flux rss

Infos stages et cours de photographie. Actualité et conseils pour de plus belles photos.

Le blog cours-photographie.fr vous donne des conseils artistiques et techniques pour réaliser de plus belles photos et vivre votre passion. Ce blog est édité par la société MonCoursPhoto, qui vous propose des cours et stages de photographie sur Paris

Posts Tagged ‘portrait’

Photos sur le vif à Saint-Pétersbourg

Natif de Saint-Pétersbourg, Alexander Petrosyan connaît chaque recoin de sa ville, et il nous les fait découvrir ainsi que ses habitants à travers ses séries de clichés pris sur le vif. Paysages urbains poétiques, scènes de rue, portraits colorés, chaque photographie raconte une histoire particulière et nous plonge dans une ambiance différente.

 

Alexander Petrosyan4 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Selon Petrosyan, spécialiste de « l’instant décisif », « Rien n’est prévisible. Parfois, on prend la photo juste au bon moment, mais souvent, ce que l’on attend ne se produit que des années plus tard. »

 

Alexander Petrosyan11 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Travaillant comme photojournaliste pour le journal russe Kommersant ainsi que pour National Geographic et Newsweek, Alexander Petrosyan a toujours son appareil photo sur lui (ainsi qu’une batterie de rechange au cas où la première se décharge plus vite que prévu à cause du froid).

D’après lui, « La manière dont on perçoit une photo est liée à différents facteurs. Mais si la photo est prise avec une certaine énergie, celui qui la verra le sentira, quelle que soit son origine et sa culture. D’un autre côté, il est certainement possible d’être libre, impartial et de tenter d’offrir une vision neutre, mais une telle photo ne touchera pas celui qui la regarde. »

 

Alexander Petrosyan7 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Petrosyan se compare à un pêcheur qui surveille la scène patiemment, en sachant que certains jours ne donneront aucun résultat malgré le travail fourni, tandis qu’à d’autres moments, les photos viendront d’elles-mêmes. Selon lui, l’appareil photo n’est qu’un outil qui ne doit jamais faire obstacle ni irriter le photographe à cause de ses imperfections. « Regarder et analyser est bien plus important. Et rien ne vaut une pratique constante », indique-t-il.

« La chose la plus difficile est de ne pas se répéter. Défaites-vous de votre style et de vos habitudes, actualisez votre façon de penser et recherchez toujours le changement. (…) Il est toujours possible de s’améliorer, même lorsque vous pensez avoir atteint la perfection ».

 

Alexander Petrosyan5 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan9 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan8 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan10 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan23 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan22 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan21 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan20 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan19 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan18 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan17 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan16 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan15 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan14 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan13 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

Alexander Petrosyan1 Photos sur le vif à Saint Pétersbourg

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Magnifiques portraits d’enfants en noir et blanc

Le Black and White Child Photography Contest récompense tous les ans les plus beaux portraits d’enfants en noir et blanc. Découvrez une sélection des photographies primées en 2016. Des images tendres et poétiques mises en valeur par l’utilisation du noir et blanc.

 

Katerina Annenkova 1024x682 Magnifiques portraits denfants en noir et blanc© Katerina Annenkova

Anna Kuncewicz 679x1024 Magnifiques portraits denfants en noir et blanc© Anna Kuncewicz

carlos lopes franco 1024x682 Magnifiques portraits denfants en noir et blanc© Carlos Lopes Franco

Oriano Nicolau 2 1024x682 Magnifiques portraits denfants en noir et blanc© Oriano Nicolau

Lina Meisen 1024x819 Magnifiques portraits denfants en noir et blanc© Lina Meisen

lora moore kakaletris 1024x768 Magnifiques portraits denfants en noir et blanc© lora Moore Kakaletris

Karolina Wawrzyniak 1024x682 Magnifiques portraits denfants en noir et blanc© Karolina Wawrzyniak

Jessica Lindgren Wu 1024x682 Magnifiques portraits denfants en noir et blanc© Jessica Lindgren Wu

