flux rss

Infos stages et cours de photographie. Actualité et conseils pour de plus belles photos.

Le blog cours-photographie.fr vous donne des conseils artistiques et techniques pour réaliser de plus belles photos et vivre votre passion. Ce blog est édité par la société MonCoursPhoto, qui vous propose des cours et stages de photographie sur Paris

Posts Tagged ‘lumière’

Mes plans pour prendre des photos en basse lumière

Et voici déjà la 9ème édition de La Boîte à Photos, un collectif de bloggueurs qui se réunit tous les 2 mois environ pour échanger sur un sujet… photographique ! En cette saison de coucher de soleil précoce, le thème retenu étant « les basses lumières », j’ai tout de suite pensé à cette problématique que nous avons tous : comment réaliser de belles photos avec très peu de lumière ? Et ma réponse va être démocratique : quel que soit votre matériel, on va vous trouver des solutions ! Plan A, plan B et même plan C… Du photographe super-équipé au simple possesseur d’un smartphone, on y va !

Ce mois-ci c’est Antoine du blog 1point2vue qui accueille la Boîte à Photos… ça veut dire une belle synthèse à découvrir sur son blog en début de semaine prochaine.

Il est cinq heures, Paris… s’illumine…

Plan A. La sensibilité ISO

Paris, 17h, une belle façade de la place de l’Opéra.

Aujourd’hui, j’ai un Canon 450D entre les mains. Pas de trépied. Je me cale en mode priorité ouverture, à F/5,6 et sur 100 ISO… alors, ma photo est floue. Ma faute ? Oui : la vitesse est trop lente (1/2 seconde) pour compenser le manque de lumière, et je ne suis pas stable (même si je n’ai pas pris l’apéro), donc on voit un flou de bougé :

IMG 5179 Mes plans pour prendre des photos en basse lumière

PHOTO FLOUE – Réglages : 70mm, F/5.6, ISO 100, ½ seconde

Mon plan A, si je n’ai rien d’autre sous la main (à savoir, un trépied, lire plan B un peu plus bas) : je dois augmenter la sensibilité ISO. A 800 ISO, c’est tout de suite plus net. Il y a un léger grain (bruit numérique) si on zoome, mais pour une page de blog, la qualité est suffisante… Mission réussie !

IMG 5188 Mes plans pour prendre des photos en basse lumière

PHOTO NETTE – Réglages : 70mm, F/5.6, ISO 800, 1/15 seconde

 

Plan B. Le trépied

Il y a un moment où monter en ISO ne suffit plus, il faut un trépied ! La nuit se fait plus obscure… Quelle chance ! Un trépied vient de me rejoindre pour cette séance photo hivernale. Parfait, je peux abandonner mes réglages à 1600 ISO pour repasser à 100 ISO car maintenant, c’est le trépied qui va me permettre d’éviter le flou de bougé !

Je ne ferai donc pas cette photo, ci-dessous, qui en plus d’être un peu floue, est trop claire… En effet, l’appareil photo « rééquilibre » automatiquement la scène très sombre ce qui fait qu’ on obtient un ciel cramé… Bref, le résultat n’est pas satisfaisant.

IMG 5200 Mes plans pour prendre des photos en basse lumière

PHOTO FLOUE SANS TREPIED – Réglages : 31mm, F/4.5, ISO 800, 1/5 seconde

Grâce au trépied, on peut faire cette autre photo ci-dessous, prise en mode manuel, où j’ai volontairement sous-exposé la scène (puisque mon cher appareil photo voulait encore l’éclaircir !), et j’obtiens une scène fidèle à la réalité, et nette, en basse lumière !

IMG 5211 Mes plans pour prendre des photos en basse lumière

PHOTO NETTE AVEC TREPIED - Réglages : 29mm, F/4.5, ISO 100, 1/2 seconde

 

Plan C. L’optique à focale fixe

Parisiens, vous aurez peut-être reconnu la devanture des Galeries Lafayettes… Et qui dit Galeries dit vitrines de Noël, univers onirique et enfantin, renforcé par cette bonne odeur de marrons chauds… Eh bien, face aux animations de Noël (animées, donc), on peut ranger son trépied ! Certes nous sommes en basse lumière MAIS nos sujets bougent, c’est là tout le charme de ces vitrines… Il me faut trouver une solution !

Arrive alors mon plan C. Je change d’objectif et j’arme mon Canon EOS 450D de l’objectif le meilleur rapport qualité-prix (environ 110 €) de la marque : l’optique Canon 50mm F/1.8. Pour les non-initiés, ça signifie que toutes mes photos vont être prises à 50mm (focale fixe), donc que je devrais me déplacer, me rapprocher ou m’éloigner de mon sujet pour obtenir le cadrage souhaité car il n’y a pas de « zoom », mais surtout, cela signifie que je peux ouvrir mon diaphragme à F/1.8, c’est-à-dire que cette optique est TRES lumineuse. Et voilà comment je réussis des photos nettes de sujets qui bougent, en basse lumière.

