flux rss

Infos stages et cours de photographie. Actualité et conseils pour de plus belles photos.

Le blog cours-photographie.fr vous donne des conseils artistiques et techniques pour réaliser de plus belles photos et vivre votre passion. Ce blog est édité par la société MonCoursPhoto, qui vous propose des cours et stages de photographie sur Paris

Posts Tagged ‘photographie’

Journée mondiale de l’eau

La Journée mondiale de l’eau a lieu chaque année le 22 mars. Elle a été institué par l’organisation des Nations unies en 1992 et invite les États membres de l’ONU à consacrer cette journée à la mise en œuvre des recommandations des Nations Unies concernant notamment les économies d’eau et l’amélioration des conditions d’accès à l’eau potable. Elle vise également à sensibiliser le public aux enjeux cruciaux relatifs à l’eau.

Le thème de la Journée 2016 est L’eau et l’emploi. L’eau est en effet un élément vital en matière de santé mais également d’emplois. Les ressources en eau contribuent à la réduction de la pauvreté, à la croissance économique et à la sauvegarde de l’environnement, mais également à l’amélioration du bien-être social. Actuellement, la moitié des travailleurs dans le monde sont employés dans des secteurs liés à l’eau.

En surface ou en profondeur, l’eau est également un thème de prédilection de nombreux photographes, pour notre plus grand bonheur. Découvrez ci-dessous une sélection d’images qui nous rappellent la beauté et l’importance de cet élément, sans lequel nous ne serions pas.

 

Calm Water Journée mondiale de leau© Bill Schaefer – Calm Water, Lost Horizon” – Lac Inle, Birmanie

benindorm8 Journée mondiale de leau© Manuel Alvarez Diestro – Station balnéaire de Benidorm – Espagne

benindorm1 Journée mondiale de leau© Manuel Alvarez Diestro – Station balnéaire de Benidorm – Espagne

diving 13 Journée mondiale de leau© Alex Voyer et Alex Roubaud – Diving

diving 17 Journée mondiale de leau© Alex Voyer et Alex Roubaud – Diving

diving 22 Journée mondiale de leau© Alex Voyer et Alex Roubaud – Diving

dolphinsmarlins Journée mondiale de leau© Daniel Botelho (Barcroft/The Daily Mail) – Sardine Run

dolphinsmarlins2 Journée mondiale de leau© Daniel Botelho (Barcroft/The Daily Mail) – Sardine Run

drought stricken land Journée mondiale de leau

dry water Journée mondiale de leau

fishermen 1024x676 Journée mondiale de leau

gener 4 Journée mondiale de leau© Enric Adrian Gener – 27 mm

gener 11 Journée mondiale de leau© Enric Adrian Gener – 27 mm

gener 14 Journée mondiale de leau© Enric Adrian Gener – 27 mm

SteveMandel Journée mondiale de leau© Steve Mandel – Antarctique

SteveMandel4 Journée mondiale de leau© Steve Mandel – Antarctique

water scarcity feature Journée mondiale de leau© Jan Sochor – Pachacútec, banlieue désertique de Lima, Pérou

gener 5 Journée mondiale de leau© Enric Adrian Gener – 27 mm

 

 


Carthagène : l’invitation au voyage de Depardon et Loustal

Les regards d’un photographe et d’un dessinateur sur la ville colombienne de Carthagène se rencontrent à la Maison de l’Amérique latine, à Paris, du 10 novembre au 12 décembre 2015.

En mars 2015, à l’invitation de l’agence Magnum et du label de bande-dessinée Aire Libre, le photographe Raymond Depardon et l’auteur d’illustrations et de B.D. Jacques de Loustal se sont rendus à Carthagène avec pour projet de faire ensemble le portrait de cette ville caribéenne inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Leur choix s’est porté sur sur elle en raison de sa lumière, de la variété de ses paysages, la mangrove, la mer des Caraïbes, les Andes, la citadelle et ses remparts…

L’un armé d’un appareil photo argentique format 6X7 et d’un Rolleiflex, et l’autre d’un petit Leica numérique et d’un carnet de croquis, ils parcourent la ville pour en capturer l’atmosphère et les couleurs. Depardon explique : « Notre objectif était de ne pas donner un message particulier, mais de se laisser aller, de photographier des gens dans un décor… de marcher dans les rues ensemble avec chacun un objet différent. »

De retour en France, le photographe développe ses pellicules et l’illustrateur compose 38 illustrations, en utilisant différentes techniques (aquarelle, fusain, encre sépia, etc.).