Guomiao Zhou 1024x681 Magnifiques portraits denfants en noir et blanc© Guomiao Zhou

Eva Habankova 1024x682 Magnifiques portraits denfants en noir et blanc© Eva Habankova

Fernanda Ortiz 1024x682 Magnifiques portraits denfants en noir et blanc© Fernanda Ortiz

Elena Balysheva 1024x682 Magnifiques portraits denfants en noir et blanc© Elena Balysheva

Michael Fell 1024x712 Magnifiques portraits denfants en noir et blanc© Michael Fell

Alicja Brodowicz 1024x680 Magnifiques portraits denfants en noir et blanc© Alicja-Brodowicz

 

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Les danseurs urbains de Vitaly Sokolovsky

Dans sa série « Dance Petersburg« , le photographe russe Vitaly Sokolovsky fait le portrait de danseurs dans des situations de la vie quotidienne à Saint Petersbourg, sa ville natale. Le  résultat est à la fois drôle et rafraîchissant !

 

Vitaly Sokolovsky 1 Les danseurs urbains de Vitaly Sokolovsky

Vitaly Sokolovsky 3 Les danseurs urbains de Vitaly Sokolovsky

Vitaly Sokolovsky 2 Les danseurs urbains de Vitaly Sokolovsky

Vitaly Sokolovsky 5 Les danseurs urbains de Vitaly Sokolovsky

Vitaly Sokolovsky 6 Les danseurs urbains de Vitaly Sokolovsky

Vitaly Sokolovsky 7 Les danseurs urbains de Vitaly Sokolovsky

Vitaly Sokolovsky 8 Les danseurs urbains de Vitaly Sokolovsky

Vitaly Sokolovsky 4 Les danseurs urbains de Vitaly Sokolovsky

Vitaly Sokolovsky 9 Les danseurs urbains de Vitaly Sokolovsky

Vitaly Sokolovsky 10 Les danseurs urbains de Vitaly Sokolovsky

Vitaly Sokolovsky 11 Les danseurs urbains de Vitaly Sokolovsky

Vitaly Sokolovsky 12 Les danseurs urbains de Vitaly Sokolovsky

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


« On the table » : la série de photos de Mihail Onaca qui réchauffe !

Mihail Onaca est originaire de Transylvanie. Il utilise la photographie en tant que medium pour capturer les espaces, les visages et les endroits qui ont une histoire à nous raconter. Attentif aux détails et à la géométrie, il est en recherche constante de moments beaux et étonnants.

Dans sa série « On the table« , il a saisi les dispositions des tables des cafés où il s’est rendu pendant deux ans dans sa région. Des mises en scène poétiques où l’on retrouve toute la chaleur d’un moment destiné à profiter d’une boisson chaude, d’un gâteau ou d’un repas.

Une série qui nous réchauffera, en plein cœur de l’hiver !

 

MihailOnaca11 On the table : la série de photos de Mihail Onaca qui réchauffe !

MihailOnaca10 On the table : la série de photos de Mihail Onaca qui réchauffe !

MihailOnaca1 On the table : la série de photos de Mihail Onaca qui réchauffe !

MihailOnaca4 On the table : la série de photos de Mihail Onaca qui réchauffe !

MihailOnaca8 On the table : la série de photos de Mihail Onaca qui réchauffe !

MihailOnaca9 On the table : la série de photos de Mihail Onaca qui réchauffe !

MihailOnaca7 On the table : la série de photos de Mihail Onaca qui réchauffe !

MihailOnaca5 On the table : la série de photos de Mihail Onaca qui réchauffe !

MihailOnaca2 On the table : la série de photos de Mihail Onaca qui réchauffe !

MihailOnaca3 On the table : la série de photos de Mihail Onaca qui réchauffe !

MihailOnaca6 On the table : la série de photos de Mihail Onaca qui réchauffe !

 

 

 


Les éleveurs de rennes des monts Altaï, par Joel Santos

Le photographe portugais Joel Santos s’est récemment rendu dans le nord de la Mongolie pour photographier les Tsaatan, un peuple de nomades d’origine turque qui vivent dans des conditions extrêmes en compagnie de leurs rennes. « Tsaa » signifie « renne » en tsaatan : les Tsaatans sont « ceux qui vivent avec les rennes ».

