flux rss

Infos stages et cours de photographie. Actualité et conseils pour de plus belles photos.

Le blog cours-photographie.fr vous donne des conseils artistiques et techniques pour réaliser de plus belles photos et vivre votre passion. Ce blog est édité par la société MonCoursPhoto, qui vous propose des cours et stages de photographie sur Paris

Posts Tagged ‘portrait’

Seydou Keïta au Grand Palais

Amateurs de portraits, ne manquez surtout pas l’exposition sur Seydou Keïta qui se tient au Grand Palais jusqu’au 24 juillet 2016. Il s’agit de la première grande rétrospective sur le travail de ce photographe malien (1921-2001), considéré aujourd’hui comme le père de la photographie africaine, et l’un des grands photographes de la fin du XXe siècle, par sa maîtrise de la lumière, par ses cadrages, et ses mises en scène inventives.

 

seydou keita 0 Seydou Keïta au Grand Palais© Seydou Keïta

Né en 1921 à Bamako, Seydou Keita découvre la photographie à l’âge de 14 ans (il est alors apprenti menuisier) grâce à son oncle qui lui offre son premier appareil-photo. À 18 ans, il commence à gagner sa vie en tant que photographe autodidacte, et, à 27 ans, après s’être perfectionné auprès du photographe Mountaga Dembélé, qui est aussi instituteur, il ouvre son propre studio dans un quartier très animé de Bamako.

Keïta se spécialise dans le portrait de commande, individuel ou de groupe, qu’il réalise essentiellement à la chambre 13×18, et en noir et blanc, avec une préférence marquée pour la lumière naturelle. Assez rapidement, ses talents de portraitiste sont reconnus par le Tout Bamako et son studio ne désemplit plus.

seydou keita 16 1024x732 Seydou Keïta au Grand Palais© Seydou Keïta

seydou keita 9 Seydou Keïta au Grand Palais© Seydou Keïta

« Le portrait en buste de biais, c’est moi qui l’ai inventé », affirmait fièrement Seydou Keïta qui positionnait généralement ses sujets en buste légèrement de trois quart ou en pieds. Le placement des mains et des bras était soigneusement étudié, et il utilisait des fonds en tissu ainsi que des accessoires (vêtements chics, poste de radio, porte-cigarette, mais aussi voiture et scooter) qu’il mettait à disposition de ses clients pour qu’ils puissent composer leur représentation.

Découvert en Occident au début des années 1990, il a été célébré depuis dans le monde entier et ses photographies sont exposées dans de nombreux musées.

seydou keita 18 Seydou Keïta au Grand Palais© Seydou Keïta

seydou keita 11 Seydou Keïta au Grand Palais© Seydou Keïta

seydou keita 2 Seydou Keïta au Grand Palais© Seydou Keïta

Seydou Keïta – Grand Palais

Dates : jusqu’au dimanche 24 juillet 2016

Horaires : tous les jours de 10h à 20h, nocturne le mercredi jusqu’à 22h. Fermeture hebdomadaire le mardi.

Adresse : Grand Palais, Galerie Sud-Est, avenue du Général Eisenhower, 75008 Paris. Métro Franklin-D.-Roosevelt, ou Champs-Elysées-Clemenceau.

Site Internet : www.grandpalais.fr

Tarifs : plein tarif : 10€ – Tarif réduit : 7€.

 


Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours

L’exposition consacrée à la photographe français Bettina Rheims à la Maison Européenne de la Photographie se termine le 27 mars. Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de la découvrir, c’est le moment où jamais !

L’exposition s’attache à mettre lumière les obsessions de Bettina Rheims autour de son sujet de prédilection : la femme, dans tous ses états. La féminité, questionnée, exposée, magnifiée est le fil rouge entre les 180 portraits présentées sur les trois étages de la MEP.

