flux rss

Infos stages et cours de photographie. Actualité et conseils pour de plus belles photos.

Le blog cours-photographie.fr vous donne des conseils artistiques et techniques pour réaliser de plus belles photos et vivre votre passion. Ce blog est édité par la société MonCoursPhoto, qui vous propose des cours et stages de photographie sur Paris

Posts Tagged ‘photos sur le vif’

Photos sur le vif à Saint-Pétersbourg

Natif de Saint-Pétersbourg, Alexander Petrosyan connaît chaque recoin de sa ville, et il nous les fait découvrir ainsi que ses habitants à travers ses séries de clichés pris sur le vif. Paysages urbains poétiques, scènes de rue, portraits colorés, chaque photographie raconte une histoire particulière et nous plonge dans une ambiance différente.

 

Alexander Petrosyan4 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Selon Petrosyan, spécialiste de « l’instant décisif », « Rien n’est prévisible. Parfois, on prend la photo juste au bon moment, mais souvent, ce que l’on attend ne se produit que des années plus tard. »

 

Alexander Petrosyan11 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Travaillant comme photojournaliste pour le journal russe Kommersant ainsi que pour National Geographic et Newsweek, Alexander Petrosyan a toujours son appareil photo sur lui (ainsi qu’une batterie de rechange au cas où la première se décharge plus vite que prévu à cause du froid).

D’après lui, « La manière dont on perçoit une photo est liée à différents facteurs. Mais si la photo est prise avec une certaine énergie, celui qui la verra le sentira, quelle que soit son origine et sa culture. D’un autre côté, il est certainement possible d’être libre, impartial et de tenter d’offrir une vision neutre, mais une telle photo ne touchera pas celui qui la regarde. »

 

Alexander Petrosyan7 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Petrosyan se compare à un pêcheur qui surveille la scène patiemment, en sachant que certains jours ne donneront aucun résultat malgré le travail fourni, tandis qu’à d’autres moments, les photos viendront d’elles-mêmes. Selon lui, l’appareil photo n’est qu’un outil qui ne doit jamais faire obstacle ni irriter le photographe à cause de ses imperfections. « Regarder et analyser est bien plus important. Et rien ne vaut une pratique constante », indique-t-il.

« La chose la plus difficile est de ne pas se répéter. Défaites-vous de votre style et de vos habitudes, actualisez votre façon de penser et recherchez toujours le changement. (…) Il est toujours possible de s’améliorer, même lorsque vous pensez avoir atteint la perfection ».

 

Alexander Petrosyan5 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan9 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan8 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan10 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan23 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan22 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan21 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan20 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan19 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan18 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan17 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan16 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan15 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan14 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan13 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan1 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Travel Photographer of the Year 2016 : les photos primées

Le Travel Photographer of the Year récompense chaque année les meilleures photographies de voyage de l’année. Des rues de New York prises dans la tempête de neige aux volcans d’Éthiopie en activité, en passant par l’atelier d’un pâtissier cubain, les meilleures images de 2016 nous font voyager d’un bout à l’autre de la planète. Elles seront exposées à Hull dans le cadres des célébrations de la capitale de la culture 2017, du 18 mai au 30 juin, puis au 10 Stockwell Street, Greenwich à Londres, du 4 août au 3 septembre. Et si vous n’avez pas l’occasion de vous rendre sur place, voici une petite sélection des meilleures photos :

 

Travel Photographer of the Year 2 Travel Photographer of the Year 2016 : les photos priméesJoel Santos, Portugal. Premier prix du Travel Photographer of the Year 2016

Pêcheur sur le lac Bosumtwi, Ashanti, Ghana. Selon la tradition, les pêcheurs utilisent, en guise d’embarcations, des planches de bois appelées paduas.

Travel Photographer of the Year 3 Travel Photographer of the Year 2016 : les photos priméesJoel Santos, Portugal. Premier prix du Travel Photographer of the Year 2016

Cette image aérienne offre une vue unique à l’intérieur du volcan Erta Ale (qui signifie « montagne fumante » en Afar, la langue locale), à Danakil, Éthiopie.