Voici des exemples pris sur les vitrines de Noël (2013) aux Galeries Lafayettes et au Printemps du boulevard Haussmann à Paris (sponsorisé par Prada cette année, après Louis Vuitton en 2012…). Au passage, on apprécie le fort contraste net/flou (bokeh pour les intimes) au sein des photos, qui est permis grâce à cette fameuse ouverture à F/1.8 qui nous permet de minimiser la profondeur de champ

IMG 5222 Mes plans pour prendre des photos en basse lumière

Réglages : 50mm, F/1.8, ISO 200, 1/80 seconde

IMG 52271 Mes plans pour prendre des photos en basse lumière

Réglages : 50mm, F/1.8, ISO 200, 1/80 seconde

IMG 5228 Mes plans pour prendre des photos en basse lumière

Réglages : 50mm, F/1.8, ISO 200, 1/100 seconde

IMG 5273 Mes plans pour prendre des photos en basse lumière

Réglages : 50mm, F/1.8, ISO 200, 1/250 seconde

IMG 5280 Mes plans pour prendre des photos en basse lumière

Réglages : 50mm, F/1.8, ISO 100, 1/125 seconde

IMG 5289 Mes plans pour prendre des photos en basse lumière

Réglages : 50mm, F/1.8, ISO 100, 1/320 seconde

 

Plan D. L’iPhoneographie

En photo, et dans la vie, il faut savoir prendre du recul… Chose pas toujours aisée avec ma chère optique à focale fixe 50mm F/1.8… qui me donne cette photo de la façade des grands magasins :

IMG 5297 Mes plans pour prendre des photos en basse lumière

CANON EOS 450D – Réglages : 50mm, F/1.8, ISO 100, 1/125 seconde

Le problème, c’est que je n’ai pas de recul, je n’arrive pas à prendre toute la façade… Alors je peux revenir au plan B (sortir mon trépied et remettre mon objectif à focale variable) ou passer au plan D : dégainer mon iPhone (ceci est valable pour tous les autres smartphones avec un bon capteur).

Et je peux enfin prendre des photos d’ensemble, en basse lumière, dont je n’ai pas à rougir !

IMG 0602 Mes plans pour prendre des photos en basse lumière

 iPhone 4 – Réglages : 4mm, F/2.8, ISO 100, 1/15 seconde

IMG 0597 Mes plans pour prendre des photos en basse lumière

iPhone 4 - Réglages : 4mm, F/2.8, ISO 400, 1/15 seconde

 

Conclusion

Par cet article, je ne veux pas créer la polémique en disant qu’un smartphone vaut mieux qu’un reflex, ce n’est pas la vérité même si la qualité des capteurs des smartphones rejoint vraiment celle de nombreux appareil photos compacts. Je pense notamment à Samsung chez qui la frontière entre compact numérique connecté et smartphone devient de plus en plus mince…

Je veux juste vous montrer que nous avons changé nos habitudes et, tout comme nous zappons de la télé à la tablette et au smartphone à la maison, nous le faisons aussi en tant que photographes : nous disposons de plusieurs options pour prendre des photos, et nous les utilisons toutes ! Donc, en basse lumière, on s’adapte et on dégaine son reflex, son compact, ou même son smartphone, et sans honte…

Attention, l’iPad ou tout autre tablette de plus de 8 pouces sont quand même à proscrire pour prendre des photos, la qualité est terrible, « ça fait touriste »… Vous êtes à 5000km de chez vous et totalement incognito… ? Même si c’est votre cas, restez dans l’ombre !

Alexandra

 

Pour aller plus loin :
Article sur La photo en hiver avec la Boîte à Photos
Cours de photos toute l’année, pour soi ou à offrir : http://www.moncoursphoto.fr
Article sur les Vacances pour la Boîte à Photos

Copyright :
Toutes les photos de cet article : reproduction autorisée uniquement avec la mention © MonCoursPhoto.fr

 

 


Jouer avec la lumière – Partie 2 : le low key

Voici la suite tant attendue de notre série d’articles « Jouer avec la lumière ». Après nous être penchés sur l’effet high key, nous abordons le low key.

Qu’est-ce qu’une photographie low key ?

L’effet low key est réalisé en sous-exposant volontairement un cliché. Alors que l’effet high key tend à diminuer les contrastes, l’effet low key les intensifie. Comme le high key, le low key peut aussi constituer un bon moyen pour récupérer des photos mal exposées en accentuant la sous-exposition.

L’effet low key exploite les zones sombres en les incorporant à la composition de l’image. Un bon sujet pour réaliser ce genre d’effet doit posséder une dominante sombre. Cette méthode confère un aspect dramatique et une ambiance mystérieuse à la photographie. On l’emploie souvent dans un contexte de luxe, de nature morte, ou de portrait.

Attention, une photo « low-key » contient essentiellement des tons moyens, du noir, et des basses lumières. Il ne s’agit pas uniquement d’une image sous-exposée, et elle ne doit pas être bouchée (entièrement noire et sans détails).

Leica Jouer avec la lumière   Partie 2 : le low key

Quel équipement utiliser ?