Joel Santos est né en 1978 à Lisbonne. Il se consacre à la photographie depuis 15 ans et travaille pour des magasines de photographie, de voyages et d’entreprises du monde entier. Son œuvre a également été exposée dans plusieurs pays et il a remporté de nombreuses récompenses au Portugal et à l’étranger, dont le Premier prix du Travel Photographer of the Year 2016.

Voici un petit aperçu de cette magnifique série de portraits aux allures de conte féérique :

 

JoelSantos13 Les éleveurs de rennes des monts Altaï, par Joel Santos

JoelSantos1 Les éleveurs de rennes des monts Altaï, par Joel Santos

JoelSantos2 Les éleveurs de rennes des monts Altaï, par Joel Santos

JoelSantos6 Les éleveurs de rennes des monts Altaï, par Joel Santos

JoelSantos3 Les éleveurs de rennes des monts Altaï, par Joel Santos

JoelSantos9 Les éleveurs de rennes des monts Altaï, par Joel Santos

JoelSantos7 Les éleveurs de rennes des monts Altaï, par Joel Santos

JoelSantos8 Les éleveurs de rennes des monts Altaï, par Joel Santos

JoelSantos4 Les éleveurs de rennes des monts Altaï, par Joel Santos

JoelSantos12 Les éleveurs de rennes des monts Altaï, par Joel Santos

JoelSantos10 Les éleveurs de rennes des monts Altaï, par Joel Santos

JoelSantos11 Les éleveurs de rennes des monts Altaï, par Joel Santos


Japon en silence – de Ksenia Vysotskaya

Le photographe Ksenia Visotskaya a séjourné au Japon le temps d’un été et en a ramené des images douces et poétiques prises sur le vif. Portraits, paysages, objets, ses photos nous offrent un beau récit de voyage silencieux, pour le plaisir des yeux.

 

Japon17 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon2 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon5 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon3 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon21 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon18 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon10 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon15 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon14 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon16 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon9 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon4 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon19 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon6 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon7 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon12 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon20 761x1024 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya

Japon11 Japon en silence   de Ksenia Vysotskaya


Les danseurs d’Omar Robles à Mexico

Originaire de Porto Rico, Omar Z Robles est photographe documentaire et de danse. Diplômé de l’école internationale de mimodrame Marcel Marceau de Paris en 2004, il a découvert la photographie en 2006. Tout comme le mime, elle lui permettait de raconter des histoires sans mots.

Devenu photographe professionnel en 2007, il a d’abord exercé en tant que photojournaliste. En 2013, il s’est installé à New York et a commencé à travailler sur des séries de portraits de danseurs. À New York, Cuba et récemment à Mexico, il a souhaité immortaliser des danseurs locaux dans des décors inhabituels. L’idée était de montrer un monde alternatif dans lequel il est possible de bouger et de se déplacer dans des espaces urbains sans peur et en dehors des normes sociales qui, très souvent, entravent et conditionnent nos comportements. Le fait de juxtaposer les corps stylisés des danseurs et les formes urbaines irrégulières permet de créer un équilibre dramatique.

Voici un aperçu de sa toute dernière série, lumineuse et colorée, à Mexico.

 

Omar Robles1 819x1024 Les danseurs dOmar Robles à MexicoIratxe Beorlegui | Fujifilm X-T2 + XF 56mm

Omar Robles10 819x1024 Les danseurs dOmar Robles à MexicoMaria Fernanda Cervantes

 

 

Omar Robles2 819x1024 Les danseurs dOmar Robles à Mexico

Omar Robles12 819x1024 Les danseurs dOmar Robles à Mexico

Omar Robles18 Les danseurs dOmar Robles à MexicoGreta Elizondo | Fujifilm X-T2 + XF 56mm

