flux rss

Infos stages et cours de photographie. Actualité et conseils pour de plus belles photos.

Le blog cours-photographie.fr vous donne des conseils artistiques et techniques pour réaliser de plus belles photos et vivre votre passion. Ce blog est édité par la société MonCoursPhoto, qui vous propose des cours et stages de photographie sur Paris

Posts Tagged ‘exposition photo’

Candidatez pour etre le prochain photographe exposé à Paris

Tentez votre chance pour participer en tant qu’exposant aux rencontres photographiques du 10ème !

La bibliothèque Château d’eau et la Mairie du 10ème arrondissement de Paris organisent tous les deux ans Les Rencontres Photographiques du 10ème. La prochaine édition, parrainée par Antoine d’Agata, se déroulera du 15 octobre au 28 novembre 2015. Cette manifestation s’articule autour d’une exposition centrale, située dans le hall de la mairie du 10ème, ainsi que d’environ 90 expositions qui parsèment les 70 lieux de l’arrondissement prévus à cet effet.

Ces rencontres permettent aux photographes de se faire remarquer en participant à l’évènement, avec la possibilité d’être exposé à l’issue de celui-ci.

paris54 Candidatez pour etre le prochain photographe exposé à Paris

pixium st laurent Candidatez pour etre le prochain photographe exposé à Paris

Pour participer, rien de plus simple, il faut habiter, travailler ou étudier dans le 10e arrondissement de Paris, ou bien être inscrit à la Bibliothèque Château d’eau (l’inscription étant gratuite). 10 lauréats seront sélectionnés pour exposer dans le hall de la Mairie. Les autres candidats seront exposés dans l’un des 70 lieux d’exposition et feront partis du catalogue final.

Les documents sont téléchargeables sur le site des Rencontres Photographique du 10èmehttp://rencontresphotoparis10.com

On souhaite bonne chance à tous ceux et celles qui souhaitent concourir, vous avez jusqu’au 16 mai 2015 pour présenter vos photos !

 

Hôpital Lariboisière à Paris 10 Candidatez pour etre le prochain photographe exposé à Paris

 

 


L’édition 2015 du festival Circulation(s) approche

Suite au succès de l’édition 2014 au Centquatre-Paris avec plus de 43000 visiteurs, le festival Circulation(s) remet le couvert pour sa cinquième édition !

Dédié à la jeune photographie européenne, le festival Circulation(s) propose du 24 janvier au 8 mars 2015 un regard croisé sur l’Europe à travers la photographie. Il a pour vocation de faire émerger les talents de la jeune photographie européenne et de faire découvrir au public la création artistique contemporaine innovante.  Cette exposition d’envergure réunit 46 photographes européens, la grande nouveauté de l’édition 2015 est une exposition à hauteur d’enfants, qui sera accompagnée d’un programme pédagogique et d’un ensemble d’activités pour le jeune public.

Circulation(s) a également pour ambition de créer des passerelles et de mettre en lumière les différentes structures européennes ouvrant à la promotion des jeunes photographes et les initiatives lancées par des commissaires, des galeristes, des festivals, des collectifs, des écoles de photographie ou encore des éditeurs européens. Le festival se distingue par son ouverture et son positionnement paneuropéen ainsi que sa vision prospective de l’innovation en terme de création contemporaine.

Voici quelques photos des artistes à découvrir :

AXÉN Kristoffer 1024x771 Lédition 2015 du festival Circulation(s) approche

© Axén Kristoffer

LANKO Ola 767x1024 Lédition 2015 du festival Circulation(s) approche

© Lanko Ola

VERDICKT Franky Lédition 2015 du festival Circulation(s) approche

© Verdickt Franky

EFSTATHIADIS Petros Lédition 2015 du festival Circulation(s) approche

© Efstathiadis Petros

FOUILLET Fabrice Lédition 2015 du festival Circulation(s) approche

© Fouillet Fabrice

VAN DER PALEN Lonneke 724x1024 Lédition 2015 du festival Circulation(s) approche

© Van der Palen Lonneke

 

Infos pratiques :

Du 24 janvier au 8 mars 2015 au Cenquatre-Paris, 5 rue Curial 75019 Paris.

