvelles expositions présentées à la MEP (Maison Européenne de la Photographie) !

1- Paolo Pellegrin, « Dies Irae »

Membre de l’agence Magnum, récompensé de très nombreuses fois pour son travail, le photographe italien Paolo Pellegrin fait en quelque sorte partie de cette nouvelle génération de photographes, conscients des moyens techniques et de distribution de notre époque.

Pour lui, sa responsabilité est de « créer des archives de notre mémoire collective », ce qui se traduit par de magnifiques reportages photos sur des conflits ou des catastrophes : le Cambodge (1998), le Kosovo (1999-2001), l’Irak (2003), le Darfour (2004), la Palestine/Cisjordanie (2002-2004), l’ouragan Katrina (2005), le Tsunami (2005), Gaza (2005), Haïti (1995-2010), l’Afghanistan et le Liban (2006), l’Iran (2009). Cette exposition est la première rétrospective qui lui est consacrée en France, et  rassemble près de 200 clichés.

e1 3b La MEP : nouvelles expos de printemps !

©Paolo Pellegrin

e1 5b La MEP : nouvelles expos de printemps !

©Paolo Pellegrin

2- Dominique Auerbacher, « Scratches »

Le scratch ? Il s’agit d’un mix entre le tag & le graffiti, un nom en référence à la culture hip hop et au deejaying, que l’on voit énormément dans les transports en commun, ou sur des vitres.

« Scratches » est un corpus de 25 images réalisées à Berlin en 2009 par le strasbourgeois Dominique Auerbacher, mettant en avant les jeux de lumière et de transparence créés par les scratches vus au fil de ses ballades.

e4 5b La MEP : nouvelles expos de printemps !

©Dominique Auerbacher

g MEP12Auerbacher01a La MEP : nouvelles expos de printemps !

©Dominique Auerbacher

3- Guido Albi Marini, « L’art aveuglément »

Photographe né à Naples, Guido Albi Marini possède une approche innovante. Sa vision du devoir d’artiste ? Interpeller l’amateur d’art par n’importe quel moyen, lui permettre de voir ce qu’il ne serait pas en mesure de voir d’habitude.

Les oeuvres inhabituelles ont tendance à nous perturber, dans notre regard et notre perception, elles peuvent nous déranger car sortent de l’ordinaire, et nous ne comprenons pas forcément le message de l’artiste .

C’est justement le sujet de l’exposition à travers plusieurs séries de tableaux lumineux qui s’enchaînent.

g MEP12Marini03a La MEP : nouvelles expos de printemps !

©Guido Albi Marini

g MEP12Marini01a La MEP : nouvelles expos de printemps !

©Guido Albi Marini

4- La belle Laëtitia Casta sous l’objectif de Dominique Isserman

Toujours présente, depuis janvier … vous avez de la chance, l’exposition photo joue les prolongations jusqu’au 6 mai 2012 !

Infos pratiques :
La Maison Européenne de la Photographie
5/7 rue de Fourcy – 75004 Paris
Métro : Saint Paul (ligne 1)
Ouvert tous les jours de 11 heures à 20 heures, sauf les lundis, mardis et jours fériés (donc pas le 1er mai, le 8 mai, le 17 mai… !)
Plein tarif: 7 €
Tarif-réduit:
4 €
Site : http://www.mep-fr.org/

Vous y êtes allés ou allez le faire ?
Laissez nous vos commentaires & impressions ! icon smile La MEP : nouvelles expos de printemps !


Itinéraires des photographes voyageurs à Bordeaux

« Itinéraires des photographes voyageurs à Bordeaux », c’est le rendez-vous incontournable de ce mois d’avril à Bordeaux, les itinéraires photographiques mettent en avant 16 expositions dans 13 lieux culturels de la ville.

Notre coup de cœur ? Le collectif Du Grain à Moudre, et leurs questionnements sur les lieux de transit et de connexion aux portes de l’Europe.

Ceuta 281 Itinéraires des photographes voyageurs à Bordeaux

© Collectif Du Grain à Moudre

Formé en 2006, le collectif du Grain à Moudre est composé de quatre membres, Arno Brignon / Cédric Friggeri / David Ameye / Julien Pebrel. Un vrai collectif où les projets & expos sont décidés & conçus en commun. Le dispositif d’installation ? « A chaque occasion nous repensons la mise en place des photographies et exploitons des liens et des sens de lectures différents. Ce parti pris nous semble le plus approprié pour que le visiteur réfléchisse à son tour aux enjeux qui naissent à la croisée de nos visions personnelles. »

Ceuta Itinéraires des photographes voyageurs à Bordeaux

© Collectif Du Grain à Moudre


Après leur projet TRANSIT, le quatuor a décidé de voir plus grand et de s’intéresser à la ville frontière de Ceuta, ville espagnole sur la côte marocaine. Pour ça, ils se sont entourés d’Yves Zurlo, spécialiste des enclaves espagnoles au Maroc.