En extérieur :

Vous avez besoin de votre appareil photo et d’un environnement favorable (nuit, zones sombres…).

En intérieur/studio :

Réaliser une photographie low key en intérieur est plus simple. En effet vous pouvez contrôler la quantité de lumière disponible en obstruant les fenêtres. Vous devez utiliser quelques lampes ou un flash pour révéler les détails que vous souhaitez mettre en avant.

Quels réglages effectuer ?

En théorie :

Afin d’éviter tout bruit numérique vous devez privilégier une sensibilité ISO faible (idéalement 100 ISO).

Sélectionnez le mode manuel ou mode « M ». Jouez sur le temps de pose afin de choisir quels éléments de l’image resteront visibles. Le diaphragme doit être suffisamment fermé (f/11 ou plus) pour laisser passer moins de lumière, et donc sous-exposer l’image.

Il faut que les éléments autour de votre sujet (l’arrière-plan notamment) soient plus sombres que lui.

Cokul Jouer avec la lumière   Partie 2 : le low key© Cokul

En pratique :

Il faut que vous ayez un écart d’environ 2 à 3 IL (indice de lumination) entre les zones lumineuses et l’arrière-plan. Un indice de lumination est un moyen de mesurer la lumière, lorsque vous avez un écart de 1 IL entre deux sujets identiques, cela signifie que l’un d’eux est 2 fois moins éclairé. Ceci correspond aux situations que l’on rencontre lors des photos de concerts.

Pour réaliser une photo low key, vous devez exploiter cette situation en effectuant la mesure de la lumière sur une partie lumineuse de votre sujet, en utilisant la mesure spot. Ainsi votre sujet, ou une partie de votre sujet, va être correctement exposé tandis que les autres parties seront sombres.

Sebastian Fiedler Jouer avec la lumière   Partie 2 : le low key© Sebastian Fiedler

Comment améliorer vos photos ?

Pensez à bien éclairer les éléments que vous voulez voir apparaître sur votre image. Faites attention, le résultat ne correspond pas à ce que l’œil humain perçoit.

Comme pour le high key, travailler en RAW permet d’affiner très précisément le rendu final de l’image en assurant vous-même son développement. Une fois la prise de vue effectuée, vous pouvez modifier les contrastes et diminuer la luminosité grâce à un logiciel adapté (Gimp, Lightroom, Photoshop).

arbyreed Jouer avec la lumière   Partie 2 : le low key

© Arby Reed

Vous pouvez partager vos meilleures photos sur notre page Facebook ou en les postant dans les commentaires.

Boris


Jouer avec la lumière – Partie 1 : le high key

Étymologiquement, le photographe « écrit avec la lumière », et il peut être amené à vouloir donner une certaine ambiance à ses images en jouant avec la lumière et l’exposition. Aujourd’hui nous allons apprendre à exploiter la lumière pour créer un effet bien particulier : « l’effet high key ».

Paul Goyette Jouer avec la lumière   Partie 1 : le high key© Paul Goyette

Qu’est-ce qu’une photographie high key ?

Le high key est un effet photographique qui utilise la lumière afin de surexposer volontairement un cliché. On obtient alors un rendu qui dégage une tonalité claire et douce. L’effet high key peut aussi constituer un bon moyen pour récupérer des photos mal exposées en accentuant la surexposition.

Un bon sujet de photographie high key ne doit pas contenir de zone sombre trop importante, seulement quelques détails qui vont suggérer un peu de relief. Ce type de photographie donne une impression de pureté, de légèreté, et de joie. On l’emploie le plus souvent pour les photos de modèles ou de fleurs.

Attention, une photo high key contient principalement des tons moyens clairs et des hautes lumières. Il ne s’agit pas uniquement d’une image surexposée, elle ne doit pas être brûlée (entièrement blanche et sans détails).

high key fleur moogs Jouer avec la lumière   Partie 1 : le high key

© Moogs

Quel équipement utiliser ?

En extérieur :

Vous avez besoin de votre appareil photo, et parfois d’un trépied.

En intérieur/studio :

Si vous voulez réaliser des photos high key en intérieur, il vous faut également plusieurs sources de lumière, le mieux étant d’avoir quelques flashs, voire du matériel de studio. Je vous invite donc à lire l’article suivant : « Créer un studio portable » qui vous explique comment se constituer un studio portable à petit prix.

Erwin Blumenfeld Jouer avec la lumière   Partie 1 : le high key© Erwin Blumenfeld

Quels réglages effectuer ?

En théorie :

Afin d’éviter tout bruit numérique vous devez privilégier une sensibilité ISO faible (entre 100 et 400 ISO).

Sélectionnez le mode manuel ou mode « M », et choisissez l’ouverture adéquate en fonction de la profondeur de champ ou zone de netteté que vous souhaitez obtenir. Notons tout de même qu’une grande ouverture (de f/1,4 à f/5,6) renforcera l’effet high key en  isolant encore davantage votre sujet.