Du mardi au vendredi de 13h à 19h
Week-end de 12h à 19h
Fermé le lundi

Accès libre et gratuit

 


Le photographe Denis Rouvre exposé à Saint-Germain des Prés

Du 6 au 23 novembre 2013 se tient la 3ème édition du Festival Photo à Saint-Germain des Prés, sur le thème Visages et Corps, qui rassemble pas moins de trente-huit galeries sélectionnées pour participer, au sein du 6ème arrondissement de Paris.

Dès ce soir, venez assister au vernissage !
De 18h à 22h, dans toutes les galeries participantes.

festival photo saint germain des pres Le photographe Denis Rouvre exposé à Saint Germain des Prés

Le thème Visages et Corps est donc abordé à travers différentes nuances et interprétations :

-          Le portrait ou l’autoportrait, avec « Kanaks » par Denis Rouvre

-          Le nu et l’étude du corps

-          Les études ethnographiques

-          Le reportage

Nous retenons notamment l’exposition du grand photographe Denis Rouvre, diplômé de l’Ecole Louis Lumière et spécialisé dans l’art du portrait, de célébrités pendant le Festival de Cannes, mais aussi de destins chamboulés comme au lendemain du tsunami au Japon avec sa série de portraits primée au World Press Photo 2012.

low tide 5 Le photographe Denis Rouvre exposé à Saint Germain des Prés

© Denis Rouvre, Low Tide

Si vous ne l’avez pas admirée au Quai Branly, vous pourrez donc apprécier la nouvelle série de Denis Rouvre « Kanaks » à la galerie Hélène Bailly du 7 au 23 novembre 2013 au 38 rue de Seine 75006 Paris. On y retrouve les portraits très expressifs des habitants du village de Canala, à trente kilomètres au nord de Nouméa en Nouvelle-Calédonie, à l’autre bout du monde, et de la France.

denis rouvre Le photographe Denis Rouvre exposé à Saint Germain des Prés

© Denis Rouvre, Kanaks

 denis rouvre 2 Le photographe Denis Rouvre exposé à Saint Germain des Prés

© Denis Rouvre, Kanaks

 


Erwin Blumenfeld au Jeu de Paume

L’exposition Erwin Blumenfeld débarque au Jeu de Paume. L’occasion d’apprécier les diverses œuvres de ce grand photographe : ses photographies évidemment, mais aussi ses dessins et ses collages. Véritable touche-à-tout, il a su faire évoluer les codes de la photographie, et ses clichés sont devenus des classiques, qui inspirent nombre de photographes.

Lisa Erwin Blumenfeld au Jeu de Paume

© Erwin Blumenfeld, Lisa Fonssagrives on the Eiffel Tower, Paris, 1939

Erwin Blumenfeld est né à Berlin en 1897. Il fréquente très tôt le café Westens, lieu de rendez-vous des artistes berlinois. Il s’initie alors au dessin, à la photographie et à l’écriture.

A travers sa recherche de l’image idéale, l’artiste s’émerveille des éléments qui passent à sa portée. Afin de les faire découvrir à son entourage, il capture des instants qui le révèlent : lui, ses rêves, et sa perception du monde. C’est dans cet état de fièvre créative qu’Erwin Blumenfeld arrive aux Pays-Bas en décembre 1918.

« Moi le petit émigrant, il ne me restait en effet plus qu’à me jeter au cou des illusions, aveuglé par mon enthousiasme que ne refroidissait pas la connaissance de la réalité. »
Erwin Blumenfeld

Il participe au mouvement Dada puis entame une carrière de photographe professionnel.