Travel Photographer of the Year 4 Travel Photographer of the Year 2016 : les photos priméesAnkit Kumar, Inde. Premier prix du Young Travel Photographer of the Year (moins de 14 ans)

Le lac Natron, qui s’étend au pied du Mont Lengai, en Tanzanie, et où les flamants se rassemblent pour se nourrir.

Travel Photographer of the Year 5 Travel Photographer of the Year 2016 : les photos priméesMichele Palazzo, Italie. Premier prix dans la catégorie Villes : architecture et espaces

Lors de la tempête de neige Jonas qui a balayé la côte Est, j’ai capturé cette image du célèbre immeuble Flatiron de New York, pris dans les tourbillons de neige.

Travel Photographer of the Year 6 Travel Photographer of the Year 2016 : les photos priméesBiran Zhao, Chine. Premier prix dans la catégorie Façonné par la lumière.

Chaque matin, en toute saison, ces religieuses marchent dans la montagne, dans le comté de Baiyu, Ganzi, province de Sichuan, en Chine.

Travel Photographer of the Year 7 Travel Photographer of the Year 2016 : les photos priméesAlison Cahill, Royaume-Uni. Premier prix dans la catégorie Nouveau talent, Les yeux dans les yeux.

Fitri s’occupe d’un client au salon Son & Dad Barbers, à George Town, Penang, Malaysie, tandis que sa femme attend patiemment.

Travel Photographer of the Year 8 Travel Photographer of the Year 2016 : les photos priméesCraig Easton, Royaume-Uni. Premier prix dans la catégorie Série terre, mer, ciel.

En regardant vers l’est, un jour d’hiver parfaitement calme, en direction des marcheurs qui longent le lac marin de West Kirby, dans la péninsule de Wirral, au Royaume-Uni.

Travel Photographer of the Year 9 Travel Photographer of the Year 2016 : les photos priméesCraig Easton, Royaume-Uni. Mention spéciale, catégorie Humanité.

Madame Cancy, vendant des popcorns dans le petit cirque familial itinérant Cancy, à Monpazier, Dordogne, France.

Travel Photographer of the Year 10 Travel Photographer of the Year 2016 : les photos priméesJeremy Woodhouse, Royaume-Uni. Félicitations du jury, catégorie Façonné par la lumière.

Ce pâtissier de Viñales, Cuba, était en train de glacer un gâteau lorsque le soleil couchant est apparu à travers la porte et imprimé son ombre sur le mur.

Travel Photographer of the Year 11 Travel Photographer of the Year 2016 : les photos priméesSue O’Connell, Royaume-Uni. Mention spéciale, catégorie Humanité.

Ces saddhus ont certainement parcouru de longues distances pour assister au Kumbh Mela, un important pèlerinage hindouiste, à Haridwar, en Inde du Nord.

Travel Photographer of the Year 12 Travel Photographer of the Year 2016 : les photos priméesMarsel van Oosten, Pays-Bas. Mention spéciale, catégorie Humanité

Un fermier inspecte les filets dans une grande exploitation de crabes sur la côte, à Xiapu, Fujian, Chine

Travel Photographer of the Year 1 Travel Photographer of the Year 2016 : les photos priméesSergey Pesterev, Russie. Mention spéciale, catégorie Série terre, mer, ciel.

Coucher de soleil sur le lac Baïkal, en Russie, avec des crêtes de glace au premier plan.

Travel Photographer of the Year 13 Travel Photographer of the Year 2016 : les photos priméesTimothy Allen, Royaume-Uni. Finaliste, catégorie Série voyages et aventures.

Caravanes au coucher du soleil lors du pèlerinage d’El Rocío, en Andalousie, Espagne.