Ceuta 17 Itinéraires des photographes voyageurs à Bordeaux

© Collectif Du Grain à Moudre

Pourquoi Ceuta ? C’est après avoir entendu parler des bousculades de la ville qu’ils ont voulu en savoir plus. Ceuta, c’est un territoire espagnol de 19km², au statut particulier. « Commune d’Europe », certes, mais exclue de l’union douanière, de la politique agricole, de l’application de la TVA, elle a néanmoins la chance de bénéficier des fonds structurels européens.

Sans titre2 Itinéraires des photographes voyageurs à Bordeaux

© Collectif Du Grain à Moudre

Territoire espagnol donc, où se mélange les communautés chrétiennes & musulmanes, Ceuta a fait son entrée dans l’espace Schengen en 1991 ce qui en fait une porte d’entrée pour l’Europe & pour les candidats à l’immigration.

Ceuta, « ville laide » où ils ont trouvé « l’ennui ». Il n’empêche que les photos sont magnifiques et que l’exposition est à voir.

Ceuta 18 Itinéraires des photographes voyageurs à Bordeaux

© Collectif Du Grain à Moudre

Collectif Du Grain à Moudre
Ceuta
Musée D’Aquitaine
Du mardi au Dimanche, de 11h à 18h
20 cours pasteur 33000 Bordeaux
Le reste des expos : c’est ici


Festival Circulation(s) – 2ème édition

La seconde édition du festival Circulation(s) ouvre dès demain au public. Vous ne connaissez pas ? Il s’agit d’un rendez-vous incontournable organisé par Fetard, destiné à promouvoir la jeune photographie européenne & à faciliter leur insertion dans le monde professionnel. En 2011 il avait déjà réuni plus de 24 000 visiteurs.

N°1 Festival Circulation(s)   2ème édition

Au Parc de Bagatelle, de la Galerie Côté Seine au Trianon, venez découvrir les œuvres d’une quarantaine de photographes européens autour de différents volets :

-          La sélection du Jury

-          La carte blanche de Christine Ollier (marraine de l’édition et directrice artistique de la Galerie Les filles du Calvaire)

-          Les Invités

-          Les coups de cœurs SFR jeunes talents

Sélection du jury mais également coup de cœur de Mon Cours Photo : Eugenia MAXIMOVA avec « Kitchen Stories from The Balkans ». Pourquoi les cuisines ? Car elles sont de véritables miroirs de la société, empreintes d’éléments historiques, géographiques, climatiques, sociaux et religieux. Cette série nous fait découvrir les Balkans à travers des photos de cuisine pour nous permettre d’avoir une vision authentique de la vie dans cette région du monde.

kitchen stories from the balkans 04 Festival Circulation(s)   2ème édition

© Eugenia MAXIMOVA

Parmi les invités, on note la présence d’Emeric Lhuisset en partenariat avec Julie Adnan & Jamal Penjweny, avec un studio photo installé au Trianon. Chaleureusement accueillis par les artistes, vous pourrez ainsi posez avec une (fausse) AK-47 devant une bâche tendue imprimée représentant les Sabres de Qadisiyah, monument emblématique de Bagdad. Un contraste Occident / Moyen Orient frappant.

emeric lhuisset Festival Circulation(s)   2ème édition

©emeric lhuisset - julie adnan - jamal penjweny

Le festival Circulation(s), ce sont aussi des évènements :

-          Le 25 février, de 15h à 20h : vernissage et studios photo

-          Le 10 mars, à 15h : table ronde autour de la photographie

-          Les 10 & 11 mars : lecture de portfolios ( de 14h à 20h) + tests d’objectifs & jeu Tamron

Le festival Circulation(s) se déroule Galerie Côté Seine & Trianon, Parc de Bagatelle, Paris 16ème

Infos pratiques et invitations : ici


Berenice Abbott & Ai Weiwei au Jeu de Paume

A travers cette retrospective de plus de 120 photographies, ouvrages et documents inédits, l’exposition retrace les différentes étapes de la carrière de Bérénice Abbott.