Minotaur Erwin Blumenfeld au Jeu de Paume

© Erwin Blumenfeld, « Minotaur / Dictator », Paris, 1937

Le portrait, le nu et les photomontages font partie de ses sujets de prédilection. Ses photographies, qui jouent sur de forts contrastes, ont un aspect dramatique, contrebalancé par sa malice et son humour. Il affectionne les cadrages serrés ainsi que les éclairages permettant des effets impressionnants. Contemporain de Man Ray, il utilise lui aussi la technique de la solarisation, qui consiste à inverser les valeurs d’ombre et de lumière, et ses premiers nus s’inspirent également des travaux du surréalisme américain.

Nu erwin Erwin Blumenfeld au Jeu de Paume

©Erwin Blumenfel,nu solarisé, 1938.

Nu man ray Erwin Blumenfeld au Jeu de Paume

©Man Ray, nu solarisé, 1930

 

« Pour moi, un photographe amateur est un passionné, un esprit libre qui photographie ce qu’il aime et aime ce qu’il photographie. »
Erwin Blumenfeld

Contraint de fuir le nazisme, il se rend en France et se lance dans la photographie de mode. Il doit ensuite s’exiler aux Etats-Unis en 1941, où il prend son envol en élaborant un répertoire original, et devient l’un des plus grands photographes de son temps.

arden Erwin Blumenfeld au Jeu de Paume

© Erwin Blumenfeld, Publicité de la marque Elizabeth Arden

Cette rétrospective consacrée à Erwin Blumenfeld est une première en France. Je salue donc l’initiative du Jeu de Paume qui permet de découvrir, ou de redécouvrir ce photographe souvent méconnu du grand public.

A vous de réparer cette injustice !

Boris

 

Infos pratiques :

Jeu de Paume

1, place de la Concorde

75008 Paris

Mardi (nocturne) : 11h à 21h

Mercredi à dimanche : 11h à 19h

Fermeture le lundi, y compris les lundis fériés.


Graeme Williams : Frames of change

Et voici une autre expo à ne pas manquer pour tous les parisiens ou touristes qui seront à Paris au mois d’août et septembre.

Dans le cadre de la saison Sud-Africaine en France 2012-2013, la Galerie VU’ expose les œuvres de l’artiste Graeme Williams. Ces photographies hors du temps nous amènent à réfléchir sur l’homme et la société.

 Graeme Williams : Frames of change© Graeme Williams

« Fort de son expérience de peintre, ses photos prises entre chien et loup captent des mosaïques de réalités si différentes qu’elles semblent faites de collages ou manipulées numériquement, bien que ce ne soit pas le cas ; elles fragmentent la surface de la réalité, comme pour déchirer un voile. »

(Graeme Williams, texte de Gary van Wyk in Graeme Williams, Editions de l’OEil, 2010, extrait)

 Graeme Williams : Frames of change© Graeme Williams

Graeme Williams présente à travers ses photos les différentes facettes inhérentes à toute société : richesse et pauvreté, rêves et réalités, loisir et travail… Malgré les transformations en Afrique du Sud, la culture et la société demeurent marquées par la succession des régimes politiques et les modes de vie du passé.

imagew Graeme Williams : Frames of change© Graeme Williams

Infos pratiques :

Galerie VU’
Hôtel Paul Delaroche
58 rue Saint-Lazare
75009 Paris
01 53 01 85 85
La galerie est ouverte du lundi au samedi de 14h à 19h.
Exposition Frames of change du 12/07/13 au 31/08/13.


« Parisienne en été »

Profitez de l’été pour vous cultiver en allant voir une expo photo à Paris… sur les parisiennes, en été !

Pendant l’été Paris se ressource, fini la grisaille, l’agitation, et les rues encombrées, les parisiennes profitent de leurs vacances en s’étendant sur les rives de la Seine ou en se rafraîchissant avec un thé.