Le résultat est un beau portrait croisé, tendre, humain et joyeux, de Carthagène et de ses habitants.

 

Depardon3 Carthagène : linvitation au voyage de Depardon et Loustal© Depardon

Loustal2 Carthagène : linvitation au voyage de Depardon et Loustal© Loustal

Depardon5 Carthagène : linvitation au voyage de Depardon et Loustal© Depardon

Loustal1 Carthagène : linvitation au voyage de Depardon et Loustal© Loustal

Depardon6 Carthagène : linvitation au voyage de Depardon et Loustal© Depardon

Loustal4 Carthagène : linvitation au voyage de Depardon et Loustal© Loustal

Depardon7 Carthagène : linvitation au voyage de Depardon et Loustal© Depardon

Loustal3 Carthagène : linvitation au voyage de Depardon et Loustal© Loustal

Depardon1 Carthagène : linvitation au voyage de Depardon et Loustal© Depardon

Loustal5 Carthagène : linvitation au voyage de Depardon et Loustal© Loustal

 

Depardon/Loustal

Dates : du 10 novembre au 12 décembre 2015.

Horaires : du lundi au vendredi de 10h à 20h / Le samedi de 14h à 18h / Fermé les jours fériés.

Adresse : 217, bd Saint-Germain – 75007 Paris / Métro Solférino ou Rue du Bac

Site Internet : http://mal217.org/fr

Tarif : accès libre.

 


L’hymne à Paris de William Albert Allard

Photographe et rédacteur pour National Geographic depuis 1964, l’américain William Albert Allard est considéré comme l’un des pionniers de la photographie en couleurs. Envoyé en reportage à Paris en 1969, il y retourne pour la seconde fois 20 ans plus tard et tombe amoureux de la capitale. Depuis, il n’a cessé de photographier ses rues et ses passants.

Davantage influencé par les peintres que par les photographes, il tire notamment son inspiration des impressionnistes français : Degas, Renoir et Caillebotte et Matisse, parmi d’autres : « Souvent, les sujets de ces artistes intégraient Paris – scènes de rue, portrait d’un buveur d’absinthe, rassemblement de jeunes parisiens lors d’une soirée, danseurs lors d’un bal.  J’aime la manière dont ces artistes voyaient l’espace et la lumière, la beauté créée à partir de moments d’apparence ordinaires », explique-t-il.

À l’heure où Paris se relève à peine des attentats du 13 novembre, ces images sont un hymne à la beauté de la ville et de ses habitants.

 

Allard1 1024x687 Lhymne à Paris de William Albert AllardGirl smoking, Au Gamin de Paris restaurant, Le Marais, 2002 © William Albert Allard

Allard2 1024x681 Lhymne à Paris de William Albert AllardEiffel Tower, 2013 © William Albert Allard

Allard3 1024x682 Lhymne à Paris de William Albert AllardLovers, Quai de la Mégisserie, 2015 © William Albert Allard

Allard4 1024x769 Lhymne à Paris de William Albert AllardCafé République, Place de la République, 2015 © William Albert Allard

 Allard5 1024x681 Lhymne à Paris de William Albert AllardParis-Plages along the Seine, 2013 © William Albert Allard

Allard6 1024x695 Lhymne à Paris de William Albert Allard La Tartine wine bar, Rue de Rivoli, 2002 © William Albert Allard

Allard7 1024x695 Lhymne à Paris de William Albert AllardUngaro fashion models backstage, 1988 © William Albert Allard

Allard8 1024x769 Lhymne à Paris de William Albert AllardÎle de la Grande Jatte, 2013 © William Albert Allard