Arrivée à Paris en mars 1921, Bérénice Abbott se forme au côté de Man Ray dont elle devient l’assistante. Elle apprend alors les techniques de tirage en laboratoire & de la prise de vue, et débute les portraits.

BERENICE ABBOTT 2012 06 Berenice Abbott & Ai Weiwei au Jeu de Paume

© Berenice Abbott

Elle retourne à New York dans les années 30 et commence Changing New York. Cette série, probablement la plus connue de l’artiste, se révèle être un formidable documentaire du New York des années 30, dans un contexte de crise économique ayant touché le pays.

tinmanwagon1 Berenice Abbott & Ai Weiwei au Jeu de Paume

© Berenice Abbott

Plus tard, elle collabore avec le Massachussetts Institue of Technologie et débute la photographie scientifique, en illustrant les principes de la mécanique et de la lumière.

CS3291 Berenice Abbott & Ai Weiwei au Jeu de Paume

© Berenice Abbott

Le Jeu de Paume présente également la première grande exposition française  de l’artiste chinois Ai Weiwei. A la fois sculpteur, architecte (il a participé à l’élaboration du « nid d’oiseaux » pour les JO de Pékin en 2008) & bloggeur, Ai Weiwei a été désigné en 2011 comme la figure la plus puissante de l’art contemporain par le magazine Art Review. L’artiste immortalise la société qui l’entoure, du New York des années 80 au Pékin des années 90 & nous surprend avec ses  photos « amatrices » prises de son téléphone.

AiWeiwei 07 Berenice Abbott & Ai Weiwei au Jeu de Paume

© Ai Weiwei

Infos pratiques
Berenice Abbott & Ai Weiwei : Entrelacs
Du 21 février au 29 avril 2012

Jeu de Paume
1 place de la Concorde - 75008 Paris

Mardi de 12h à 21h
Du mercredi au vendredi de 12h à 19h
Samedi et Dimanche de 10h à 19h
Fermeture le lundi
Tél. 01 47 03 12 50


Jean-Paul Goude, le « faiseur d’images »

En ce moment a lieu au Musée des Arts Décoratifs une rétrospective du travail de Jean-Paul Goude, c’est l’expo incontournable du moment !

A314bc5e0d642b0af7db1ebd2e397f7bb Jean Paul Goude, le « faiseur d’images »

© Jean-Paul Goude – Azzedine et Farida, 1984

Jean-Paul Goude est un artiste français hors du commun. En avance sur son temps, créatif et novateur, l’image n’a pas de secret pour lui. De photographe à illustrateur, en passant par directeur artistique et réalisateur, sa carrière est riche en rebondissements et il travaille pour des domaines très différents : presse, mode, musique, publicité.
Il est qualifié de « faiseur d’images », de « manipulateur d’images », rien ne vaut une visite de sa rétrospective pour comprendre les qualificatifs qui lui sont attribués.

Ae01f873e61652f1949431b0e3d7c856a Jean Paul Goude, le « faiseur d’images »

© Jean-Paul Goude – Kodakette en chair et en os, Kodak, Rome, 1984

La rétrospective correspond à un parcours chronologique permettant de découvrir l’évolution du travail de Jean-Paul Goude ainsi que son univers, et ses influences. En effet, l’inspiration lui vient de souvenirs d’enfances mais également de rencontres (notamment celle de Grace Jones qui deviendra son égérie) et de l’apparition de nouvelles diversités ethniques (afro-américains, gays etc).

Ae54d50a24d21cb1256d63a0001da2ad9 Jean Paul Goude, le « faiseur d’images »

© Jean-Paul Goude – Hispaniques, Williamsburg, Brooklyn, 1975

Jean-Paul Goude possède une véritable obsession pour la beauté, il cherche par tous les moyens à magnifier le corps. Cela passe par ce qu’il appelle la « French Correction » : redessiner, photographier, découper, faire des miniatures, transformer encore et encore.

C’est tout cela que vous aurez le loisir d’admirer dans l’exposition. A la fois amusant, envoutant et même parfois choquant, laissez vous imprégner par le travail et par l’univers de Jean-Paul Goude.

A10 750 7b597 Jean Paul Goude, le « faiseur d’images »

© Jean-Paul Goude – Grace Jones, V Magazine, Paris, 2009

Infos pratiques :
Du 11 novembre 2011 au 18 mars 2012
Musée des Arts décoratifs
107, rue de Rivoli
75001 Paris
Plein tarif : 9€

Chloé