Travel Photographer of the Year 14 Travel Photographer of the Year 2016 : les photos priméesZhiwen Huang, Chine. Mention spéciale, catégorie Villes : architecture et espaces.

Une lune rouge s’élève au-dessus du pont qui traverse la baie, à Shenzhen, Chine.

 

 

 


Japon en silence – de Ksenia Vysotskaya

Le photographe Ksenia Visotskaya a séjourné au Japon le temps d’un été et en a ramené des images douces et poétiques prises sur le vif. Portraits, paysages, objets, ses photos nous offrent un beau récit de voyage silencieux, pour le plaisir des yeux.

 

Japon17 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon2 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon5 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon3 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon21 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon18 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon10 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon15 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon14 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon16 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon9 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon4 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon19 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon6 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon7 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon12 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon20 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon11 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya


Martin Roemers : mégapoles en vitesse lente

De Beijing à Mexico en passant par Dakar, Jakarta ou encore Paris, le photographe hollandais Martin Roemers a posé son trépied dans 22 des plus grandes villes du monde afin de saisir leur bouillonnement urbain, dans le cadre de son projet Metropolis.

Le projet est né lors d’un voyage à Bombay, lors duquel Roemers s’est demandé comment capter, en une seule image, l’énergie, le chaos et le tumulte inépuisables, presque intangibles d’une ville de plus de 10 millions d’habitants. Sa réponse a été simple et efficace : il s’est focalisé sur les centres d’affaires tels que les marchés et les artères principales, en se plaçant en hauteur et en utilisant une vitesse lente. Ainsi, le flux interminable de gens, de trains, de bus, de rickshaws et de cyclistes se transforme en une source d’énergie indéfinissable et colorée qui frôle les éléments statiques tels que les maisons, les étals, les marchandises, ou encore ce mendiant adossé au mobilier urbain et qui semble presque en faire partie.

Une belle source de réflexion et une inspiration pour vos prochaines sorties photos en quête d’images sur le vif et de paysages urbains

 

Martin Roemers7 Martin Roemers : mégapoles en vitesse lente© Martin Roemers

Martin Roemers12 Martin Roemers : mégapoles en vitesse lente© Martin Roemers

Martin Roemers13 Martin Roemers : mégapoles en vitesse lente© Martin Roemers

Martin Roemers1 Martin Roemers : mégapoles en vitesse lente© Martin Roemers

Martin Roemers3 Martin Roemers : mégapoles en vitesse lente© Martin Roemers

Martin Roemers11 Martin Roemers : mégapoles en vitesse lente© Martin Roemers

Martin Roemers10 Martin Roemers : mégapoles en vitesse lente© Martin Roemers

Martin Roemers6 Martin Roemers : mégapoles en vitesse lente© Martin Roemers

Martin Roemers9 Martin Roemers : mégapoles en vitesse lente© Martin Roemers

Martin Roemers5 Martin Roemers : mégapoles en vitesse lente© Martin Roemers

 

 


Le coeur battant du Londres d’Alan Schaller

Alan Schaller est un photographe londonien autodidacte spécialisé dans la photo de rue, le reportage et le portrait. Amoureux de la capitale anglaise, il a  produit une série en noir et blanc de portraits de londoniens qui évoluent et interagissent avec la ville, dans la rue ou le métro. Chacune des photographies d’Alan Schaller, capturées à l’aide de son Leica MONOCHROM, évoquent une certaine émotion et profondeur, qui donnent une impression d’intimité avec ses sujets.

Alan Schaller : « Je photographie de manière assez instinctive, sans faire de projet sur ce que je vais prendre en photo tel ou tel jour. Cela dit, il y a des endroits où je retourne assez régulièrement pour photographier. Par exemple, j’adore prendre des photos dans le métro car il offre des conditions intéressantes en termes d’ambiance et de personnages. J’aime aussi les endroits comme Borough Market, Holborn et Hyde Park. Londres dégage une certaine atmosphère et un sentiment d’urgence que je trouve captivants et qui me poussent à sortir pour prendre des photos.