Allard12 Lhymne à Paris de William Albert AllardLe Marais, Paris, 2002 © William Albert Allard

Allard9 1024x682 Lhymne à Paris de William Albert AllardRue des Grands Augustins, 1986 © William Albert Allard

Allard10 1024x684 Lhymne à Paris de William Albert AllardRue de Turbigo, 2015 © William Albert Allard

Allard11 Lhymne à Paris de William Albert AllardBoy on skates by the Eiffel Tower, Paris, 1986 © William Albert Allard

 


Quand les oeuvres de Bansky prennent vie

Qui n’a jamais vu ou entendu parler des œuvres de Bansky, artiste internationalement connu pour ses pochoirs et installations urbaines mêlant politique, humour et poésie ? Combinant les techniques de Warhol et de l’installation, Bansky utilise les murs de la ville pour faire passer ses messages antimilitaristes, anticapitalistes ou antisystème. Le photographe anglais Nick Stern s’est amusé à reprendre les œuvres de l’artiste afin d’en faire des clichés très réussis. Jugez-en plutôt :

nick stern not banksy23 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern

nick stern not banksy24 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern

You are not Banksy3 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern

You are not Banksy4 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern

You are not Banksy1 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern

You are not Banksy2 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern

You are not Banksy9 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern

You are not Banksy10 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern

 You are not Banksy5 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern

You are not Banksy6 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern

You are not Banksy13 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie © Nick Stern

You are not Banksy14 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern

You are not Banksy15 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie © Nick Stern

You are not Banksy16 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern

You are not Banksy19 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern

You are not Banksy20 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern

You are not Banksy21 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern

You are not Banksy22 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern

You are not Banksy11 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern

You are not Banksy12 Quand les oeuvres de Bansky prennent vie© Nick Stern


John Malkovich se glisse dans des photos iconiques

Le photographe Sandro Miller et l’acteur John Malkovich ont travaillé de concert afin de reproduire ces fameuses photographies.

1 John Malkovich se glisse dans des photos iconiques

© Sandro Miller, d’après Dorothea Lange / Une mère et ses enfants, immigrés. Nipomo. Californie (1936)

2 John Malkovich se glisse dans des photos iconiques

© Sandro Miller d’après Philippe Halsman / Salvador Dalí (1954)

3 John Malkovich se glisse dans des photos iconiques

© Sandro Miller d’après Albert Watson / Alfred Hitchcock, et une oie (1973)

4 John Malkovich se glisse dans des photos iconiques

© Sandro Miller d’après Andy Warhol / Auto-portrait (1986)

5 John Malkovich se glisse dans des photos iconiques

© Sandro Miller d’après Diane Arbus / Des jumelles, Roselle, New Jersey (1967)

6 John Malkovich se glisse dans des photos iconiques

© Sandro Miller d’après Arthur Sasse / Albert Einstein (1951)

7 John Malkovich se glisse dans des photos iconiques

© Sandro Miller d’après Alberto Korda / Che Guevara (1960)

8 John Malkovich se glisse dans des photos iconiques

© Sandro Miller d’après Annie Leibovitz / John Lennon et Yoko Ono (1980)

9 John Malkovich se glisse dans des photos iconiques

© Sandro Miller d’après Bert Stern / Marilyn Monroe (1962)

10 John Malkovich se glisse dans des photos iconiques

© Sandro Miller d’après David Bailey / Mick Jagger, “Fur Hood” (1964)

11 John Malkovich se glisse dans des photos iconiques

© Sandro Miller d’après Herb Ritts / Jack Nicholson, Le Joker, Londres (1988)


La Boîte à Photos: L’Expérience

La Boîte à Photos , c’est la collaboration entre une quinzaine de blogueurs photo francophones qui se rassemblent tous les 2 mois pour aborder un thème commun. Pour cette sixième édition qui marque les 1 an de la Boîte à Photos, le thème « L’EXPERIENCE » a été retenu et la synthèse sera réalisée sur le blog de Sébastien Fanget.