Omar Robles15 Les danseurs dOmar Robles à MexicoEdith Luna & Maria Fernanda Cervantes | Fujifilm X-T2 + XF 56mm

Omar Robles7 819x1024 Les danseurs dOmar Robles à MexicoMayuko Nihei | Fujifilm X-T2 + XF 16mm

Omar Robles6 819x1024 Les danseurs dOmar Robles à MexicoAllie Gee | Fujifilm X-T2 + XF 56mm

Omar Robles5 819x1024 Les danseurs dOmar Robles à MexicoGreta Elizondo | Fujifilm X-T2 + XF 90mm

Omar Robles3 819x1024 Les danseurs dOmar Robles à MexicoJulio Morel | Fujifilm X-T2 + XF 56mm

Omar Robles11 819x1024 Les danseurs dOmar Robles à Mexico

Omar Robles4 819x1024 Les danseurs dOmar Robles à MexicoAndrea Salazar | Fujifilm X-T2 + XF 56mm

Omar Robles19 Les danseurs dOmar Robles à MexicoJulio Morel | Fujifilm X-T2 + XF 90mm

 


#le_baiser sur les murs de Paris

Street artist adepte du video-mapping, Julien Nonnon illumine les murs de Paris avec un projet aussi étonnant que poétique : #le_baiser. S’inspirant d’une phrase du poète Alfred de Musset (“Le seul vrai langage au monde est un baiser”), il a ainsi projeté sur les murs de Paris une centaine de vidéos de couples s’embrassant.

Avec ce projet, celui qui a appris à « relever la tête dans les rues de Paris » grâce à son art, voudrait que tous les Parisiens se réapproprient leur ville avec amour. Et quoi de plus beau pour cela qu’un baiser impudique sous le ciel de Paris ?

 

julien nonnon 1 #le baiser sur les murs de Paris

julien nonnon 2 #le baiser sur les murs de Paris

julien nonnon 10 #le baiser sur les murs de Paris

julien nonnon 12 #le baiser sur les murs de Paris

julien nonnon 15 #le baiser sur les murs de Paris

julien nonnon 13 #le baiser sur les murs de Paris

julien nonnon 9 #le baiser sur les murs de Paris

julien nonnon 5 #le baiser sur les murs de Paris

julien nonnon 4 #le baiser sur les murs de Paris

julien nonnon 3 #le baiser sur les murs de Paris

julien nonnon 11 #le baiser sur les murs de Paris

julien nonnon 14 #le baiser sur les murs de Paris

julien nonnon 7 #le baiser sur les murs de Paris

julien nonnon 6 #le baiser sur les murs de Paris

 


Seydou Keïta au Grand Palais

Amateurs de portraits, ne manquez surtout pas l’exposition sur Seydou Keïta qui se tient au Grand Palais jusqu’au 24 juillet 2016. Il s’agit de la première grande rétrospective sur le travail de ce photographe malien (1921-2001), considéré aujourd’hui comme le père de la photographie africaine, et l’un des grands photographes de la fin du XXe siècle, par sa maîtrise de la lumière, par ses cadrages, et ses mises en scène inventives.

 

seydou keita 0 Seydou Keïta au Grand Palais© Seydou Keïta

Né en 1921 à Bamako, Seydou Keita découvre la photographie à l’âge de 14 ans (il est alors apprenti menuisier) grâce à son oncle qui lui offre son premier appareil-photo. À 18 ans, il commence à gagner sa vie en tant que photographe autodidacte, et, à 27 ans, après s’être perfectionné auprès du photographe Mountaga Dembélé, qui est aussi instituteur, il ouvre son propre studio dans un quartier très animé de Bamako.