L’objectif est que les gens qui regardent mes photos reconnaissent l’histoire racontée derrière et, si possible, fassent le lien avec leur propre expérience de vie, de la même manière qu’un compositeur écrit des chansons qui parlent des autres. La tristesse, la confusion, le bonheur, la méfiance, la surprise et l’humeur songeuse font partie des sentiments que je cherche à capturer lorsque je suis dans la rue.

Il faut une certaine assurance pour photographier des étrangers, en particulier à Londres, qui a la réputation d’être une ville relativement hostile. Je ne trouve pas que les londoniens soient hostiles cependant, et j’ai eu de nombreuses discussions intéressantes avec des gens que j’avais pris en photo. Je n’ai jamais eu d’affrontement négatif avec quelqu’un que j’avais photographié à Londres. »

Amateurs de photos sur le vif, voici ci-dessous un aperçu du travail d’Alan Schaller qui devrait vous plaire :

 

Alan Schaller11 Le coeur battant du Londres dAlan Schaller© Alan Schaller

Alan Schaller12 Le coeur battant du Londres dAlan Schaller© Alan Schaller

Alan Schaller4 Le coeur battant du Londres dAlan Schaller© Alan Schaller

Alan Schaller9 Le coeur battant du Londres dAlan Schaller© Alan Schaller

Alan Schaller8 Le coeur battant du Londres dAlan Schaller© Alan Schaller

Alan Schaller7 Le coeur battant du Londres dAlan Schaller© Alan Schaller

Alan Schaller6 Le coeur battant du Londres dAlan Schaller© Alan Schaller

Alan Schaller3 Le coeur battant du Londres dAlan Schaller© Alan Schaller

Alan Schaller10 Le coeur battant du Londres dAlan Schaller© Alan Schaller

Alan Schaller5 Le coeur battant du Londres dAlan Schaller© Alan Schaller

Alan Schaller2 Le coeur battant du Londres dAlan Schaller© Alan Schaller

Alan Schaller1 Le coeur battant du Londres dAlan Schaller© Alan Schaller


Lola Álvarez Bravo : exposition à la Maison de l’Amérique latine

Du 23 septembre au 12 décembre 2015, la Maison de l’Amérique latine présente la première exposition en France dédiée à Lola Álvarez Bravo (1903-1993), l’une des plus intéressantes photographes mexicaines du XXe siècle. Elle fut une figure-clé de la renaissance artistique qui a suivi la Révolution mexicaine de 1910, tout comme Tina Modotti, Frida Kahlo, Diego Rivera et Manuel Álvarez Bravo, qu’elle épouse en 1928 et avec lequel elle vivra jusqu’en 1934.

Elle consacre pour l’essentiel sa carrière professionnelle au travail documentaire, collaborant notamment avec des agences du gouvernement mexicain, à une époque où peu de femmes peuvent prétendre exercer une activité qui requiert autant de personnalité que d’indépendance.

Également portraitiste, elle photographie des peintres de renom pour le fonds de l’Instituto Nacional de Bellas Artes, et plus largement des figures du monde de l’art et de la culture mexicain. Elle enseigne à l’Académie San Carlos, crée un atelier de photographie et fonde la Galería de Arte Contemporáneo : elle y organisera la seule exposition personnelle jamais consacrée à Frida Kahlo de son vivant. Entre les années 1920 et 1980, elle construit une œuvre photographique dont on mesure aujourd’hui toute la qualité et l’intérêt.

Lola Alvarez Bravo 788x1024 Lola Álvarez Bravo : exposition à la Maison de lAmérique latine© Lola Álvarez Bravo – Enfant étrange – 1950

L’œuvre et le style de Lola Álvarez Bravo

Si elle est inspirée dans ses premiers travaux par le style formaliste d’Edward Weston et de Tina Modotti, mais aussi par l’approche poétique de Manuel Álvarez Bravo, ses photographies les plus emblématiques représentent des scènes de la vie quotidienne mexicaine, en milieu urbain et rural, et font écho au réalisme nationaliste et à l’indigenismo de ses plus proches amis dans le monde de la peinture comme Diego Rivera.