N’hésitez pas à suivre la Boîte à Photo sur les réseaux sociaux : Facebook et Twitter.

Le mot expérience à des sens multiples : connaissance ou pratique acquise au contact de la réalité, de la vie, ou encore tout ce qui est appréhendé par nos facultés sensorielles et qui constitue la matière de la connaissance de l’homme, ou encore le fait de ressentir quelque chose comme un enrichissement du savoir, de la connaissance, des aptitudes …

Nous avons décidé de l’aborder sous un autre angle en demandant à quelques photographes professionnels de Mon Cours Photo:

Suite à quelle expérience as-tu décidé de devenir photographe professionnel ?

Trompettiste La Boîte à Photos: L’Expérience© Bertrand Desprez

Et voici autant de réponses différentes et passionnantes !

Bertrand Desprez

« Je crois ne pas avoir vraiment décidé, j’étais en “panne”, études ratées en fac, un concours des chèques postaux qui m’amène à Paris et le début d’une vie professionnelle très loin de mes aspirations de liberté. J’aimais et pratiquais la photographie, j’avais déjà raté deux fois le concours d’entrée à Louis Lumière…je me suis obstiné et j’ai pris une disponibilité pour tenter une dernière fois le concours. Entre l’écrit et l’oral, je suis parti sur les routes, au Canada, j’aurais très bien pu ne pas revenir, je serai resté un “grizzli” perdu dans les grands espaces. Mais j’ai réussi le concours d’entrée et ce fut le début de mon histoire de photographe. En sortant de l’école, j’ai rapidement percé avec ma série de portraits de musiciens de jazz, des portraits reportage, dans la veine d’un Guy Le Querrec, que j’ai rencontré et qui est devenu un ami.

Plus tard j’ai eu la chance de rencontrer Willy Ronis que j’adorais lors d’une expo collective. J’ai fait de belles rencontres, beaucoup voyagé et raconté des histoires passionnantes et tout cela grâce à mon métier de photographe. »

6 72 1 La Boîte à Photos: L’Expérience

© Bertrand Desprez

Son site :  http://www.bertranddesprez.com/
Son blog :  http://loeilenmarche.blogspot.com/

Darryl Evans

« Réfugié politique sud-africain, j’emménage à La Goutte d’Or en 1984. Je découvre avec merveille une Afrique à Paris et je commence à la photographier. Je suis amateur mais j’ai le rêve de devenir professionnel. Cinq and plus tard je prends rendez-vous avec Christian Caujolle, fondateur de l’Agence VU, afin de lui demander un texte pour une exposition que j’ai réalisé sur St. Quentin en Yvelines. Il regarde les photos et accepte. Puis, je lui montre une vingtaine de tirages noir et blanc sur La Goutte d’Or et il me demande d’intégrer l’agence. C’est le début de ma carrière professionnelle dans l’agence où je voulais absolument être photographe. »

Darryl La Boîte à Photos: L’Expérience

©Darryl Evans

Son site : http://www.darryl-evans.com/www.darryl-evans.com/darryl_evans.html

Chloé Devis

« Ne pas s’asseoir.

La place que prend  la photographie dans ma vie déborde le strict cadre professionnel, qui inclue lui-même d’autres activités… De la même façon, cette place aux contours flous est le fruit d’une somme d’expériences plutôt qu’à un véritable « moment décisif » à la Cartier-Bresson ! Cependant, les huit mois passés dans une école de photo à aborder de façon plus « existentielle » et collective ce qui était jusqu’alors un hobby ont sans aucun doute joué le rôle de révélateur… puisqu’à leur terme, j’ai concrétisé le désir de mener à bien mes propres projets, et de tenter d’en vivre plus ou moins directement.