Keïta se spécialise dans le portrait de commande, individuel ou de groupe, qu’il réalise essentiellement à la chambre 13×18, et en noir et blanc, avec une préférence marquée pour la lumière naturelle. Assez rapidement, ses talents de portraitiste sont reconnus par le Tout Bamako et son studio ne désemplit plus.

seydou keita 16 1024x732 Seydou Keïta au Grand Palais© Seydou Keïta

seydou keita 9 Seydou Keïta au Grand Palais© Seydou Keïta

« Le portrait en buste de biais, c’est moi qui l’ai inventé », affirmait fièrement Seydou Keïta qui positionnait généralement ses sujets en buste légèrement de trois quart ou en pieds. Le placement des mains et des bras était soigneusement étudié, et il utilisait des fonds en tissu ainsi que des accessoires (vêtements chics, poste de radio, porte-cigarette, mais aussi voiture et scooter) qu’il mettait à disposition de ses clients pour qu’ils puissent composer leur représentation.

Découvert en Occident au début des années 1990, il a été célébré depuis dans le monde entier et ses photographies sont exposées dans de nombreux musées.

seydou keita 18 Seydou Keïta au Grand Palais© Seydou Keïta

seydou keita 11 Seydou Keïta au Grand Palais© Seydou Keïta

seydou keita 2 Seydou Keïta au Grand Palais© Seydou Keïta

Seydou Keïta – Grand Palais

Dates : jusqu’au dimanche 24 juillet 2016

Horaires : tous les jours de 10h à 20h, nocturne le mercredi jusqu’à 22h. Fermeture hebdomadaire le mardi.

Adresse : Grand Palais, Galerie Sud-Est, avenue du Général Eisenhower, 75008 Paris. Métro Franklin-D.-Roosevelt, ou Champs-Elysées-Clemenceau.

Site Internet : www.grandpalais.fr

Tarifs : plein tarif : 10€ – Tarif réduit : 7€.

 


Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours

L’exposition consacrée à la photographe français Bettina Rheims à la Maison Européenne de la Photographie se termine le 27 mars. Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de la découvrir, c’est le moment où jamais !

L’exposition s’attache à mettre lumière les obsessions de Bettina Rheims autour de son sujet de prédilection : la femme, dans tous ses états. La féminité, questionnée, exposée, magnifiée est le fil rouge entre les 180 portraits présentées sur les trois étages de la MEP.

Un petit aperçu en images…

BettinaRheims4 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – « Autoportrait de Valéria Golino par moi-même », avril 1991, Los Angeles

BettinaRheims6 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – « Breakfast with Monica Bellucci », novembre 1995, Paris

BettinaRheims5 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – « Close up of Karolina Kurkova », décembre 2001, Paris

BettinaRheims7 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – « Kristin Scott Thomas Playing with a Blond Wig », mai 2002, Paris

BettinaRheims8 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – « Elizabeth Berkley in a Coucou’s Nest », février 1996, Los Angeles

BettinaRheims9 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – « Marthe en guêpière », février 1987, Paris

BettinaRheims1 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – Josy,  Série Modern Lovers 1991

 » J’aime capter les situations de transition : des androgynes, ni filles ni garçon … j’aime leur embarras et leur audace mêlés. » – Bettina Rheims

 

BettinaRheims3 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – Charlotte Rampling en Madame Jacquot, image extraite du projet Rose c’est Paris, de Bettina Rheims et Serge Bramly, exploration de la capitale par les voies souterraines de nos fantasmes, en  hommage aux Surréalistes.

« À partir de mes images on peut se raconter des histoires, ce sont  des débuts de scénarios. » – Bettina Rheims.

BettinaRheims2 Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers jours© Bettina Rheims – Catherine Deneuve, 1988

« C’est Catherine Deneuve qui m’a sollicitée, sur cette image, elle porte ses propres vêtements, j’avais l’impression qu’elle m’échappait. Plus tard c’est avec elle que je ferai mes premières photos en couleur. » – Bettina Rheims.

BettinaRheims Exposition Bettina Rheims à la MEP : derniers joursBettina Rheims

Bettina Rheims – Maison Européenne de la photographie

Dates : jusqu’au dimanche 27 mars 2016

Horaires : du mercredi au dimanche, de 11h à 19h45.

Adresse : 5/7 Rue de Fourcy – 75004 Paris

Site Internet : http://www.mep-fr.org/

Tarifs : 8€ (plein tarif) / 4,5€ (tarif réduit)