Thé au Ritz Boris Lipnitzki Parisienne en été

Thé au Ritz, 1925 © Boris Lipnitzki

Cette volonté de savourer ces instants de calme n’est pas nouvelle. En effet, l’exposition ‘’ Parisienne en été ’’ nous invite à découvrir une ambiance estivale et vintage propre au siècle passé. Les photographes Henri Roger, Albert Harlingue, Boris Liptnizki, Laure Albin Guillot et bien d’autres, ont mis leur art au service de cette belle saison, en immortalisant les moments de détente des parisiennes entre 1880 et 1960.

parisienne en ete paris Parisienne en été

C’est afin de rendre hommage à ces artistes, et à la ville lumière, que la Parisienne de Photographie a décidé de décorer les docks et la Cité de la Mode et du Design de leurs œuvres. Il ne tient qu’à vous d’aller y jeter un œil pour  découvrir les tendances des étés du siècle dernier.

Exposition ouverte du 21 juin au 6 octobre 2013, de midi à minuit, accès libre.

Parisienne en ete Parisienne en été

Infos pratiques :

Les Docks – Cité de la Mode et du Design

34 quai d’Austerlitz
75013 Paris
Tél : 01 76 77 25 30
Mail : contact@citemodedesign.fr
Du 21 juin au 6 octobre 2013, de 12h à 00h
Entrée libre


Deux nouvelles expositions au Jeu de Paume

En cette fin de mai le musée du Jeu de Paume accueille 2 expositions inédites dédiées à la photographie. En effet, c’est une grande première pour chacune des deux artistes exposées : première grande exposition européenne pour l’américaine Lorna Simpson, et première rétrospective sur son travail pour la palestinienne Ahlam Shibli. Nous avons eu la chance d’assister au vernissage ce lundi 27 mai,  j’ai donc décidé de vous écrire un petit billet sur ces expositions et sur tout le bien qu’on en pense chez Mon Cours Photo icon smile Deux nouvelles expositions au Jeu de Paume .

Lorna Simpson

L’artiste américaine Lorna Simpson, née à Brooklyn en 1960, s’exprime grâce au support photographique, mais elle ne s’y limite pas et y ajoute du texte quand cela lui permet de donner davantage de profondeur à ses œuvres. Elle déploie également sa créativité débordante à travers des vidéos emplies de poésie.

« Le fil conducteur de mon œuvre est ma relation aux textes et aux idées qui entourent la notion de représentation » Lorna Simpson.

Waterbearer Deux nouvelles expositions au Jeu de Paume

Waterbearer, 1986 [Porteuse d’eau]. Épreuve gélatino-argentique, lettres en vinyle. © Lorna Simpson

Dans les 2 premières salles Lorna Simpson aborde les thèmes qui lui tiennent à cœur comme l’influence de la classe sociale et du paraître, mais aussi le sexisme, la surveillance et le voyeurisme.

Stereo Styles Deux nouvelles expositions au Jeu de Paume

Stereo Styles, 1988 [Styles en stéréo]. Dix Polaroid dye-diffusion noir et blanc, dix plaques en plastique gravées. Collection Melva Bucksbaum et Raymond Learsy © Lorna Simpson

Nous avons ensuite pu apprécier ses vidéos qui jouent sur la perception du spectateur en utilisant des miroirs et des retours en arrière. La  vidéo des joueuses d’échecs est bluffante, il nous a fallu un certain temps avant de découvrir laquelle était l’originale.

Chess Deux nouvelles expositions au Jeu de Paume

Chess, 2013 [Échecs]. Installation vidéo HD avec trois projections noir et blanc. © Lorna Simpson

En 2009 Lorna Simpson a réuni les images d’un couple des années 50 qui s’amuse à poser devant l’objectif. Elle a ensuite reproduit les mises en scènes des photos en jouant elle-même les deux rôles : féminin et masculin. Ce travail s’inscrit parfaitement dans le thème de l’apparence et du souvenir puisqu’il s’agit de photos d’inconnus achetées sur eBay par la photographe.

Photo vintage Lorna Simpson 1024x508 Deux nouvelles expositions au Jeu de Paume

© Lorna Simpson

Les photos sont très variées et on se prend rapidement au jeu en cherchant laquelle des deux représente Lorna. C’est très amusant de jouer au jeu des 7 différences icon smile Deux nouvelles expositions au Jeu de Paume .