Un petit aperçu en images…

BettinaRheims4 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – « Autoportrait de Valéria Golino par moi-même », avril 1991, Los Angeles

BettinaRheims6 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – « Breakfast with Monica Bellucci », novembre 1995, Paris

BettinaRheims5 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – « Close up of Karolina Kurkova », décembre 2001, Paris

BettinaRheims7 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – « Kristin Scott Thomas Playing with a Blond Wig », mai 2002, Paris

BettinaRheims8 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – « Elizabeth Berkley in a Coucou’s Nest », février 1996, Los Angeles

BettinaRheims9 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – « Marthe en guêpière », février 1987, Paris

BettinaRheims1 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – Josy,  Série Modern Lovers 1991

 » J’aime capter les situations de transition : des androgynes, ni filles ni garçon … j’aime leur embarras et leur audace mêlés. » – Bettina Rheims

 

BettinaRheims3 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – Charlotte Rampling en Madame Jacquot, image extraite du projet Rose c’est Paris, de Bettina Rheims et Serge Bramly, exploration de la capitale par les voies souterraines de nos fantasmes, en  hommage aux Surréalistes.

« À partir de mes images on peut se raconter des histoires, ce sont  des débuts de scénarios. » – Bettina Rheims.

BettinaRheims2 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – Catherine Deneuve, 1988

« C’est Catherine Deneuve qui m’a sollicitée, sur cette image, elle porte ses propres vêtements, j’avais l’impression qu’elle m’échappait. Plus tard c’est avec elle que je ferai mes premières photos en couleur. » – Bettina Rheims.

BettinaRheims Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers joursBettina Rheims

Bettina Rheims – Maison Européenne de la photographie

Dates : jusqu’au dimanche 27 mars 2016

Horaires : du mercredi au dimanche, de 11h à 19h45.

Adresse : 5/7 Rue de Fourcy – 75004 Paris

Site Internet : http://www.mep-fr.org/

Tarifs : 8€ (plein tarif) / 4,5€ (tarif réduit)

 

 


Lola Álvarez Bravo : exposition à la Maison de l’Amérique latine

Du 23 septembre au 12 décembre 2015, la Maison de l’Amérique latine présente la première exposition en France dédiée à Lola Álvarez Bravo (1903-1993), l’une des plus intéressantes photographes mexicaines du XXe siècle. Elle fut une figure-clé de la renaissance artistique qui a suivi la Révolution mexicaine de 1910, tout comme Tina Modotti, Frida Kahlo, Diego Rivera et Manuel Álvarez Bravo, qu’elle épouse en 1928 et avec lequel elle vivra jusqu’en 1934.

Elle consacre pour l’essentiel sa carrière professionnelle au travail documentaire, collaborant notamment avec des agences du gouvernement mexicain, à une époque où peu de femmes peuvent prétendre exercer une activité qui requiert autant de personnalité que d’indépendance.

Également portraitiste, elle photographie des peintres de renom pour le fonds de l’Instituto Nacional de Bellas Artes, et plus largement des figures du monde de l’art et de la culture mexicain. Elle enseigne à l’Académie San Carlos, crée un atelier de photographie et fonde la Galería de Arte Contemporáneo : elle y organisera la seule exposition personnelle jamais consacrée à Frida Kahlo de son vivant. Entre les années 1920 et 1980, elle construit une œuvre photographique dont on mesure aujourd’hui toute la qualité et l’intérêt.

Lola Alvarez Bravo 788x1024 Lola Álvarez Bravo : exposition à la Maison de lAmérique latine© Lola Álvarez Bravo – Enfant étrange – 1950

L’œuvre et le style de Lola Álvarez Bravo

Si elle est inspirée dans ses premiers travaux par le style formaliste d’Edward Weston et de Tina Modotti, mais aussi par l’approche poétique de Manuel Álvarez Bravo, ses photographies les plus emblématiques représentent des scènes de la vie quotidienne mexicaine, en milieu urbain et rural, et font écho au réalisme nationaliste et à l’indigenismo de ses plus proches amis dans le monde de la peinture comme Diego Rivera.

Elle se livre également à l’expérimentation de techniques telles que le photomontage et la photographie murale. Elle utilise la photographie comme outil documentaire, mais celle-ci est aussi pour elle un moyen de donner une dignité aux personnages capturés à travers son objectif.