C’est aussi durant cette période de formation que j’ai entamé mon premier reportage sur le squat de Cachan. La première photo en est issue, et j’ai souhaité l’associer à une autre issue d’un travail plus récent et plus personnel, comme un raccourci de mon parcours, autour de ce motif commun d’une paire de sièges vides : une manière de dire que pour développer sa démarche photographique, il me semble important de ne pas rester assis, ni sur une chaise ni sur ses acquis ! »

diptyque La Boîte à Photos: L’Expérience

© Chloé Devis

Son site : http://www.chloedevis.com/

Cécile Dégremont

« C’est l’expérience de la Rencontre et de la Découverte au sens le plus général de ces termes qui a présidé au choix de ce métier. La photographie finalement n’est qu’un prétexte pour explorer, entrer dans des univers inconnus et inaccessibles sans ce medium. L’expérience décisive, celle qui m’a fait basculer dans cette profession, comme on appuie sur le déclencheur une fois le cadre posé, c’est la certitude qu’une tranche de ma vie venait de s’achever. L’évidence que je n’avais pas d’autre choix que d’oser vivre un rêve. »

Son site : http://www.ceciledegremont.com/

Valentina Frugiuele

« J’étais à Londres en 2006 pour rendre visite à ma cousine, qui venait d’y déménager pour faire une école de cinéma. A l’époque j’étais à la fac, j’étudiais la psychologie, et je me rappelle que je l’admirais pour avoir eu le courage de suivre sa passion. Jusqu’à présent je m’intéressais à la photographie, mais à côté de mes études. C’est dans l’avion du retour qui me ramenait en Italie que j’ai pris la décision de me consacrer à ma passion moi aussi, comme ma cousine. Alors j’ai déménagé en France et depuis, je suis ma passion pour la photographie. »

Mode La Boîte à Photos: L’Expérience

© Valentina Frugiuele

Son site : http://www.valentinafrugiuele.com/

Roland Grunchec

« J’ai décidé de devenir photographe professionnel suite à un dossier sur lequel je travaillais dans mon ancien boulot et pour lequel j’avais besoin d’avoir des photographies aériennes du site des îles des Embiez pour bien en comprendre le fonctionnement, la topographie etc.. J’ai fait appel à l’époque à un pro qui m’a livré une série de photos qu’il venait de réaliser. Et ce que j’ai vu a transformé ma vie professionnelle. La clarté et la transparence de l’eau, la beauté du site, la lecture du paysage… Bref TOUT y était.

Et j’ai tout fait pour devenir non plus celui qui allait travailler sur les photos et les plans, mais celui qui allait monter en hélico pour shooter ces trésors pour nos yeux. A peu près au même moment, Yann Arthus Bertrand sortait sa Terre vue du Ciel. D’une certaine façon, il m’a mis le pied à l’étrier. Un an plus tard, je réalisais mes premières photos aériennes.

Aujourd’hui, ne pas voler me manque. »

Son site : http://heliosimage.com/

Roland Grunchec photo aerienne La Boîte à Photos: L’Expérience

© Roland Grunchec

En conclusion, l’expérience avant de devenir photographe professionnel se traduit souvent comme un événement, un sentiment très personnel qui a poussé autant de destins vers leur passion, et ça c’est beau !


5 mauvaises habitudes à éviter en photographie

Vous souhaitez vous améliorer en tant que photographe mais vous avez l’impression que malgré vos efforts vous ne progressez pas ? Vous l’ignorez peut-être, mais vous avez sans doute développé une mauvaise habitude…

1)Ne pas emporter votre appareil photo

Et oui, pour progresser dans n’importe quel domaine il faut pratiquer et c’est particulièrement vrai en photographie. La pratique permet de développer son œil et sa composition, ce qui constitue une base fondamentale pour tout art graphique.

MCP 5 mauvaises habitudes à éviter en photographie

©MonCoursPhoto

Alors effectivement, il peut être compliqué de toujours trimballer son reflex, mais si vous l’équipez seulement d’une focale fixe de type 35 ou 50mm c’est déjà beaucoup plus simple. Je n’emporte pas toujours mon reflex sur moi mais j’ai mon Smartphone équipé d’un appareil photo. Certes la qualité n’est pas la même, mais si vous n’avez que ça sous la main n’hésitez pas et shootez.