Ahlam Shibli : Phantom Home (Foyer Fantôme)

Ahlam Shibli, née en 1970, se penche sur la situation de minorités très diverses : les orphelins polonais, les soldats palestiniens, les communautés LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres)… Cependant ils partagent une même expérience : la perte du foyer.

Orphelinat Pologne Deux nouvelles expositions au Jeu de Paume

Ahlam Shibli, Sans titre (Dom Dziecka n° 30), Pologne, 2008, tirage chromogénique. © Ahlam Shibli

Ce qui frappe quand on compare le travail d’Ahlam Shibli à celui d’autres photojournalistes c’est le profond respect qui se dégage des photos. Ici l’artiste ne cherche ni à nous apitoyer sur les orphelins polonais, ni à nous choquer avec des images violentes ou obscènes. Elle nous invite à comprendre la situation sans faire de misérabilisme, en posant un regard bienveillant et prévenant.

Eastern LGBT Deux nouvelles expositions au Jeu de Paume

Au final la photographe palestinienne réussit le tour de force de traiter, à l’aide de 6 séries différentes, un seul et même thème.

Découvrez également la programmation Satellite

Cette programmation est présentée dans les espaces interstitiels du Jeu de de Paume (petit café, hall, mezzanine, foyer) et de la Maison d’Art Bernard Anthonioz, à Nogent-sur-Marne.

En ce moment, « Une exposition — un événement » soulève le questionnement de savoir si l’image d’une exposition disparait au profit de l’évènement qu’elle créée. C’est l’occasion de découvrir les œuvres de Mieko Shiomi, Maria Eichhorn et Tim Etchells. Cette exposition intéressera particulièrement les passionnés d’histoire de l’art et de scénographie.

Ces expositions sont riches d’enseignements sur le plan artistique et humain, et je vous recommande fortement d’y aller.

Expositions au Jeu de Paume, du 28 mai au 1er septembre 2013, au musée du Jeu de Paume

1, place de la Concorde 75008 Paris, accès par le Jardin des Tuileries, côté rue de Rivoli, métro Concorde, 01 47 03 12 50, mardi de 11 à 21h, mercredi à dimanche de 11 à 19h. Fermé le lundi. 8,50 ou 5,50€.

Site internet : http://www.jeudepaume.org/


Secrets de photographes : « Derrière l’objectif de Pierre et Gilles »

Aujourd’hui nous tenions à vous parler d’un superbe livre sorti le 18 avril et que vous pourrez vous faire dédicacer ce samedi 27 avril à la FNAC des Ternes à Paris.

Il s’agit de « Derrière l’objectif de Pierre & Gilles », avec des propos recueillis par Chloé Devis, photographe et formatrice chez Mon Cours Photo.

Couverture1 Secrets de photographes : « Derrière l’objectif de Pierre et Gilles »

Qui sont Pierre & Gilles ?

Pierre & Gilles collaborent depuis pas moins de 35 ans ! Ce couple et duo d’artistes a d’abord travaillé pour la presse avant d’investir les musées et les galeries du monde entier.

Ces portraitistes de géni mélangent photographie et peinture. Leurs œuvres s’imprègnent du cinéma coréen, chinois, hollywoodien et se distinguent par des couleurs vives ou pastel. On apprécie dans leurs photos une ambiance pop, presque kitsch, ainsi qu’une originalité sans limite puisant son inspiration dans le décalage, l’humour, et le paradoxe.

Tamoul Mafia1 Secrets de photographes : « Derrière l’objectif de Pierre et Gilles »

© Pierre & Gilles, «Tamoul Mafia. 1993». Hommage à MGR, un acteur mythique du cinéma tamoul.

Un grand nombre d’artistes connus et de personnalités « people » sont passés devant l’objectif de Pierre & Gilles: Étienne Daho, Pascale Borel et Valérie Lemercier, Catherine Deneuve, Serge Gainsbourg, Jean-Paul Gaultier, Marie Gillain, Nina Hagen, Madonna, Salim Kéchiouche, Jérémie Renier, Sylvie Vartan, Mireille Mathieu, Régine, Kylie Minogue, Marilyn Manson, Natacha Régnier, François Pinault, Christian Boltanski, Arielle Dombasle, Laëtitia Casta, etc.