Comme le souligne James Oles, commissaire de l’exposition, « il est difficile de synthétiser le travail de tout photographe, on peut cependant affirmer que Lola s’est attachée à prendre sur le vif les instants de la vie au jour le jour, dans la rue, aussi bien à Mexico que dans les provinces mexicaines. Ses meilleures images nous montrent des personnages de la ville et des paysans, saisis au moment où ils travaillent, jouent ou se détendent. Lola capturait des moments de grande tendresse, mais elle s’intéressait aussi la violence et à la souffrance, des thèmes qu’elle abordait à travers une distance empathique ».

Lola Álvarez Bravo. Photographies / Mexique

Dates : du 23 septembre au 12 décembre 2015.

Horaires : du lundi au vendredi : 10h > 20h / Samedi : 14h > 18h. Fermé les jours fériés.

Adresse : 217, bd Saint-Germain – 75007 Paris

Site Internet : http://mal217.org/expositions/

Accès libre.

Lola Alvarez Bravo3 Lola Álvarez Bravo : exposition à la Maison de lAmérique latine© Lola Álvarez Bravo – Pêcheurs de requins (Acapulco) – 1950

Lola Alvarez Bravo2 Lola Álvarez Bravo : exposition à la Maison de lAmérique latine© Lola Álvarez Bravo – Dans sa propre prison – 1950

Lola Alvarez Bravo4 Lola Álvarez Bravo : exposition à la Maison de lAmérique latine© Lola Álvarez Bravo - Ruth Rivera Martin – 1950

Frida Kahlo by Lola Alvarez Bravo2 785x1024 Lola Álvarez Bravo : exposition à la Maison de lAmérique latine© Lola Álvarez Bravo – Frida Kahlo, s.d.

1946 julio castellanos lola alvarez bravo 613x1024 Lola Álvarez Bravo : exposition à la Maison de lAmérique latine© Lola Álvarez Bravo – Julio Castellanos, 1946

Lola Alvarez Bravo5 Lola Álvarez Bravo : exposition à la Maison de lAmérique latine© Lola Álvarez Bravo – Les pique-assiettes, 1955

 


Réussissez vos portraits en toute circonstance !

Vous êtes nombreux à nous poser des questions sur les techniques du portrait pendant les stages photo Paris que vous suivez avec nous. Aujourd’hui nous vous confions quelques secrets pour un portrait réussi, et ce en toute circonstance, quelle que soit la lumière environnante !

1) Le portrait en plein soleil

C’est à fuir absolument… Pas de portrait en plein soleil ! Mais parfois, on n’a pas le choix. Nous avons déjà abordé le problème de la photographie en plein soleil dans notre article «  les 5 utilisations du flash intégré ». En effet, lorsque vous réalisez un portrait en plein soleil, le visage est parsemé d’ombres disgracieuses qui enlaidissent la photo… et desservent votre modèle. Dans cette situation, il faut utiliser un flash ou, pour garder une nuance d’ombres, un réflecteur, afin de déboucher les ombres et d’obtenir une belle photo !

2) Le portrait par temps nuageux

Contrairement à ce que l’on pourrait intuitivement penser, les temps couverts ou nuageux sont les plus propices à la réalisation de beaux portraits ! Pourquoi ? Parce que la lumière est diffuse, son intensité se répartit bien sur tout le visage et évite la présence d’ombres trop fortes. Pour vous débarrasser totalement des ombres restantes, ou les atténuer plus, notre secret : utiliser un réflecteur… ou un drap blanc posé au sol !

Vous testerez cela lors de notre cours de 4h, à Paris « Le portrait en lumière naturelle »… prochaine date dimanche 23 octobre de 14h30 à 18h30 !

Portrait drap blanc2 Réussissez vos portraits en toute circonstance !

Photo : © 2011 – Mon Cours Photo, Portrait en lumière naturelle, février 2011

Portrait réflecteur2 Réussissez vos portraits en toute circonstance !

Photo : © 2011 – Mon Cours Photo, Portrait en lumière naturelle, février 2011

3) L’arrière-plan en extérieur

Lorsque vous réalisez des portraits en extérieur, il est intéressant d’utiliser l’arrière-plan pour améliorer encore votre photo. En effet, même si vous allez flouter l’arrière-plan pour mettre en valeur votre personnage, l’arrière-plan a toute son importance ! Recherchez plutôt l’harmonie pour éviter que la lecture de la photo soit compliquée et confuse, avec trop d’éléments. Ainsi, vous pouvez tout à fait profiter d’un jardin fleuri pour prendre en photo un portrait de plain-pied ou encore de beaux ensembles architecturaux, comme cette photo d’Alexandra (de Mon Cours Photo !) prise par Fabien (un excellent photographe, portraitiste… et professeur !) en février dernier.