Vous devrez choisir une vitesse d’obturation suffisamment lente pour surexposer volontairement l’image. En-dessous d’un certain seuil (1/30 sec en général), un trépied constitue donc un accessoire indispensable pour stabiliser l’appareil photo en cas de temps de pose long.

Erwin Blumenfeld Jouer avec la lumière   Partie 1 : le high key

©Erwin Blumenfeld

En pratique :

Il faut que vous ayez un écart d’environ 2 à 3 IL (indice de lumination) entre votre sujet et l’arrière-plan. Un indice de lumination est un moyen de mesurer la lumière. Pour rappel, lorsque vous avez un écart de 1 IL entre deux sujets identiques, cela signifie que l’un d’eux est 2 fois plus éclairé que l’autre. Typiquement, lorsque vous photographiez un sujet en contre-jour, il y a entre lui et la lumière extérieure un écart de plusieurs IL.

Pour réaliser une photo high key vous devez exploiter cette situation en effectuant la mesure de la lumière sur une partie sombre de votre sujet grâce à la mesure spot. Ainsi votre sujet, ou une partie de votre sujet, va être correctement exposé. En situation d’intérieur l’idée générale est similaire : on cherche à surexposer l’arrière-plan à l’aide de différentes sources lumineuses (flashs, lumières, réflecteurs…).

Highkey oiseau Jouer avec la lumière   Partie 1 : le high key

Comment améliorer vos photos ?

Travailler en RAW apporte de gros avantages, cela vous permet d’affiner très précisément le rendu final de l’image en assurant vous-même son développement. Une fois la prise de vue effectuée, vous pouvez modifier les contrastes et la luminosité grâce à un logiciel adapté (Gimp, Lightroom, Photoshop…), et obtenir ce que vous souhaitez.

Pour accentuer l’effet high key vous pouvez aussi convertir vos photos en noir et blanc.

DanRhett Jouer avec la lumière   Partie 1 : le high key© Dan Rhett

N’hésitez pas à partager cet article sur les différents réseaux sociaux.

A très bientôt pour une seconde partie sur l’effet low key ! ;)

Boris


Photographier lors des Golden Hours

J’ai constaté que je vous ai parlé à plusieurs reprises des ‘’golden hours’’ mais qu’aucun de mes billets ne traite de ce sujet… J’ai donc décidé de réparer ça en vous écrivant un article très complet sur ces moments magiques, souvent oubliés par les photographes débutants.

1) Les “golden hours”, kesako ?

Les “golden hours”, aussi appelées ‘’les moments magiques’’, correspondent aux premières heures de la journée, lorsque le soleil vient de se lever, et aux dernières heures du jour, lorsque le soleil est sur le point de se coucher. A ne pas confondre avec « l’heure bleue » qui se situe juste avant le lever du soleil, et juste après le coucher du soleil : l’image sera plus froide.

La durée des ‘’golden hours’’ varie suivant les saisons. Malgré leur nom, ces moments peuvent se limiter à quelques minutes, il faut donc être prêt à appuyer sur le déclencheur.

Avec le changement d’heure, et l’alternance des saisons il est parfois difficile de savoir à sur quelles heures s’étalent ces moments-clés. Je vous conseille donc d’utiliser ce site : http://www.golden-hour.com/ qui vous renseignera sur les heures à privilégier pour vos photos.

Pour connaître le début et la fin des ‘’golden hours’’ vous pointez sur la carte l’endroit où vous souhaitez réaliser vos photos. Un calendrier s’affiche en bas représentant les heures de la journée, les zones jaunes désignent ces fameuses ‘‘golden hours’’.Golden Hours Photographier lors des Golden Hours

Exemple de ciel pris lors des ‘’golden hours’’© Wolfgang Staudt

2) Pourquoi photographier pendant ces heures-là ?

Lors des ‘’golden hours’’, la lumière est plus douce et les couleurs plus chaudes d’où le terme ‘’golden’’ qui signifie ‘’dorées’’. Les contrastes sont également moins marqués ce qui évite d’obtenir des photos avec des zones bouchées (sous-exposées) ou cramées (surexposées).

De plus, ces conditions lumineuses permettent de bénéficier d’une ambiance particulière pour vos photos. Les ombres apparaissent moins dures et se détachent mieux des sujets, ce qui autorise des effets très particuliers. Le ciel semble souvent très impressionnant avec des teintes chaudes et un éventail de couleurs bien plus important qu’à l’accoutumé.

Ces moments magiques se prêtent bien pour tous les types de photographies réalisées en extérieur, car le ciel est particulièrement coloré durant ces heures dorées. Bien sûr les photographies de paysages aux heures dorées sont impressionnantes, mais pensez également à tirer des portraits à ces moments-là, ils seront empreints d’une douceur agréable.

portrait Photographier lors des Golden Hours

© Trey Ratcliff

3) Comment profiter au mieux de ces moments magiques ?

Voici quelques recommandations à tous ceux qui aimeraient expérimenter la photo pendant les ‘’golden hours’’ :

-          Utilisez un trépied, car parfois les scènes photographiées sont très sombres à ces moments de la journée. Il serait dommage de rater une photo à cause d’un flou de bougé ou du bruit numérique dû à une valeur ISO trop élevée.