Elle se livre également à l’expérimentation de techniques telles que le photomontage et la photographie murale. Elle utilise la photographie comme outil documentaire, mais celle-ci est aussi pour elle un moyen de donner une dignité aux personnages capturés à travers son objectif.

Comme le souligne James Oles, commissaire de l’exposition, « il est difficile de synthétiser le travail de tout photographe, on peut cependant affirmer que Lola s’est attachée à prendre sur le vif les instants de la vie au jour le jour, dans la rue, aussi bien à Mexico que dans les provinces mexicaines. Ses meilleures images nous montrent des personnages de la ville et des paysans, saisis au moment où ils travaillent, jouent ou se détendent. Lola capturait des moments de grande tendresse, mais elle s’intéressait aussi la violence et à la souffrance, des thèmes qu’elle abordait à travers une distance empathique ».

Lola Álvarez Bravo. Photographies / Mexique

Dates : du 23 septembre au 12 décembre 2015.

Horaires : du lundi au vendredi : 10h > 20h / Samedi : 14h > 18h. Fermé les jours fériés.

Adresse : 217, bd Saint-Germain – 75007 Paris

Site Internet : http://mal217.org/expositions/

Accès libre.

Lola Alvarez Bravo3 Lola Álvarez Bravo : exposition à la Maison de lAmérique latine© Lola Álvarez Bravo – Pêcheurs de requins (Acapulco) – 1950

Lola Alvarez Bravo2 Lola Álvarez Bravo : exposition à la Maison de lAmérique latine© Lola Álvarez Bravo – Dans sa propre prison – 1950

Lola Alvarez Bravo4 Lola Álvarez Bravo : exposition à la Maison de lAmérique latine© Lola Álvarez Bravo - Ruth Rivera Martin – 1950

Frida Kahlo by Lola Alvarez Bravo2 785x1024 Lola Álvarez Bravo : exposition à la Maison de lAmérique latine© Lola Álvarez Bravo – Frida Kahlo, s.d.

1946 julio castellanos lola alvarez bravo 613x1024 Lola Álvarez Bravo : exposition à la Maison de lAmérique latine© Lola Álvarez Bravo – Julio Castellanos, 1946

Lola Alvarez Bravo5 Lola Álvarez Bravo : exposition à la Maison de lAmérique latine© Lola Álvarez Bravo – Les pique-assiettes, 1955

 


Découvrez le planning des cours à Bordeaux jusqu’à l’été

Découvrez le planning des prochains cours à Bordeaux et inscrivez-vous vite !

planning Découvrez le planning des cours à Bordeaux jusquà lété

Découvrez également un nouveau cours de photographie à Bordeaux dès le samedi 4 avril : Photos sur le vif, avec le photographe Marc Grémillon !

Lors de ce cours, vous apprendrez à :

  • Connaître les réglages techniques à privilégier pour la photo de rue et sur le vif
  • Organiser et construire une histoire cohérente, un reportage photo
  • Savoir varier les angles, du général au détail, tout en respectant le thème choisi
  • Savoir aborder une personneet se mettre en retrait tout en étant là
  • Soigner la composition et penser en Noir et Blanc

 

lecture Découvrez le planning des cours à Bordeaux jusquà lété

Copyright Marc Grémillon

parapluie Découvrez le planning des cours à Bordeaux jusquà lété

Copyright Marc Grémillon

pont Découvrez le planning des cours à Bordeaux jusquà lété

Copyright Marc Grémillon

ruelle Découvrez le planning des cours à Bordeaux jusquà lété

Copyright Marc Grémillon

soeurs Découvrez le planning des cours à Bordeaux jusquà lété

Copyright Marc Grémillon