Alexandra Buren Fabien Campoverde2 Réussissez vos portraits en toute circonstance !

Photo : © 2011 – Fabien Campoverde, Alexandra et les colonnes de Buren, février 2011

4) L’arrière-plan en studio

Le grand avantage du studio, c’est la liberté : vous choisissez votre éclairage, votre sujet et votre fond ! Blanc, noir, de couleur, en velours ou sans matière… Grâce à l’éclairage que vous souhaiterez donner à votre portrait, vous obtiendrez un fond totalement noir ou plus léger dans une couleur pâle, comme sur les photos ci-dessous.
Après, pour obtenir un vrai noir, un vrai blanc… on vous explique ça au cours « Photo en studio »… prochaine date samedi 22 octobre de 14h à 18h !

Ambiance Studio2 Réussissez vos portraits en toute circonstance !

Photo : © 2011 – Mon Cours Photo, Studio Le Petit Oiseau Va Sortir

5) Le portrait incongru en toute circonstance

Pour changer d’une collection classique / limite photomaton de portraits, mettez-vous en scène ! En intérieur comme en extérieur, cherchez un arrière-plan qui vous plait, puis des accessoires plus ou moins appropriés.
Par exemple sur la photo ci-dessous : un mur blanc, une table de cuisine, une chaise assortie, un chapeau de fête, une pomme et une morsure violente ;-)

Alex par Anso été 20112 Réussissez vos portraits en toute circonstance !

Photo : © 2011 – Anne-Sophie Cunin, “Eat an apple per day to keep the doctor away”

Sans accessoire, allez chercher un arrière-plan plus insolite : une salle de bain, un couloir, une voiture (ancienne si possible).
Sans arrière-plan ni accessoire, il ne vous reste plus que le cadrage et la composition pour réaliser un portrait incongru : en plongée ou contre-plongée, voire d’un premier étage pour un effet vu du ciel…

En studio, vous pouvez aussi jouer sur la surprise avec par exemple la mise en scène suivante : un fond blanc, une table blanche, votre modèle assis sur une chaise, et juste une sucette rose posée sur la table crée un paradoxe entre l’atmosphère omniprésente voire pesante du blanc et l’objet enfantin, léger et coloré.
Enfin, l’insolite c’est aussi l’attitude du modèle que vous dirigez… Par exemple, ci-dessous, un effet « cheveux » icon wink Réussissez vos portraits en toute circonstance !

Petra studio2 Réussissez vos portraits en toute circonstance !

Photo : © 2011 – Mon Cours Photo, Studio Le Petit Oiseau Va Sortir

N’hésitez pas à suivre nos cours « Portrait en lumière naturelle » et « Photo en studio » pour aller plus loin avec les techniques du portrait.
Pour les débutants et / ou non parisiens, vous verrez les fondamentaux du portrait dans « Profondeur de champ et ouverture ».

Chloé


Sur la route d’Imouzzer

Les photos les plus marquantes sont souvent les plus inattendues : partie à la recherche de photos de paysages à perte de vue et d’architecture marocaine, ce portrait est en fait mon image préférée.

Berbere Imouzzer Sur la route d’Imouzzer

Une femme berbère sur la route d’Imouzzer

Ce cliché a été pris l’année dernière lors de mes vacances au Maroc. Après deux jours de farniente à Ifrane, j’empruntais la route d’Imouzzer, dans le Moyen Atlas. De nombreuses femmes berbères se mettent plusieurs fois par semaine au bord de cette route passante pour vendre leurs fruits et légumes.

Mon regard a tout de suite été attiré par le visage de cette femme berbère. Je me suis donc approché d’elle. Elle vendait des fèves, à côté de sa fille qui proposait quant à elle des haricots verts. On remarque en arrière-plan la balance qu’elle utilise pour peser les légumes et les nombreux sacs en plastique et en toile qui contiennent les fèves.