-          Arrivez avant le début des ‘’golden hours’’ pour préparer vos réglages.

-          Prenez plusieurs photos de la même scène. La lumière change rapidement à ces heures-ci et vous pourriez être surpris de la différence de rendu entre des photos a priori identiques.

-          Pensez à emmener une lampe de poche, et à vous couvrir. Il peut faire très froid tôt le matin, même en été :-).

Partagez avec nous vos meilleurs clichés pris pendant les ‘’golden hours’’ sur notre page Facebook ou notre compte Twitter.

A bientôt pour d’autres astuces photo,

Boris

The Li River Photographier lors des Golden Hours

© Trey Ratcliff


5 conseils pour vos photos en plein soleil

Depuis hier, le printemps est là. Le beau temps aussi, tout comme le soleil. C’est le moment idéal pour sortir son appareil & aller prendre de jolies photos en extérieur.

Seulement voilà, les photos en plein soleil sont parfois loin d’être une totale réussite. Les sujets grimacent et ferment les yeux à cause du soleil en face d’eux, ils ont des ombres sur le visage, ou pire, on ne les voit pas à cause du contre-jour.

aSeed 5 conseils pour vos photos en plein soleil

© Frédéric Lefeuvre

Conseil n°1

Ne mettez pas votre sujet face au soleil. Raison n°1 : le soleil pique les yeux, il serait aveuglé. Raison n°2, et non des moindres : le soleil de face crée des contrastes trop forts, ou des ombres pas franchement esthétiques.

Conseil n°2

Utiliser le flash (externe) ! Oui, oui, oui ! Même en plein jour. Le flash n’est pas seulement utilisable pour immortaliser vos repas de famille dans le salon ou vos folles soirées dans un bar. En plein soleil, il sert notamment à déboucher les ombres, c’est-à-dire les réduire. Grâce à ça, on obtient une image plus homogène entre le ciel et le sujet.

original 5 conseils pour vos photos en plein soleil

Photo : Canon 550D, 1/200, F/6,3, ISO 100, flash cobra

Conseil n°3

Servez-vous de la lumière réfléchie. Soit avec un réflecteur (comme les pros), soit avec des surfaces claires, comme un mur blanc. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit d’une trèèèès bonne source lumineuse, et comme le flash, la lumière réfléchie va ré équilibrer l’exposition entre le ciel et le sujet.

Conseil n°4

Utiliser un filtre polarisant. On en avait déjà parlé, ce fameux filtre réduit les réflexions, augmente les contrastes & la saturation des couleurs, attenue le voile atmosphérique. En plus, le ciel sera encore plus bleu !

Conseil n°5

Pensez à bien faire votre balance des blancs ! Soit de façon manuelle (pour les plus forts d’entre vous), soit en choisissant bien le petit soleil sur votre boîtier. Sinon vous risquez de vous retrouver avec une photo teintée rouge, jaune ou bleu.

aSeed11 5 conseils pour vos photos en plein soleil

© Frédéric Lefeuvre

Si vous habitez à Nice, profitez de nos cours photo à Nice avec Frédéric Lefeuvre qui a pris 2 des photos ci-dessus !

Et le bonus pour la fin : n’ayez aucune honte à devoir retoucher sur Lightroom ou Photoshop !


Réussissez vos portraits en toute circonstance !

Vous êtes nombreux à nous poser des questions sur les techniques du portrait pendant les stages photo Paris que vous suivez avec nous. Aujourd’hui nous vous confions quelques secrets pour un portrait réussi, et ce en toute circonstance, quelle que soit la lumière environnante !

1) Le portrait en plein soleil

C’est à fuir absolument… Pas de portrait en plein soleil ! Mais parfois, on n’a pas le choix. Nous avons déjà abordé le problème de la photographie en plein soleil dans notre article «  les 5 utilisations du flash intégré ». En effet, lorsque vous réalisez un portrait en plein soleil, le visage est parsemé d’ombres disgracieuses qui enlaidissent la photo… et desservent votre modèle. Dans cette situation, il faut utiliser un flash ou, pour garder une nuance d’ombres, un réflecteur, afin de déboucher les ombres et d’obtenir une belle photo !

2) Le portrait par temps nuageux

Contrairement à ce que l’on pourrait intuitivement penser, les temps couverts ou nuageux sont les plus propices à la réalisation de beaux portraits ! Pourquoi ? Parce que la lumière est diffuse, son intensité se répartit bien sur tout le visage et évite la présence d’ombres trop fortes. Pour vous débarrasser totalement des ombres restantes, ou les atténuer plus, notre secret : utiliser un réflecteur… ou un drap blanc posé au sol !

Vous testerez cela lors de notre cours de 4h, à Paris « Le portrait en lumière naturelle »… prochaine date dimanche 23 octobre de 14h30 à 18h30 !

Portrait drap blanc2 Réussissez vos portraits en toute circonstance !

Photo : © 2011 – Mon Cours Photo, Portrait en lumière naturelle, février 2011

Portrait réflecteur2 Réussissez vos portraits en toute circonstance !