Sylvie Vartan1 Secrets de photographes : « Derrière l’objectif de Pierre et Gilles » © Pierre & Gilles, «Nuit de neige, 1994». Sylvie Vartan pour une commande du journal «Libération»

De quoi parle ce livre ?

Derrière l’objectif, de Pierre et Gilles (Éditions Hoëbeke), ouvre les portes sur leur univers atypique. Ils retracent leur parcours en commentant une centaine de photographies dont les plus emblématiques ont été sélectionnées pour leur exposition à la FNAC Ternes (Exposition du 15 avril au 31 juillet 2013 – Galerie Photo – niveau 4).

Mise en scene1 Secrets de photographes : « Derrière l’objectif de Pierre et Gilles »

© Pierre & Gilles «Johnny Guitar, Matthieu Charneau, 2012».

Le livre ne se contente pas de nous présenter leurs œuvres, c’est un véritable accès aux coulisses. Les photographes décrivent les étapes de la création en révélant leurs secrets de fabrication, les prises de vue, les retouches au pinceau, la mise en scène… Leurs sources d’inspiration proviennent de la culture pop, de la culture gay, de la pornographie, ou même de la religion, qui est un de leurs thèmes majeurs, comme ils l’expriment : « Nous avons le goût du mystique. Il est très difficile de séparer art et religion. ».

Nouvelle Eve1 Secrets de photographes : « Derrière l’objectif de Pierre et Gilles »

© Pierre & Gilles, «La Nouvelle Eve, Zahia Dehar, 2011».

Comment se répartissent-ils les rôles ?

A partir de dessins de leurs projets communs, ils créent les décors de leurs mises en scène. Pierre photographie la scène, puis Gilles retouche le tirage par couches successives de peinture afin d’atteindre l´image recherchée. Il en résulte une œuvre unique, qui n’est achevée qu’une fois le cadre trouvé, celui-ci étant aussi conçu spécifiquement par les artistes.

Clown1 Secrets de photographes : « Derrière l’objectif de Pierre et Gilles »

©Pierre & Gilles

Pierre et Gilles définissent leur travail ainsi :

« On aime idéaliser mais on parle aussi de la mort, du mystère et de l’étrangeté de la vie. Il y a autant de douceur que de violence dans nos images… »

Comment en sont-ils arrivés là ?

Pierre Commoy et Gilles Blanchard grandissent dans des familles qui leur dictent des codes de conduite et qu’ils s’empresseront de transgresser. Après des études artistiques au Havre, Gilles  s’installe à Paris en 1973. Pendant ce temps, Pierre travaille pour quelques magazines. Ils se rencontrent en 1976 et commencent leur collaboration, en totale rupture avec la tradition familiale du « bon goût ».

Pierre et Gilles1 Secrets de photographes : « Derrière l’objectif de Pierre et Gilles »

© Chloé Devis, portrait de Pierre & Gilles

Si vous possédez le livre ou que vous avez visité l’exposition à la FNAC des Ternes, n’hésitez pas à commenter cet article pour nous donner votre avis icon smile Secrets de photographes : « Derrière l’objectif de Pierre et Gilles » .


La Mongolie à l’honneur au Musée Albert Kahn

Quatre regards, deux mondes, « deux temps », deux expositions mais un seul pays : la Mongolie. C’est ce que nous propose le Musée Albert Kahn, grâce à deux expositions qui explorent une Mongolie riche d’une culture atypique. L’une du début du XXème siècle et l’autre d’aujourd’hui.

Il fallait bien deux expositions pour rendre compte de ce pays et de son histoire, qui a marqué l’ensemble de l’Asie, mais aussi et surtout des bouleversements que la Mongolie a vécu en un siècle.