Ce portrait a été réalisé avec une faible profondeur de champ (f/5,6 à 85mm), afin de faire ressortir le visage de la femme.Vous pouvez remarquer une certaine harmonie des couleurs qui contribue à rendre une impression de calme, avec une dominante pastel entre le foulard, les sacs et le sol asséché.

La force de ce portrait vient, selon moi, de l’émotion que l’on ressent en regardant ce visage, qui a vécu : les tatouages, les rides très marquées et le regard bienveillant de cette femme nous poussent dans de longues réflexions… et ce sourire… on a tout simplement envie de s’asseoir auprès d’elle et de la laisser nous raconter son histoire.

Si vous aussi, vous avez réalisé des portraits qui vous touchent, partagez-les sur notre mur Facebook, et entraînez-vous pour réaliser de beaux portraits pendant vos vacances icon smile Sur la route d’Imouzzer

Pour vous perfectionner, nous abordons la thématique du portrait :
- Lors du cours de photographie Profondeur de champ et ouverture, en introduction
- Dans le cours photo Portrait en lumière naturelle, niveaux intermédiare et avancé
- Lors du stage photographie Photo en studio, niveau avancé

Chloé


3 conseils pour réussir vos photos d’architecture

Vous vous demandez sûrement comment faire pour qu’une banale photo de la tour Eiffel devienne une splendide photo artistique de la tour Eiffel… Ou bien comment faire pour que la photo d’un building à New York donne une impression de grandeur et de beauté.

Voici donc quelques conseils pour réussir vos photos d’architecture.

1/ Dressez un portrait

Tout d’abord, faire la photo d’un bâtiment revient à transmettre l’atmosphère qui se dégage autour du bâtiment, ou encore les sentiments ressentis à l’approche de la structure : concrètement, ça revient à en faire le portrait.

Pour réussir une belle photo, on vous conseille donc d’observer le bâtiment en question. Faites-en le tour, cherchez la plus belle façade, cherchez un détail sur un mur ou autour qui fera la différence. Bref, faites en sorte de rendre le meilleur de la construction.

Photo Christian 3 conseils pour réussir vos photos d’architecture

© Moncoursphoto.fr – Photo de Christian au cours « Paysages Urbains » du 4/06/11

2/ Jouez sur l’éclairage

En fonction du moment de la journée, la même photo d’un bâtiment peut totalement varier selon l’éclairage ambiant. Venir au lever ou au coucher du soleil permet notamment de profiter d’une lumière oblique … pour faire des photos différentes, de jouer sur les reflets, les textures et les formes.

Photo de Gaetan 3 conseils pour réussir vos photos d’architecture

© Moncoursphoto.fr – Photo de Gaëtan au cours « Paysages Urbains » du 25/06/11

3/ Organisez votre photo

Il est intéressant aussi de se poser la question de la composition. Comment mettre le bâtiment en scène pour que ça « rende bien ». Oubliez le cadrage de face et à hauteur d’homme, trop banal, vous aurez une photographie de « touriste », et ça, nous en avons déjà parlé dans l’article « 5 conseils pour éviter de faire des photos de touriste… en étant touriste ». Essayez d’organiser votre photo de la manière la plus judicieuse possible, parmi toutes les possibilités qui s’offrent à vous : utilisation de la répétition, de la symétrie, des formes géométriques, des lignes de fuite, sans oublier la règle des tiers.

Photo Johny 3 conseils pour réussir vos photos d’architecture

© Moncoursphoto.fr – Photo de Johny au cours « Paysages Urbains » du 25/06/11

Pour aller plus loin, suivez le cours de photographie « Paysages urbains », un stage photo ouvert à tous les appareils photo !

Maintenant c’est à vous de jouer !

Chloé


Les secrets d’un photographe de portraits

Fabien Campoverde est photographe professionnel et, outre les paysages et le photoreportage, il s’est spécialisé dans le portrait, a travaillé pendant 4 ans dans un studio parisien et collabore régulièrement avec les grands noms de la presse française, des féminins aux magazines de sport. Il anime également des stages de photographie pour Mon Cours Photo.