Photo : © 2011 – Mon Cours Photo, Portrait en lumière naturelle, février 2011

3) L’arrière-plan en extérieur

Lorsque vous réalisez des portraits en extérieur, il est intéressant d’utiliser l’arrière-plan pour améliorer encore votre photo. En effet, même si vous allez flouter l’arrière-plan pour mettre en valeur votre personnage, l’arrière-plan a toute son importance ! Recherchez plutôt l’harmonie pour éviter que la lecture de la photo soit compliquée et confuse, avec trop d’éléments. Ainsi, vous pouvez tout à fait profiter d’un jardin fleuri pour prendre en photo un portrait de plain-pied ou encore de beaux ensembles architecturaux, comme cette photo d’Alexandra (de Mon Cours Photo !) prise par Fabien (un excellent photographe, portraitiste… et professeur !) en février dernier.

Alexandra Buren Fabien Campoverde2 Réussissez vos portraits en toute circonstance !

Photo : © 2011 – Fabien Campoverde, Alexandra et les colonnes de Buren, février 2011

4) L’arrière-plan en studio

Le grand avantage du studio, c’est la liberté : vous choisissez votre éclairage, votre sujet et votre fond ! Blanc, noir, de couleur, en velours ou sans matière… Grâce à l’éclairage que vous souhaiterez donner à votre portrait, vous obtiendrez un fond totalement noir ou plus léger dans une couleur pâle, comme sur les photos ci-dessous.
Après, pour obtenir un vrai noir, un vrai blanc… on vous explique ça au cours « Photo en studio »… prochaine date samedi 22 octobre de 14h à 18h !

Ambiance Studio2 Réussissez vos portraits en toute circonstance !

Photo : © 2011 – Mon Cours Photo, Studio Le Petit Oiseau Va Sortir

5) Le portrait incongru en toute circonstance

Pour changer d’une collection classique / limite photomaton de portraits, mettez-vous en scène ! En intérieur comme en extérieur, cherchez un arrière-plan qui vous plait, puis des accessoires plus ou moins appropriés.
Par exemple sur la photo ci-dessous : un mur blanc, une table de cuisine, une chaise assortie, un chapeau de fête, une pomme et une morsure violente ;-)

Alex par Anso été 20112 Réussissez vos portraits en toute circonstance !

Photo : © 2011 – Anne-Sophie Cunin, “Eat an apple per day to keep the doctor away”

Sans accessoire, allez chercher un arrière-plan plus insolite : une salle de bain, un couloir, une voiture (ancienne si possible).
Sans arrière-plan ni accessoire, il ne vous reste plus que le cadrage et la composition pour réaliser un portrait incongru : en plongée ou contre-plongée, voire d’un premier étage pour un effet vu du ciel…

En studio, vous pouvez aussi jouer sur la surprise avec par exemple la mise en scène suivante : un fond blanc, une table blanche, votre modèle assis sur une chaise, et juste une sucette rose posée sur la table crée un paradoxe entre l’atmosphère omniprésente voire pesante du blanc et l’objet enfantin, léger et coloré.
Enfin, l’insolite c’est aussi l’attitude du modèle que vous dirigez… Par exemple, ci-dessous, un effet « cheveux » icon wink Réussissez vos portraits en toute circonstance !

Petra studio2 Réussissez vos portraits en toute circonstance !

Photo : © 2011 – Mon Cours Photo, Studio Le Petit Oiseau Va Sortir

N’hésitez pas à suivre nos cours « Portrait en lumière naturelle » et « Photo en studio » pour aller plus loin avec les techniques du portrait.
Pour les débutants et / ou non parisiens, vous verrez les fondamentaux du portrait dans « Profondeur de champ et ouverture ».

Chloé


5 astuces pour vos photos d’avion

En cette période de vacances, certains chanceux vont peut-être quitter l’hexagone orageux et voler vers des horizons un peu plus chaleureux ? En avion donc ! Notre partenaire Actualité Conseil Photo nous a donné l’idée de cet article.

Alors voici nos 5 conseils pour vos photos faites à travers le hublot :

Photo davion 5 astuces pour vos photos d’avion

Photo prise à travers un hublot

1) Placez-vous

Que ce soit sur terre ou en l’air, l’important est le placement… alors si votre réservation vous le permet, placez-vous du bon côté de l’avion, et à côté du hublot !

2) Faites la mise au point à l’infini

Ca y est, vous êtes à côté du hublot, mais il est rayé, et sale ! Pour que ces défauts n’apparaissent pas sur votre photo nous vous conseillons d’opter pour la mise au point manuelle, en la réglant sur l’infini. Ainsi le premier plan devrait être plus flou donc sans détails, et l’arrière-plan (le dehors) bien net.

3) Choisissez le grand angle

Pour montrer l’immensité de la terre, de la vue que vous survolez… utilisez un grand angle pour un rendu « la terre vue du ciel » !