2)Dormir tard et louper les golden hours

Les golden hours sont les heures durant lesquelles la lumière est plus douce et les couleurs plus chaudes. Cette lumière particulière est visible au petit matin, quand le soleil vient de se lever, et en soirée, quand le soleil est sur le point de se coucher.

golden hour cityscape line fringe focus 5 mauvaises habitudes à éviter en photographie

©Rob Loukotka

Il est difficile de sortir quand les températures sont particulièrement froides me direz-vous. Motivez-vous en préparant des sorties avec d’autres photographes. Car si d’autres personnes comptent sur vous, il y a plus de chances que vous vous leviez.

3)Ne pas prendre soin de son matériel photo

Les négligences peuvent vite arriver, pas plus tard que lundi en changeant d’objectif, j’ai eu la maladresse de laisser mon boîtier ouvert face vers le haut. Une petite poussière à peine visible s’est glissée sur le miroir du reflex. La petite poussière est devenue bien visible lorsque j’ai regardé dans mon viseur. J’ai pu la nettoyer facilement mais cette poussière aurait très bien pu tomber sur mon capteur, ce qui est bien plus difficile à nettoyer. Quand vous changez votre objectif je vous conseille donc de vous mettre dos au vent et de tenir votre boîtier ouvert vers le bas.

4)Etre paresseux avec la composition

Souvent lorsque l’on prend une photo, on se contente de zoomer et de prendre 2 ou 3 clichés en format paysage. Ce n’est pas comme ça qu’on a le plus de chances d’avoir une composition originale.

Vous rapprocher du sujet vous permettra de mieux saisir l’instant photographié. Choisissez votre angle avec soin quitte à faire plusieurs photos sous différents angles. Pensez à prendre aussi des photos en format portrait et à mettre un genou au sol si nécessaire ;-).

photographer 5 mauvaises habitudes à éviter en photographie

5)Attendre des autres qu’ils décident pour vous

Lorsque vous regardez vos photos vous devez décider vous-même lesquelles conserver et lesquelles développer. Bien sûr si l’on vous propose d’en ajouter à votre sélection il est important de reconsidérer les photos initialement laissées de côté.

Rocky Schenck 5 mauvaises habitudes à éviter en photographie

©Rocky Schenck

Les critiques constructives sont toujours bonnes à prendre surtout si des critiques similaires reviennent sur différentes photos. Mais vous devez laisser parler votre goût, il reflète votre style et il vous permettra de le développer.

Boris


Découvrez le format carré en 5 étapes

Je vous invite aujourd’hui à découvrir ce format qui tend à se raréfier alors qu’il possède un charme et des atouts évidents… le format carré. Découvrez le format carré en 5 étapes.

1) Remontez le temps avec un format vintage

Les appareils photos numériques actuels permettent pour la grande majorité de shooter en format rectangulaire. Le plus populaire est le 24×36 popularisé grâce au succès du Leica dans les années 30. Il existe cependant d’autres formats de pellicules comme le 6×6 qui correspond à un format d’image carré, mais les capteurs de nos appareils numériques sont rarement de ce format.

Il s’agit d’un format de photographie vintage pour deux raisons principales. C’est avant tout le format de base du Rolleiflex, appareil emblématique des années 50-70.

Harrison Découvrez le format carré en 5 étapes

George Harrison avec un Rolleiflex, entre autres

Et c’est aussi le format des Polaroïds, qui nous font replonger dans les années 1970 et dans une certaine nostalgie de nos photos de vacances, soirées entre amis, etc.

2) Explorez de nouvelles compositions

Le format carré n’a pas comme unique vertu son aspect vintage, il permet aussi des photos originales grâce à son profil atypique. Cette originalité s’exprime dans la composition où la règle des tiers est toujours recommandée mais où l’on peut aussi se permettre des compositions où le sujet sera centré.

Mike brodie Découvrez le format carré en 5 étapes

©Mike Brodie

Ceci s’explique par la lecture de l’image qui se fait différemment que dans un format rectangulaire. L’image n’a, a priori, pas de sens de lecture et le regard s’y promène de manière circulaire. Comme le point de force de l’image est souvent au centre, on n’est pas obligé de respecter la règle des tiers et on peut utiliser la symétrie et les diagonales pour composer son image.