Alexandra : Bonjour Fabien, l’un de tes thèmes de prédilection est le portrait, d’où t’es venue cette passion ?

Fabien : La passion du portrait m’est venu très tôt, quand je me suis mis à la photo à 15 ans, et suite à ma rencontre avec Bertrand Desprez, qui m’a dit « Tu as un œil, il faut que tu l’utilises ». J’ai vraiment réalisé dix ans plus tard ! Aussi, je suis quelqu’un d’ouvert : j’aime aller vers les gens, les découvrir, j’ai la parole facile, c’est important pour prendre des portraits.

Fabien Campoverde Ruth Les secrets d’un photographe de portraits

(c) Fabien Campoverde, Ruth

A : Comment as-tu appris à réaliser des portraits ?

F : J’ai assisté Michel Labelle pendant 4 ans : c’est un grand portraitiste (ses portraits sont publiés dans L’Express, Le Point, Enjeux…) qui m’a appris à faire du portrait, dans la manière de diriger les gens que tu photographies. Ensuite, j’ai appris en par la pratique. Tout d’abord, à gérer les caractères. Si on sait parler à son sujet, on peut lui faire faire ce que l’on veut. Il faut leur demander directement ce qu’on veut, car ils comprennent que c’est le photographe qui maîtrise l’instant.

A : As-tu des astuces à donner pour bien réussir les portraits ?

F : Mes astuces sont très personnelles. Par exemple, je travaille toujours avec un pied, pour faire le cadre, puis je fais la lumière, et ensuite je peux me concentrer sur la personne, sur les attitudes.

A : Certains de tes portraits sont réalisés avec des effets de vitesse qui mettent en valeur les personnages, comment as-tu réussi cet effet ?

F : Avec un pied ! J’ai pu shooter avec des vitesses lentes, et le sujet ne bougeait pas alors qu’autour de lui d’autres personnes étaient en mouvement. J’ai fermé un maximum pour avoir une bonne profondeur de champ.

A : Que cherches-tu à montrer dans un portrait (de sportif par exemple) ?

F : Clairement, je cherche à faire transparaître un caractère : il doit se passer quelque chose dans les yeux. On a souvent une image des célébrités, mais en étant léger, sympa, en captant leur attention on arrive à créer des moments privilégiés qui vont conduire à des photos privilégiées.

Fabien Campoverde Uselections Les secrets d’un photographe de portraits

(c) Fabien Campoverde, US Elections (2008)

A : Tu as réalisé une série très intéressante pendant les élections présidentielles américaines en octobre 2008, comment as-tu réussi à approcher les électeurs ?

F : Très simplement, je me suis fondu dans la masse. Il y avait deux types de réaction : soit les électeurs étaient méfiants et je devais shooter sans me faire remarquer, soit ils étaient en demande, car pro-Obama. Finalement mon reportage sur la semaine de pré-votre en Géorgie montrait que les jeux étaient faits.

A : Merci Fabien pour tes conseils, et avis aux « apprentis photographes » qui pourront suivre d’autres conseils lors de tes prochains cours sur le Portrait et la Photo en Studio !

Propos recueillis par Alexandra le 10 février 2011

Pour retrouver (presque) toutes les photos de Fabien : www.fcampoverde.com


5 questions à se poser avant de prendre une photo

Comme l’a dit John Stuart Mill, « La photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard »…

Aujourd’hui, soyons prévoyants, et posons-nous les bonnes questions (autour d’un bon jus de fruit frais pour conjurer les virus de l’hiver) avant de prendre une photographie :

P1010140 5 questions à se poser avant de prendre une photo

1) Dans quel sens prendre la photo ?

On a souvent l’habitude de tenir son appareil photo d’une manière, soit horizontale (format « paysage »), soit verticale (format « portrait »). Demandez-vous si vous ne devriez pas changer de sens !

2) Est-ce que mon cadre est droit ?

Certes, les logiciels de retouche nous permettent de redresser les photos, mais ce serait quand même plus sympa de les faire bien droites dès le début, pour éviter d’avoir le mal de mer ou de terre… Pour cela, prenez des repères, ou dans le cas des habitués aux viseurs reflex, activez l’écran LCD avec quadrillage pour vérifier que vous ne tanguez pas ! Cela vous aidera aussi pour la composition de l’image.