Mise sur le banc de l’Asie par une Chine dominatrice, satellite de l’URSS puis sous un régime autoritaire communiste, la Mongolie tente de se relever. Mais elle souffre avec une société pauvre, nomade et vivant d’une agriculture médiocre et une nation divisée, dominée et gouvernée par une élite oligarchique.

Diapositive1 La Mongolie à lhonneur au Musée Albert Kahn

La Mongolie au fil du présent

C’est cette Mongolie qu’a voulu exposer le Musée Albert Kahn. Le Musée profite de ses infrastructures et nous présente deux évènementsLa Mongolie entre deux ères, dans le Musée en lui même, évoque un monde disparu avec des images des années 1912-1913 et La Mongolie au fil du présent, dans les jardins du Musée, nous propose le regard de quatre photographes contemporains.

Dans la première exposition, on peut se rendre compte de la vie de l’époque, à travers des photographies autochromes (premier procédé industriel de photographie en couleurs), des films et des objets archéologiques.

 La Mongolie à lhonneur au Musée Albert Kahn

La Mongolie au fil du présent

Dans la seconde, le Musée propose de nous plonger dans le cœur des steppes, dans la capitale mégapole, Oulan Bator, entourée de bidonvilles et de yourtes, dans ces modes de vie précaires et nomades, des chamboulements architecturaux et dans cette modernité galopante. Quatre photographes présentent actuellement leurs photographies : Pierre Reinhard, Lucile Chombart de Lauwe, Sophie Zénon et enfin A Yin.

ayin La Mongolie à lhonneur au Musée Albert Kahn

La Mongolie au fil du présent

Ils se sont succédé dans les Jardins du Musée et c’est maintenant au tour du plus connu et le plus symbolique des invités, A Yin, de présenter ses oeuvres. Mongole d’origine et récompensé pour son travail en photoreportage, A Yin montre sa terre natale et témoigne du mode de vie des derniers nomades mongoles, avec qui il vit depuis 1998. Cette proximité lui a permis de saisir des moments d’intimité inédits.

La première exposition se conclura en Mars 2013 mais l’exposition de A Yin se termine le 4 Novembre. Alors dépêchez-vous !

Pour vous rendre au Musée : Métro 10 Station « Boulogne – Pont de Saint-Cloud »

Musée et Jardins Albert-Kahn
10-14, rue du Port
92100 Boulogne

 La Mongolie à lhonneur au Musée Albert Kahn

La Mongolie au fil du présent


L’Hyperphoto de Jean François Rauzier à Versailles

Inventeur de l’hyperphoto , Jean François RAUZIER expose au musée Lambinet à Versailles.

Cours de marbre LHyperphoto de Jean François Rauzier à Versailles

© Jean-François Rauzier, Cour de marbre

Né en 1952 & ancien élève de l’école Louis  Lumière, Jean François RAUZIER est un virtuose des retouches & technologies numériques. Cet artiste, récompensé de nombreuses fois pour son travail, a créé en 2002 le concept de l’hyperphoto.

escalier de la reine LHyperphoto de Jean François Rauzier à Versailles

© Jean-François Rauzier, Escalier de la Reine

L’hyperphoto ? Il s’agit d’une technique de retouches numériques, qui nécessite jusqu’à plusieurs centaines de photos pour pouvoir réaliser une œuvre. Duplication, distorsion, juxtaposition … toutes les possibilités de la retouche numérique sont poussées au maximum afin de réinventer des volumes et des perspectives.

Dans son exposition, Jean François RAUZIER propose un regard onirique sur Versailles. Vous pouvez découvrir les lieux emblématiques de la ville à travers plus d’une trentaine d’œuvres, où se mélange réel et fantastique.

palais royal LHyperphoto de Jean François Rauzier à Versailles

© Jean-François Rauzier, Palais Royal

INFOS PRATIQUES

« Hyperversailles » de Jean-François Rauzier
Musée Lambinet de Versailles
du 28 janvier au 1er avril 2012
54 boulevard de la Reine 78000 Versailles

Gwendoline