2012 06 02. RABOT Géraldine . Have a break Découvrez le format carré en 5 étapes

©Géraldine RABOT. Have a break, concours smartphone 2012 (4ème place)

3) Mettez en valeur certains sujets

Certains sujets se prêtent très bien à la photographie au format carré. C’est le cas des portraits et des gros plans, ou encore des objets, des détails, des natures mortes… Il est préférable de ne pas trop charger d’éléments vos photos en format carré. C’est un format qui demande à respirer, pour mieux mettre en valeur son unique sujet.

Aussi je vous déconseille de photographier des paysages au format carré, car l’œil s’y perdrait et n’aurait pas de repère. Il n’est pas aisé non plus de photographier la foule … sauf si l’on s’appelle Helmut Newton et que c’est une petit foule organisée qui remplit bien l’image, comme ci-dessous !

Helmut newton Découvrez le format carré en 5 étapes

©Helmut Newton

4) Equipez-vous quel que soit votre budget

Si vous voulez tester le format carré, voici une petite liste d’appareils numériques permettant d’exprimer votre créativité.

Il existe des compacts :

-Chez Canon on trouve le Powershot N, qui coûte environ 300 euros.

-Le Panasonic Lumix LX5, qui coûte environ 350 euros.

-Le GRDIII et le GX100 de la marque Ricoh, qui coûtent environ 600 euros.

Si vous souhaitez vous tourner vers des reflex :

- Reflex Nikon D800, qui coûte environ 2400 euros.

- Reflex Pentax 645D, qui coûte environ 7000 euros.

Des applications pour smartphones permettent aussi de photographier en format carré : Instagram ou encore Hipstamatic pour les plus connues.

instagram Découvrez le format carré en 5 étapes

©BryanBodonnell

5) Développez vos photos dans les meilleurs labos

Le développement n’est pas toujours simple car il faut trouver des labos qui développent les photos numériques en format carré. Il est important de choisir un labo qui peut faire ce type de développement car sinon vous risquez de vous retrouver avec des photos rectangulaires dont on aura tronqué une partie, ou encore des photos avec bords blancs qu’il faudra découper vous-même.  Je vous conseille donc le labo Négatif+ qui propose des formats carrés à partir de 15x15cm et des tarifs dégressifs en fonction de la quantité.

Et vous, êtes-vous revenu ou venu au format carré ?


5 conseils pour réussir vos photos du nouvel an chinois

Après l’année du Dragon, place à l’année du Serpent ! Les festivités du nouvel an chinois battent leur plein et vous souhaiterez ramener des souvenirs de cet évènement… alors voici quelques conseils qui vous seront utiles et que vous pourrez réutiliser pour vos sorties photo.

01 5 conseils pour réussir vos photos du nouvel an chinois

©Mon Cours Photo

1. Repérez les lieux :

Avant de partir pour votre sortie photo il est important de repérer les lieux où vous allez vous rendre. Quels sont les endroits les plus propices pour faire des photos du nouvel an chinois ? Par quelles rues passent les cortèges ? Quelles seront les conditions de luminosité lors de votre sortie ? Bref, vérifiez sur internet l’itinéraire du trajet et les prévisions météo. Vous pourrez ainsi déterminer les emplacements les plus photogéniques et connaîtrez les zones d’affluence.

03 5 conseils pour réussir vos photos du nouvel an chinois

©Mon Cours Photo

2. Préparez –vous avant de sortir :

Une fois les spots photo identifiés, vous serez à même de sélectionner votre équipement photo à emporter … en évitant de transporter l’intégralité de votre matériel. Prévoyez deux objectifs mais pas plus, sinon à vouloir bien faire vous risquez de manquer « l’instant décisif » car vous serez en train de changer d’objectif.

Comme pour la photographie de rue il est préférable de privilégier un objectif grand angle (inférieur à 35 mm) et un objectif pour le portrait (entre 50 et 85 mm).