4) Surveillez votre vitesse

C’est que votre avion vole à des centaines de km/h, alors pas question d’avoir un flou de bougé… Pour cela, mettez-vous en priorité vitesse et choisissez une vitesse d’au moins 1/250ème de seconde.

5) Faites des ombres chinoises

Pour les levers ou couchers de soleil, utilisez l’aile en ombre chinoise pour situer la photo. En effet, pour mettre en valeur les lumières dorées / rosées du ciel, vous ferez la mesure de la lumière dans cette zone, et l’aile de l’avion apparaîtra noire ou très sombre, comme sur la photo ci-dessus.

A propos d’Actualité Conseil Photo

Le blog actualite-conseil-photo.fr , comme son nom l’indique, vous permet de vous tenir au courant :
- des nouveautés sur le matériel photo et les logiciels, du Canon EOS 5D Mark II aux objectifs Canon et Nikon pour iPhone ;
- des conseils allant de la prise de vue à l’assurance de votre matériel photo ;
- des rumeurs sur les sorties de matériel…

Chloé


5 conseils pour réussir vos photos sous l’eau !

Vous souhaitez réaliser des photos marrantes pendant vos vacances, voici nos astuces pour réussir vos photos sous l’eau !

1/ Vérifiez votre environnement

Ce que je vais dire va certainement vous paraître évident… mais on n’est jamais trop prudent…
A priori, passer des heures et des heures dans une piscine avec votre appareil à essayer de capturer LA photo ne pose aucun problème. On rencontre rarement le grand requin blanc au coin de sa piscine !
Cela dit, si vous décidez d’expérimenter la photo sous marine dans l’océan, dans un lac ou dans une rivière, pensez à vous assurer que vous ne risquez rien, à tous les points de vue (il paraît que les requins préfèrent les rivières… il paraît !).

2/ Jouez avec la lumière

La photographie sous l’eau n’est pas si différente de la photographie habituelle, la clé du succès est encore la lumière.
Pour réussir vos photos, il faut donc réussir à capter un maximum de lumière, le plus simple étant de rester très près de la surface. Cet endroit permet de réaliser de nombreux effets : vous pouvez notamment vous amuser avec les rayons du soleil ou avec la réflexion de la surface.
Choisissez un après-midi ensoleillé, quand la lumière arrive de biais et illumine l’eau.
Cela dit, si les conditions météo ne sont pas parfaites, ou si vous souhaitez plongez plus profond, munissez-vous d’un flash pour faire ressortir les couleurs.
Petite astuce : on y pense peut être moins, mais faire une photo à moitié en dehors, à moitié dans l’eau donne aussi des effets très sympas.

photo sous leau 300x200 5 conseils pour réussir vos photos sous leau !

© Sasha Leahovcenco

3/ Profitez de l’espace

Là encore, il s’agit de composer la photographie comme à l’extérieur de l’eau mais en utilisant toutes les possibilités offertes par celle-ci. Vous pouvez plonger à la profondeur que vous voulez, donc réaliser des clichés « inhabituels ». D’en bas, d’en haut, d’en face ou de derrière, choisissez le meilleur endroit pour prendre votre sujet en photo.
Autre idée : en général, les photos prises de très près ne sont pas toujours à notre avantage… mais dans l’eau, ce genre de cliché est génial pour capter de nombreux détails rendant votre photographie très originale.

4/ Laissez-vous aller

Le plus fun dans l’eau, c’est que l’on flotte ! Même si ça vous paraît évident, réfléchissez à la manière de vous en servir pour obtenir de chouettes photos.
Par exemple, si vous vous postez à quelques mètres de profondeur avec votre appareil tourné vers la surface et que vos amis plongent, vous pourrez obtenir des clichés où ils sont dans des positions… inattendues.
Dans le même registre, essayez de photographier vos amis dans l’eau avec des objets incongrus (parapluies, livre, …)… en bref, laissez libre cours à votre imagination !

Photo Elena Kalis 300x297 5 conseils pour réussir vos photos sous leau !

© Elena Kalis – Alice in Waterland

5/ Fête des bulles

Suite à ce magnifique jeu de mot (!!), voici mon dernier conseil : utilisez les bulles dans l’eau pour donner du cachet à vos photos. Faites des essais pour apprendre à « doser » les bulles, puis trouvez un moyen de les utiliser pour mettre en valeur vos photographies.

Chloé


Réussir ses macrophotographies

La macrophotographie n’est pas une discipline facile, mais avec quelques petits trucs et astuces on peut s’y mettre simplement et obtenir d’excellents résultats.

Macro 3 Réussir ses macrophotographies

© Photo de Bonplanphoto.com – tous droits réservés

1 – Choisissez le bon moment

Lorsque j’ai débuté la macro, j’ai été surpris par la vitesse à laquelle bougeaient les insectes, mais je me suis vite aperçu que le moment le plus opportun pour photographier les insectes était bien le matin, ou à défaut la toute fin de journée !
En effet,  la température à ces périodes de la journée est généralement plus basse et  les insectes sont d’autant plus passifs que la température baisse (et vice-versa) !
De plus, la lumière est autrement plus appropriée à la photographie, puisque la lumière en pleine journée est souvent très dure et peu esthétique.