3) Qu’est-ce que je veux raconter ?

Eh oui, car photographier signifie « écrire avec la lumière », donc quelle histoire voulez-vous écrire ? C’est tout l’art du photoreportage, mais c’est aussi pour capturer l’émotion d’un moment en famille…

4) Quel est l’arrière-plan ?

Souvent quand on photographie un sujet, on oublie de vérifier l’arrière-plan, et on découvre ensuite avec regret qu’une plante mal placée donne des oreilles de lapin à notre grand-mère ou qu’un personnage pas très inspirant passait sur le côté de la photo… Bref, il faut surveiller son arrière-plan aussi (en général on surveille bien le premier plan) car des éléments risquent de gâcher la photo.

5) Suis-je assez près du sujet ?

Aujourd’hui la plupart des appareils photo numériques sont dotés de zooms très puissants, et les bons reflex ont aussi des focales aux dimensions honorables… Alors utilisons ces appareils pour nous rapprocher du sujet ! La photo sera plus dynamique, le portrait plus intense, le souvenir plus fort, que si vous laissez le personnage en tout petit…

Est-ce que je me suis posée ces questions pour la photo ci-dessus ? Oui ! Surtout la 3ème icon wink 5 questions à se poser avant de prendre une photo

Heureusement, inconsciemment, intuitivement ou empiriquement, nous savons que ce sont de bonnes questions à se poser !

Alexandra


Portrait au flash d’un chauffeur de jeep

Retour vers le mois d’août… Un des hauts lieux du tourisme en Indonésie est la vallée du Tengger, ou se trouvent de nombreux volcans dont le mont Bromo, toujours fumant et dont la dernière grande éruption a eu lieu en 2004.

Le meilleur moment pour l’admirer est au lever du soleil; une jeep nous conduit sur un autre sommet pour l’observer. J’ai renommé notre conducteur de jeep « Speedy Gonzalez », car il conduisait vite mais habilement sur des pentes obscures et a 45 degrés, et doublait toutes les autres Jeep ! Je crois qu’il a compris la blague…

Je lui ai demandé si je pouvais le photographier, une fois à l’arrêt, et il m’a offert ce grand sourire.

IMG 6361 Portrait au flash d’un chauffeur de jeep

Comme on l’apprend en cours de photo sur le portrait, il est essentiel de faire le point sur les yeux et de s’assurer qu’ils sont bien nets, car on utilise une grande ouverture de diaphragme pour obtenir une faible profondeur de champ. Pour ce portrait au flash mes réglages étaient donc ISO 400 en raison de la pénombre de la jeep, F5 pour l’ouverture du diaphragme et une vitesse très lente, 1/6, pour capter un maximum de lumière. Je n’ai toujours pas compris comment j’ai pu éviter que la photo sois floue à cette vitesse, si seulement j’étais toujours aussi stable ! Quant au flash, je l’avais sous-exposé d’un diaphragme pour éviter que mon chauffeur ne soit blanchi, et pour garder l’image de son hale montagnard.

Couper légèrement la casquette ou le crâne du sujet n’est pas interdit, au contraire si ça permet de le mettre plus en valeur !

Alexandra


La fille de Chamula

Cette petite fille habite le village de Chamula, dans le Chiapas, au Mexique. J’ai effectué la mise au point sur ses yeux, comme conseillé en photo cours sur le portrait, et utiliser une grande ouverture du diaphragme (F/4) même si l’arrière plan était magnifique. En effet l’église de Chamula est le lieu d’un syncrétisme entre catholicisme et religions des ancêtres mayas de ses habitants. On peut y voir des coqs se faisant égorger, des dons de bouteilles de Coca-Cola, le tout sous une odeur d’enscens particulièrement étouffante !

P1010088 La fille de Chamula

Une astuce de photo cours : n’oubliez pas de vous agenouiller pour vous mettre à la hauteur de l’enfant, voire en-dessous de lui ! Vous le flatterez mais surtout vous aurez un arrière-plan certainement plus agréable que les pavés de la rue !

Alexandra