02 5 conseils pour réussir vos photos du nouvel an chinois

©Mon Cours Photo

3. Osez photographier :

De nombreuses personnes viennent assister au nouvel an chinois, vous aurez donc la chance de passer incognito avec votre appareil photo. Ne craignez pas de photographier les gens dans la rue. En effet, il peut être assez déroutant de photographier des inconnus, mais dans le cadre d’une manifestation, vous avez tout à fait le droit de photographier les acteurs de l’évènement, et également les spectateurs. Prenez le temps de leur demander l’autorisation si vous les sentez méfiants.

04 5 conseils pour réussir vos photos du nouvel an chinois©Mon Cours Photo

4. Soyez exigeant :

Votre travail de photographe ne s’arrête pas à la prise de vue : une fois chez vous et à l’aide de votre ordinateur, sélectionnez les photographies que vous allez conserver. Soyez exigeant et gardez vos meilleures photos même si cela ne correspond qu’à 10% de la totalité de vos shoots.

Evitez d’effectuer votre sélection depuis l’écran de votre appareil photo car les images n’y ont pas le même rendu que sur les autres supports tel que le papier photo ou l’écran de votre ordinateur.

5. Retravaillez vos photos :

Une fois votre sélection de photos effectuée il est important de retravailler vos photos, par exemple sous Adobe Lightroom, particulièrement si vous les prenez en RAW. Vous aurez alors l’opportunité de choisir les teintes que vous préférez, d’améliorer les contrastes de l’image, d’appliquer des filtres et même si nécessaire de recadrer vos photos.

Ce travail s’apparente au développement de vos photos comme il pouvait avoir lieu dans les laboratoires photo pour l’argentique.

05 5 conseils pour réussir vos photos du nouvel an chinois©Mon Cours Photo

Pour conclure, n’oubliez pas de partager votre travail sur des réseaux sociaux (par exemple sur notre page Facebook) … les critiques, positives ou négatives, vous permettront de vous améliorer pour vos prochaines sorties.


La Photographie en France de 1950 à 2000

A l’occasion du Mois de la Photo, la Maison Européenne de la Photographie a décidé de mettre la photographie française à l’honneur à travers une très large rétrospective du début des années 50 à 2000. La MEP nous offre de découvrir les multiples visages de la photographie : presse, mode, publicité ou design. Toutes les formes et les styles sont exposés.

Dans cette exposition, on y remarque les grandes différences entre la photographie d’il y a 60 ans et celle d’aujourd’hui. Notamment dans l’approche pratique et concrète des photos de 1950 et la recherche plus subjective, artistique de la photographie contemporaine. Elle démontre parfaitement cette métamorphose du paysage photographique : le passage d’un art moyen à un art noble, du photo-reportage à la photographie qui exprime un point de vue beaucoup plus personnelle.

h1 5 La Photographie en France de 1950 à 2000

© Pierre et Gilles

h1 7 La Photographie en France de 1950 à 2000

© Philippe Salaün

Au fil de l’expo, on remarque les changements sociaux que la France a connu : le passage d’une société agraire à une société de masse, au mode de vie urbain. Avant, la photographie s’affichait dans les journaux et sur les murs des villes. Recevoir chaque mois son magazine permettait de découvrir le monde. Puis elle devient petit à petit une forme d’art et d’expression. Aujourd’hui, déclinée sur les panneaux publicitaires et partout sur la toile, la photographie est presque devenue banale, dans une société entourée d’images.

La Maison Européenne de la Photographie dessine une histoire rarement contée et expose ce parcours de 50 ans de photographie en France à travers des noms célèbres : Cartier-Bresson, Izis, Dieuzaide pour la photographie humaniste, Boltanski, Fleischer pour la vague artistique à Depardon pour la photographie comme histoire racontée à un enfant.

h1 2 La Photographie en France de 1950 à 2000

© Gilles Caron / Fondation Gilles Caron

h1 8 La Photographie en France de 1950 à 2000

© Patrick Tosani / Adagp

L’exposition La photographie en France 1950-2000 se déroule du 14 Novembre 2012 au 13 Janvier 2013, à la Maison Européenne de la Photographie (5 Rue de Fourcy 75004 Paris; Metro Sain-Paul).