2 – Apprenez à reconnaitre les plantes

Dans le domaine de la macro il est utile d’apprendre à reconnaître les plantes sauvages, car nombreux sont les insectes qui possèdent des « plantes hôtes » où la probabilité de les trouver est beaucoup plus grande que sur les autres essences !
Ainsi, au fur et à mesure de vos sorties, repérez les plantes sur lesquelles les insectes se posent. Par exemple j’ai près de chez moi un champ ou il y a de nombreuses plantes riches en nectar et dont les fleurs sont de type simple  et je suis certain d’y trouver des papillons.
L’autre solution est de transformer votre jardin ou votre terrasse en paradis pour insecte (exemple : de la lavande pour attirer les papillons).

3 – Photographiez au ras des pâquerettes !

L’une des principales règles en macrophotographie, comme dans les autres disciplines de portrait, est la suivante : « Toujours se placer à hauteur de son sujet ! »
L’astuce est simple : accroupissez-vous, allongez-vous dans l’herbe.
L’idée étant de ne plus être un humain gigantesque en admiration devant une jolie fleurette mais, peut-être, un insecte en progression sur une feuille!

4 - Maitrisez l’arrière plan

La seconde grande règle à travailler est la maitrise de l’arrière plan, en effet notre œil est naturellement attiré sur les parties les plus lumineuses d’une image. Ainsi faites attention au fond car un élément peut se détacher et distraire l’attention portée sur le sujet principal.
Pour cela il est conseillé de travailler avec une profondeur de champ réduite, qui détachera le sujet principal du fond uni.

5 - Éliminez le mouvement de l’appareil photo

En macro les sujets sont par définition petits et nous utilisons un agrandissement important, ainsi le moindre mouvement est agrandi autant que votre sujet. Même en utilisant des vitesses d’obturation qui éviteront le flou de bougé, il est important de gérer le moindre mouvement afin de garantir le bon cadrage ou d’assurer la mise au point là où on le souhaite. Il est donc nécessaire de se stabiliser au maximum, pour cela il existe deux solutions:
- L’utilisation d’un trépied qui garantit stabilité et précision mais en contre partie la mise en œuvre peut devenir parfois compliquée (temps d’installation et de réglages, au risque de voir son sujet changer de position entre temps, etc…)
- La souplesse de la photo à main levée, dans ce cas il faudra absolument trouver une position très stable pour éviter de bouger.


6 - Soyez rigoureux pour la mise au point.

En macrophotographie on travaille souvent avec un rapport de 1:1 ou avec un agrandissement encore plus grand, la profondeur de champ est donc très courte. Après avoir déclenché, vérifiez l’image sur l’écran LCD, et zoomez au maximum, pour être certain que le sujet soit bien net.

Merci à notre partenaire Bon Plan Photo pour cet article sur la macrophotographie icon smile Réussir ses macrophotographies


Sur la route d’Imouzzer

Les photos les plus marquantes sont souvent les plus inattendues : partie à la recherche de photos de paysages à perte de vue et d’architecture marocaine, ce portrait est en fait mon image préférée.

Berbere Imouzzer Sur la route d’Imouzzer

Une femme berbère sur la route d’Imouzzer

Ce cliché a été pris l’année dernière lors de mes vacances au Maroc. Après deux jours de farniente à Ifrane, j’empruntais la route d’Imouzzer, dans le Moyen Atlas. De nombreuses femmes berbères se mettent plusieurs fois par semaine au bord de cette route passante pour vendre leurs fruits et légumes.

Mon regard a tout de suite été attiré par le visage de cette femme berbère. Je me suis donc approché d’elle. Elle vendait des fèves, à côté de sa fille qui proposait quant à elle des haricots verts. On remarque en arrière-plan la balance qu’elle utilise pour peser les légumes et les nombreux sacs en plastique et en toile qui contiennent les fèves.

Ce portrait a été réalisé avec une faible profondeur de champ (f/5,6 à 85mm), afin de faire ressortir le visage de la femme.Vous pouvez remarquer une certaine harmonie des couleurs qui contribue à rendre une impression de calme, avec une dominante pastel entre le foulard, les sacs et le sol asséché.

La force de ce portrait vient, selon moi, de l’émotion que l’on ressent en regardant ce visage, qui a vécu : les tatouages, les rides très marquées et le regard bienveillant de cette femme nous poussent dans de longues réflexions… et ce sourire… on a tout simplement envie de s’asseoir auprès d’elle et de la laisser nous raconter son histoire.

Si vous aussi, vous avez réalisé des portraits qui vous touchent, partagez-les sur notre mur Facebook, et entraînez-vous pour réaliser de beaux portraits pendant vos vacances icon smile Sur la route d’Imouzzer

Pour vous perfectionner, nous abordons la thématique du portrait :
- Lors du cours de photographie Profondeur de champ et ouverture, en introduction
- Dans le cours photo Portrait en lumière naturelle, niveaux intermédiare et avancé
- Lors du stage photographie Photo en studio, niveau avancé

Chloé